Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Printemps de Bourges, Festival d'Aix en Provence... la musique en festival!

En savoir plus

FOCUS

Washington–Bucarest : un partenariat de plus en plus stratégique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Moscou accuse les autorités ukrainiennes d'enfreindre l'accord de Genève

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Amériques

John McCain demande "davantage d'implication américaine" en Libye

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/04/2011

De passage à Paris après une visite la semaine dernière à Benghazi, où il a rencontré les rebelles libyens, le sénateur républicain et ex-candidat la présidentielle américaine John McCain a accordé un entretien exclusif à FRANCE 24.

Concernant l’intervention de l’Otan en Libye, le sénateur républicain John McCain se dit "très reconnaissant que le président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron aient pris le leadership". Sans cela, "les forces du président libyen Mouammar Kadhafi, aux portes de Benghazi, auraient pu faire un massacre terrible."

Le sénateur, qui s’est rendu à l’hôpital de Benghazi, dit "avoir vu des jeunes mourir de blessures terribles". Il souhaite que les Etats-Unis fassent "tout ce qui est possible pour éviter que Kadhafi ne tue d’autres jeunes Libyens qui se sacrifient pour leur liberté." Pour éviter l’enlisement, le sénateur américain estime qu’il faut "former et équiper les rebelles", qu’il aime appeler "forces de libération". "Ils ont besoin de moyens de communication, d'armes et de bien d'autres choses. Mais Kadhafi est un militaire de troisième rang, il n'a pas non plus le soutien de la population libyenne en raison de la dictature qu’il a mise en place pendant plusieurs années, donc je suis confiant : ils peuvent le renverser." 

"La force aérienne américaine pourrait avoir un effet bénéfique en Libye"

Mais John McCain, qui salue l’envoi de drones américains au-dessus de la Libye, aimerait aussi "voir plus d’implication américaine", tout en se tenant à la résolution de l’ONU et à la position de la France de ne pas envoyer de troupes au sol. "Je pense que la force aérienne américaine pourrait avoir un effet bénéfique. Je crois aussi que le peuple américain soutiendra le combat des Libyens tant que nous n'envoyons pas de troupes au sol. Leur combat est le nôtre." 

Interrogé sur la situation en Syrie, John McCain estime qu’il serait "très risqué" d’intervenir militairement. "Je ne suis pas sûr que cela arrêterait le comportement horrible, comme notre président [Barack Obama, NDLR] l'a qualifié, de Bachar al-Assad. Nous devons donc renforcer les sanctions : le Conseil de sécurité de l'ONU et les autres organisations doivent mettre Bachar al-Assad sous pression. Surtout, oublions l'idée selon laquelle ce type serait un réformateur. C'est un tueur brutal." 

Quand à la polémique qui vise actuellement le président Obama et son lieu de naissance, "c’est de la confusion bête", pour John McCain, qui dit préférer "mettre l’accent sur les problèmes des Américains et sur les défis qu’il y a devant eux."

 

Première publication : 28/04/2011

  • LIBYE

    Le sénateur américain John McCain rencontre les insurgés de Benghazi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington envisage de sanctionner le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un général américain estime peu probable que les rebelles renversent Kadhafi

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)