Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Amériques

John McCain demande "davantage d'implication américaine" en Libye

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/04/2011

De passage à Paris après une visite la semaine dernière à Benghazi, où il a rencontré les rebelles libyens, le sénateur républicain et ex-candidat la présidentielle américaine John McCain a accordé un entretien exclusif à FRANCE 24.

Concernant l’intervention de l’Otan en Libye, le sénateur républicain John McCain se dit "très reconnaissant que le président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron aient pris le leadership". Sans cela, "les forces du président libyen Mouammar Kadhafi, aux portes de Benghazi, auraient pu faire un massacre terrible."

Le sénateur, qui s’est rendu à l’hôpital de Benghazi, dit "avoir vu des jeunes mourir de blessures terribles". Il souhaite que les Etats-Unis fassent "tout ce qui est possible pour éviter que Kadhafi ne tue d’autres jeunes Libyens qui se sacrifient pour leur liberté." Pour éviter l’enlisement, le sénateur américain estime qu’il faut "former et équiper les rebelles", qu’il aime appeler "forces de libération". "Ils ont besoin de moyens de communication, d'armes et de bien d'autres choses. Mais Kadhafi est un militaire de troisième rang, il n'a pas non plus le soutien de la population libyenne en raison de la dictature qu’il a mise en place pendant plusieurs années, donc je suis confiant : ils peuvent le renverser." 

"La force aérienne américaine pourrait avoir un effet bénéfique en Libye"

Mais John McCain, qui salue l’envoi de drones américains au-dessus de la Libye, aimerait aussi "voir plus d’implication américaine", tout en se tenant à la résolution de l’ONU et à la position de la France de ne pas envoyer de troupes au sol. "Je pense que la force aérienne américaine pourrait avoir un effet bénéfique. Je crois aussi que le peuple américain soutiendra le combat des Libyens tant que nous n'envoyons pas de troupes au sol. Leur combat est le nôtre." 

Interrogé sur la situation en Syrie, John McCain estime qu’il serait "très risqué" d’intervenir militairement. "Je ne suis pas sûr que cela arrêterait le comportement horrible, comme notre président [Barack Obama, NDLR] l'a qualifié, de Bachar al-Assad. Nous devons donc renforcer les sanctions : le Conseil de sécurité de l'ONU et les autres organisations doivent mettre Bachar al-Assad sous pression. Surtout, oublions l'idée selon laquelle ce type serait un réformateur. C'est un tueur brutal." 

Quand à la polémique qui vise actuellement le président Obama et son lieu de naissance, "c’est de la confusion bête", pour John McCain, qui dit préférer "mettre l’accent sur les problèmes des Américains et sur les défis qu’il y a devant eux."

 

Première publication : 28/04/2011

  • LIBYE

    Le sénateur américain John McCain rencontre les insurgés de Benghazi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington envisage de sanctionner le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un général américain estime peu probable que les rebelles renversent Kadhafi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)