Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

EUROPE

Trêve nuptiale pour les militants de Westminster

©

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 29/04/2011

Installés depuis des années juste en face l'abbaye de Westminster, où Kate et William célèbre leur union ce vendredi, les militants pacifistes de Parliament Square n'ont pu être délogés malgré les tentatives des autorités. Ils se joignent à la fête.

Ils sont indélogeables. Les militants pacifistes sont installés depuis des années devant Parliament Square à Londres, juste en face de l’abbaye de Westminster où le Prince William et Kate Middleton célèbre leur mariage ce vendredi.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé de les en déloger. Plusieurs hommes politiques, dont le Premier ministre David Cameron ou le maire de Londres, Boris Johnson, ont tenté de faire place libre pour le grand jour. Mais les activistes sont toujours là. Et ils entendent bien faire partie de la fête.

Artiste de rue, Farid, « sans nationalité parce qu’homme libre », a fait siennes toutes les causes. Il milite pêle-mêle contre le pouvoir, la maltraitance des femmes, la pauvreté, la guerre en Afghanistan, pour la liberté de créer ou la sauvegarde de l’environnement.

Farid peint deux tableaux pour les mariés (Crédit: Sarah Leduc)

Mais en cette journée de noces royales, il se bat tout simplement pour…l’amour. La veille au soir, il a peint en urgence deux tableaux pour les jeunes mariés, qu’il a accrochés sur son mur entre une pancarte pour la libération des prisonniers politiques dans le monde et une autre sur la lutte des femmes en Iran. 
 
« Les gens veulent de la couleur. Alors je mets des couleurs chaudes, c’est pour l’amour ! », racontait-t-il hilare jeudi en étalant des couches de peintures jaunes et oranges à main nues sur une toile récupérée au fin fond d’une poubelle.
 
Les paillettes au mépris de la guerre
 
Drappée dans une jupe orange, de la couleur de l’uniforme des prisonniers de Guantanamo, Julie, quant à elle, rappelle à qui veut bien l’entendre l’existence de Shaker Aamer, dernier Britannique à être détenu dans les geôles de la célèbre prison américaine à Cuba.
 
Elle ne manque pas non plus de faire mention de Bradley Manning, incarcéré depuis juillet 2010 dans un centre de détention militaire aux Etats-Unis. Ce soldat de 23 ans, qui a passé une partie de son adolescence en Angleterre, est soupçonné d'avoir transmis des milliers de câbles diplomatiques américains au site WikiLeaks.
 
Militant pour la libération des prisonniers de Guantanamo (Crédit : Sarah Leduc)
« Cela fait trente ans que je manifeste pour la liberté. Et je continuerai tant que les prisonniers politiques de Guantanamo ou d’ailleurs ne seront pas libérés », explique cette femme d’une quarantaine d’année, burinée par la vie et marquée par le tabac. 
 
Le mariage royal est selon elle une bonne occasion de faire parler d’eux. Mais elle n’est dupe : elle sait que les histoires d’amour, de paillettes ou de célébrités sont plus au goût du jour que la torture, la guerre ou les abus de pouvoir.
 
« Il y a des milliers et des milliers de personnes qui viennent assister au mariage devant l’abbaye de Westminster. Et c’est très bien. Je ne suis pas contre les fêtes. Les mariés sont mignons. Mais j’aimerais juste qu’il y ait autant de gens mobilisés contre la guerre en Afghanistan», renchérit-t-elle, en baissant les épaules.
 
Une trêve pour le mariage
 
Maria Gallastegui a planté sa tente devant le square en 2006. Depuis, elle manifeste pour la paix 24 heures sur 24. Forte en gueule, elle a le verbe affûté et n’hésite pas à faire valoir ses droits devant la justice. « Nous avons subi de nombreuses pressions pour partir. Mais nous sommes des manifestants pacifistes et nous occupons légalement l’espace public », explique-t-elle.

Maria devant la statue des enfants soldats, avant de les décrocher (Crédit : Sarah Leduc)

Après avoir reçu une interdiction d’accéder à son petit bout de trottoir de Parliament Square, Maria a tenté de faire casser l’injonction par la Haute Cour de justice. Elle n’a pas hésité non plus à écrire au Prince Charles. Une audace qui a payé, lui valant une réponse du futur monarque. Par respect, elle a donc décidé d’un « cessez-le-feu » en l’honneur de la noce. 

« Je ne voulais pas me battre contre eux car je ne voulais pas perdre le soutien des membres de la famille royale. Il faut savoir choisir ses batailles, et savoir se retirer quand cela est necessaire », se justifie-t-elle.
 
Maria a donc passé la nuit de jeudi à vendredi à décrocher les sculptures d’enfants soldats ensanglantés, casques sur la tête et grenades à la main qui étaient suspendues sur sa petite cabane de bois. A la place des tâches de sang, elle a peint deux grands cœurs rouges sur une toile blanche.
 
Le geste semble tout autant symbolique que provisoire. Le sourire en coin, elle raconte qu’un soir de Noël pendant la Première guerre mondiale, les soldats ont arrêté de se battre pour aller faire une partie de football. Dès le lendemain, ils étaient de retour dans les tranchées… 
 
 
 

 

Première publication : 29/04/2011

  • ROYAUME-UNI

    Les fans du monde entier affluent à Londres pour le mariage royal

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI - ANALYSE

    Un mariage princier qui tombe à pic pour la famille royale

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les Britanniques sont-ils toujours royalistes ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)