Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Sports

Dans le dernier carré, Villareal seul face à l'armada lusitanienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2011

Le club espagnol de Villareal, qui se déplace jeudi à Porto pour les demi-finales de l'Europa League, est le dernier à pouvoir contester l'hégémonie portugaise - l'autre demi-finale de la compétition opposant Benfica à Braga.

AFP - Villarreal, qui se déplace à Porto jeudi en demi-finale aller de l'Europa League, est le club espagnol qui pourrait priver le pays voisin d'une finale 100 pc portugaise le 18 mai à Dublin, puisque l'autre demi-finale oppose Benfica, autre géant lusitanien, au challenger Braga.

Empêcheur de tourner de rond, le "sous-marin jaune" espagnol a sans doute hérité de l'adversaire le plus coriace.

Tout récent champion national, Porto a relégué la concurrence à des années-lumière. Avec Falcao, le meilleur buteur de l'épreuve (11), et Hulk, son duo d'attaque tourne a plein régime, comme a pu le constater le CSKA Moscou en quart en encaissant dix buts en deux matches.

Même s'il devra se passer en défense de Fucile, André Villas-Boas, l'entraîneur de Porto, a parfaitement repris l'héritage de Jose Mourinho dont il était l'assistant.

Seule ombre au tableau pour les "Dragons", ce bilan maigrichon des clubs portugais face aux autres voisins ibériques, avec seulement 11 victoires en 34 matches.

Du coup, Villarreal - 4e de la Liga et décroché du podium par une équipe de Valence qui l'a récemment humilié (5-0) - peut croire que l'histoire penchera dans son sens. Cela permettrait au "sous-marin" jaune d'atteindre enfin une finale européenne après les échecs en demies en Coupe de l'UEFA (ancêtre de l'Europa League) en 2004, contre Valence, et de 2006, face à Arsenal, en Ligue des champions.

D'autant que les Espagnols, même privés du capitaine Gonzalo, comptent dans leurs rangs un Rossi qui n'est pas maladroit (10 buts, 2e meilleur réalisateur de la C3). Surtout, avec Capdevila, Marchena, Senna ou Cicinho, ils possèdent des remparts expérimentés contre la crise d'angoisse.

Dans l'autre demi-finale, Benfica part avec les faveurs des pronostics contre Braga, néophyte à ce niveau.

D'abord parce que les "Aigles", malgré une défense lourde, possèdent une main royale en attaque (Salvio, Gaïtan, Aimar, Cardozo, Saviola), mais aussi parce qu'ils n'ont plus perdu à domicile contre le rival nordiste depuis 1955.

Ce dernier, qui a éliminé Kiev sans trembler au tour précédent (1-1 et 0-0), mise sur un art consommé de la défense et de la contre-attaque pour inverser la tendance. Car si Braga n'a inscrit que quatre buts lors de ses cinq derniers matches européens, il n'en a encaissé qu'un seul dans le même intervalle.



Jeudi (21h05, heure française) :

Benfica Lisbonne (POR) - Braga (POR)

FC Porto (POR) - Villarreal (ESP)

Première publication : 28/04/2011

  • FOOTBALL

    Les Ibères font une OPA sur l'Europa League

    En savoir plus

  • EUROPA LEAGUE

    Avalanche de buts en quarts de finale

    En savoir plus

  • EUROPA LEAGUE

    Benfica Lisbonne - PSV Eindhoven, un choc dès les quarts de finale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)