Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Égypte s'apprête à ouvrir de façon permanente le point de passage de Rafah

©

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2011

Le Caire multiplie les initiatives destinées à desserrer l'étau sur l'enclave palestinienne de Gaza. Après avoir parrainé la réconciliation entre le Fatah et le Hamas, l'Égypte envisage de rouvrir le poste-frontière de Rafah.

AFP - Deux jours après avoir parrainé un accord de réconciliation entre les frères ennemis palestiniens le Hamas et le Fatah, l'Egypte s'apprête à ouvrir de manière permanente la frontière avec Gaza afin d'alléger le blocus imposé par Israël à ce territoire.

L'Egypte "va prendre des mesures importantes pour aider à alléger le blocus dans les jours à venir", a annoncé vendredi le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil al-Arabi, sur la chaîne de télévision Al-Jazira.

Il a précisé que son pays n'accepterait plus que le terminal frontalier de Rafah, le seul de l'enclave palestinienne qui ne soit pas contrôlé par Israël, reste bloqué.

Depuis que le président égyptien Hosni Moubarak a cédé le pouvoir sous la pression de la rue le 11 février, les nouvelles autorités du pays ont desserré l'étau sur le passage de Rafah, qui n'était auparavant ouvert que de manière exceptionnelle, quelques jours par mois, pour des raisons humanitaires.

Un haut responsable israélien a fait part de l'inquiétude de son pays. "Nous sommes très inquiets de la situation dans le nord du Sinaï où le Hamas a réussi à monter une dangereuse machine militaire, en dépit des efforts de l'Egypte pour l'en empêcher", a-t-il affirmé sous couvert d'anonymat.

Plus généralement, l'Etat hébreu est "troublé par les derniers développements en Egypte, qui ont potentiellement des implications stratégiques pour la sécurité nationale d'Israël", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration mercredi au quotidien indépendant al-Chourouq, M. Arabi a affirmé que son pays ne pouvait "pas ignorer la souffrance inhumaine du peuple palestinien à Gaza", et dans sa déclaration à Al-Jazira, le même ministre a qualifié de "honteuse" la décision de fermer ce terminal.

L'agence officielle Mena a rapporté vendredi que le rythme des passages était soutenu à Rafah ces derniers jours: 11.800 entrées en Egypte (des maldes, des étudiants en Egypte et des détenteurs de nationalités étrangères) et 10.925 départs pour Gaza.

L'ancien régime était régulièrement accusé de complicité de fait avec le blocus israélien pour son refus de maintenir le terminal ouvert, une décision que les autorités de M. Moubarak justifiaient en invoquant la lutte contre les trafics de toutes sortes avec l'enclave palestinienne.

Cette politique a tendu les relations entre l'Egypte et le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza et auquel le Caire reprochait de bloquer tout accord de réconciliation interpalestinien avec l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas.

Imposé en juin 2006 à la suite de l'enlèvement d'un soldat israélien, le blocus de la bande de Gaza a été considérablement renforcé après la prise de contrôle du territoire en juin 2007 par les islamistes du Hamas.

Israël l'a assoupli à la suite d'intenses pressions internationales après la mort de neuf Turcs dans un assaut de sa marine le 31 mai 2010 contre une flottille humanitaire qui tentait d'atteindre le territoire palestinien.

Mais il a maintenu un strict blocus maritime, l'interdiction des exportations et les très strictes restrictions à la circulation des personnes à l'entrée et à la sortie de Gaza.

Plus de deux mois après la chute de M. Moubarak, les nouvelles autorités, qui souhaitent récupérer un rôle de puissance régionale érodé sous l'ancien régime, ont réalisé son premier succès diplomatique en parrainant l'accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, qui doit être signé mercredi au Caire.

 

Première publication : 29/04/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Israël prêt à des mesures de rétorsion après l'accord entre Hamas et Fatah

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Accord entre le Hamas et le Fatah pour former un gouvernement transitoire

    En savoir plus

  • BANDE DE GAZA

    Le Hamas lance l'assaut contre des activistes salafistes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)