Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

Sports

La Fédération française taxée de discrimination par une enquête journalistique

Vidéo par France 3

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 29/04/2011

Au lendemain de la publication d’une enquête sur Mediapart dénonçant des dérives racistes au sein de la Fédération française de football, les réactions se multiplient. La FFF dément mais annonce qu’elle va diligenter une "enquête interne".

Y’a-t-il trop de Noirs et d’Arabes dans le football français ? C’est, en substance, le débat dont se serait saisi la Fédération française de football (FFF) ces derniers mois, selon une enquête publiée jeudi par le site Mediapart.

Dans l’article, les trois auteurs de l’enquête dénoncent la tenue de débats à huis clos sur le sujet depuis la fin de l’année 2010. Ces discussions auraient abouti à de troublantes conclusions, toujours selon Mediapart. "Pour les plus hautes instances du football français, l’affaire est entendue : il y a trop de Noirs, trop d’Arabes et pas assez de blancs sur les terrains", auraient affirmé plusieurs dirigeants du football français.

"Plusieurs dirigeants de la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération française de football (FFF), dont le sélectionneur des Bleus en personne, Laurent Blanc, ont approuvé, dans le plus grand secret, début 2011, le principe de quotas discriminatoires officieux dans les centres de formation et les écoles de foot du pays", développe cette enquête.

"Le chiffre de 30% a même été avancé, le 18 janvier 2011, par le directeur technique [François Blaquart] lors d'une réunion de la DTN. ‘Mais il ne faut pas que cela soit dit’, a bien pris soin de préciser M. Blaquart", insiste Mediapart, qui assure avoir obtenu ces informations de plusieurs sources fiables.

"D'après des sources internes à la FFF, scandalisées par le procédé, des consignes ont été données en ce sens ces dernières semaines à différents responsables de centres de formation, notamment l'Institut national français (INF) à Clairefontaine", poursuit l’article.

La FFF dément, Mediapart prêt à publier les preuves

Face au brulot publié sur le site, la FFF n’a pas tardé à réagir. Philippe Tournon, chef du service de presse de l’équipe de France, a expliqué sur FRANCE 24 que Laurent Blanc était "viscéralement attaché a la liberté et […] réfractaire à toute forme de discrimination" et qu’il "[récusait] formellement le fait d'être associé de près ou de loin à ces histoires de quotas."

Le chef du service presse de l’équipe de France a néanmoins reconnu la tenue de débats relatifs à la double nationalité de certains joueurs formés par les centres français, mais dénonce un amalgame.

Fernand Duchossoy, président de la FFF, qui a également dénoncé cet amalgame, a confirmé à l’AFP qu’un débat sur un sujet connexe avait été à l’ordre du jour : "Il y a un constat, mais ce n'est pas une réflexion. C'est qu'on a plein de joueurs à la double nationalité chez les jeunes et qu'ensuite certains ne veulent pas aller en équipe de France. C'est un choix, il faut l'assumer."

En dépit de cette pluie de démentis, le site Mediapart a réaffirmé sa sérénité quant aux propos rapportés dans son enquête. L’un de ses auteurs, Fabrice Arfi, s’expliquait jeudi soir sur les ondes de RMC : "Nous sommes très sereins face aux démentis. Nous détenons les preuves de ce que nous avançons. Et si les démentis sont trop insistants, évidemment, nous serons amenés à publier ces preuves."

"Le football français est raciste"

La publication du premier volet de cette enquête a provoqué un séisme dans le monde du sport français. La ministre des Sports Chantal Jouanno, qui a "[pris] acte" du démenti de la Fédération, a appelé les instances concernées à "faire très rapidement toute la lumière sur [ces] allégations".

Si les principaux acteurs du football français refusent toujours de se prononcer sur les propos relayés par Mediapart, certains ont emboité le pas du média Internet pour dénoncer une situation plus générale. Sur RMC, Pape Diouf a rebondi sur la publication de l’article pour fustiger l’état du football français : "Le football français est à l'image de sa société. Il est raciste et il exclut, affirme l’ancien président de l’Olympique de Marseille. […] Je ne dis pas que [ces accusations] sont vraies mais, en tout cas, elles reflètent totalement la réalité de l'heure et du moment."

Le journal L’Équipe a pour sa part recueilli le témoignage d’un autre symbole de la diversité footballistique hexagonale, l’ex-défenseur central de l’équipe de France Lilian Thuram, qui a fait part de son émotion au quotidien sportif : "Je suis tellement abasourdi que je ne sais pas quoi répondre. C’est tout un monde qui s’écroule. Mais je ne veux pas être dans l’émotion pour réagir. J’attends d’avoir plus d’éléments. C’est pourquoi je souhaite m’entretenir avec les gens de Mediapart. Si cette histoire est vraie, elle ne doit pas s’arrêter là."

Au sortir du conseil fédéral, ce vendredi, le président de la FFF Fernand Duchossoy a annoncé l’ouverture d’une "enquête, peut-être avec une direction du ministère de la Jeunesse et des Sports et peut-être avec une personne incontestable du monde du football."

"Je suis sûr que cela démontrera que c'est une affaire qui n'est pas à la hauteur de ce qu'on veut nous faire porter. Si on voit qu'il y a des choses à reprocher à ceux qui nous ont accusé, nous prendrons les dispositions nécessaires pour contre-attaquer", a-t-il déclaré.

Première publication : 29/04/2011

  • FOOTBALL

    Domenech et la FFF dos à dos, l'affaire renvoyée à janvier 2012

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Yann M’Vila, l’avenir des Bleus

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    De retour chez les Bleus, Patrice Evra entend être "une solution" pour le collectif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)