Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La diplomatie économique, avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

Economie

Mario Draghi, nouveau favori à la présidence de la BCE

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/04/2011

Surnommé "Super Mario", le président actuel de la Banque centrale italienne Mario Draghi est le nouveau favori pour remplacer Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE. Seule ombre à ce beau profil : un passage controversé chez Goldman Sachs.

"Super Mario" sera-t-il le plombier de l’euro en crise ? L’actuel président de la Banque centrale italienne, Mario Draghi, a reçu mardi, lors d’une conférence de presse à Rome, la bénédiction du président français Nicolas Sarkozy pour devenir le prochain président de la Banque centrale européenne (BCE). Un soutien qui propulse l’Italien de 63 ans en tête des postulants à la succession de Jean-Claude Trichet, dont le départ est prévu en octobre 2011.

Cet économiste italien était loin d'être le favori. Il y a à peine un an, l’Allemagne opposait une fin de non recevoir à sa candidature. "Mama mia, en Italie l’inflation est inscrite dans la culture comme la sauce tomate sur les pâtes", s’insurgeait encore en février dernier le très influent quotidien populaire Bild. Il faut dire qu’à l’époque, la chancelière allemande, Angela Merkel, cherchait à placer le patron de la Bundesbank, Axel Weber, à la tête de la BCE… Mais depuis, ce dernier a renoncé au poste.

L’orthodoxe

Par conséquent, le profil de Mario Draghi est redevenu acceptable et chacun lui cherche dorénavant des qualités. Une tâche plutôt facile au vu de son CV. Ayant étudié aussi bien en Italie qu’au prestigieux MIT (Massachussetts Institute for Technology) sous la direction du prix Nobel d'économie 1985, Franco Modigliani, il a enseigné dans les années 80 à Harvard et a occupé dans le même temps la fonction de directeur à la Banque mondiale. Les années qu’il a passées à parcourir le monde lui ont valu le surnom de "Super Mario" en référence à sa capacité à être partout à la fois et de "M. Ailleurs" en Italie.

À sonr retour en 1991, il devient directeur général du Trésor jusqu’en 2001. À ce poste, il supervise le plus grand plan de privatisation que l’Italie ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale.

Accusé d’être le fils spirituel d’une supposée tradition dispendieuse italienne, Mario Draghi a dû doucement en sourire, lui qui a plusieurs fois loué le modèle économique allemand censé reposer sur un contrôle plus strict des dépenses. En Italie il s’est vu reprocher par le ministre actuel de l’Économie, Giulio Tremonti, d’avoir une approche trop "rigide" de la maîtrise des déficits.

Des reproches qui peuvent tourner à son avantage dans la course à la tête de la BCE, le patron de la Banque centrale européenne ayant en effet pour mission unique de combattre l’inflation. Mario Draghi peut en outre se targuer d’être, depuis 2006, à la tête du Conseil de stabilité financière qui supervise et surveille les banques européennes.

L’ombre de Goldman Sachs

Reste un gros point noir sur ce brillant CV : entre 2002 et 2005, Mario Draghi a été vice-président de Goldman Sachs pour l’Europe. Son expérience auprès de la banque privée d'investissement américaine maintes fois pointée du doigt pour son rôle dans la crise financière de 2008 risque d’en effrayer certains. D’autant que son passage chez Goldman Sachs coïncide avec le moment où la banque aurait aidé la Grèce à "maquiller" ses comptes pour dissimuler une partie de ses déficits. Mario Draghi a beau avoir répété qu’il n’était au courant de rien, pour ses détracteurs, il était au mauvais endroit au mauvais moment.

Cette aventure à Goldman Sachs peut-elle être une entrave pour accéder à la présidence de la BCE ? Nicolas Sarkozy ne semble pas le penser. La chancelière allemande ne s’est pas encore prononcée : elle a jusqu’à fin juin, lorsque le successeur de Jean-Claude Tricher devra être désigné, pour choisir ou non Mario Draghi.

Première publication : 27/04/2011

  • ZONE EURO

    "La BCE agit trop tôt en augmentant son taux directeur"

    En savoir plus

  • BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

    La "curieuse" sortie de Jean-Claude Trichet sur le gel des salaires

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Ces Allemands qui ne veulent pas diriger la Banque centrale européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)