Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

Moyen-orient

Washington décide de sanctions contre le régime syrien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 29/04/2011

Ces sanctions économiques visent les caciques de l'armée et des services de renseignement de Damas, en particulier le frère du président al-Assad, Maher (à gauche sur la photo). L'Union européenne serait sur le point de faire de même.

AFP - Le président des Etats-Unis Barack Obama a imposé des sanctions économiques contre plusieurs responsables du régime syrien, dont le frère cadet du président Bachar al-Assad, Maher, a annoncé vendredi la Maison Blanche.

Le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu condamne Damas

Le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu (CDH) a voté vendredi à Genève une résolution américaine condamnant "explicitement l'usage de la violence meutrière contre les manifestants pacifiques par les autorités syriennes". La résolution prévoit l'envoi urgent d'une mission pour enquêter sur les violations présumées des droits de l'Homme et pour établir les faits et circonstances de ces violations et des crimes commis". Elle a été adoptée par 26 votes pour, 9 contre, et 7 abstentions (47 États sont membres du CDH).

Ces sanctions, décidées en raison de "violations des droits de l'homme en Syrie", visent Maher al-Assad, un responsable de l'armée syrienne, ainsi qu'Ali Mamlouk, chef des services de renseignement et Atef Najib, présenté comme l'ancien chef du renseignement pour la province de Deraa (sud), épicentre de la contestation contre le régime.

Sont également visés les services de renseignement syriens en tant qu'entité administrative, ainsi que la force "Qods", unité d'élite des gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime islamique iranien que M. Obama a accusée d'aider le gouvernement syrien à mener une répression sanglante contre les manifestants.

Au moins un cinquantaine de morts vendredi

Ces sanctions, qui renforcent un arsenal déjà mis en place par les Etats-Unis au cours des années, gèlent les biens des personnes ou entités visées, qu'elles se trouvent aux Etats-Unis ou soient contrôlées par des ressortissants américains. Elles interdisent toute transaction entre les personnes sanctionnées et des Américains.

Ces mesures ont été dévoilées alors qu'au moins 48 civils ont été tués vendredi en Syrie lors de nouvelles manifestations contre le régime, la plupart à Deraa dans le sud du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Des dizaines de milliers de Syriens ont manifesté vendredi, pour la septième semaine consécutive, dans l'ensemble du pays.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a voté vendredi une résolution demandant l'envoi urgent d'une mission en Syrie pour enquêter sur les violations des droits de l'homme.

L'épreuve de force entre les manifestants et le régime de M. Assad, qui a succédé en 2000 à son père Hafez al-Assad, décédé après 30 ans de pouvoir, s'est poursuivie pour le septième vendredi avec "les jeunes de la révolution syrienne" qui avaient appelé sur Facebook à un "vendredi de la colère" en solidarité avec Deraa.

"Le statu quo en Syrie est inacceptable"

Le sénateur démocrate John Kerry, président de la commission des Affaires étrangères de la chambre haute américaine, a salué la décision du président Obama.

"Il est inacceptable que le gouvernement (de Damas) continue à répondre au courage de son peuple avec des meurtres sans discernement et l'utilisation de chars dans des centres de population", a affirmé M. Kerry dans un communiqué, en appelant des alliés de Washington à prendre eux aussi des mesures contre le régime.

"Le statu quo en Syrie est inacceptable", a indiqué M. Kerry, tout en soulignant que "puisqu'un régime de sanctions strict est déjà en place de la part des Etats-Unis, des mesures prises par l'Union européenne, la Turquie et les pays du Golfe aura encore plus d'effet", a-t-il noté.

Première publication : 29/04/2011

  • SYRIE

    Des dizaines de manifestants tués lors du "vendredi de la colère"

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Vidéos amateur du "vendredi de la colère" en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Bachar al-Assad maintient la pression sur les révoltés de Deraa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)