Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

La piste Al-Qaïda privilégiée dans l'attentat de Marrakech

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 30/04/2011

Deux jours après l'attentat qui a frappé la place Jemaâ el-Fna, à Marrakech, et causé la mort de 16 personnes, aucune revendication n'est parvenue aux autorités. Le roi Mohammed VI est arrivé samedi dans la ville impériale.

Une bombe déclenchée à distance a provoqué l'attentat de jeudi qui a fait 16 morts dont sept Français à Marrakech, a annoncé vendredi le Maroc, qui soupçonne des émules d'Al-Qaïda. Cependant, l'enquête semble écarter l'hypothèse d'un acte émanant d'un kamikaze. Quant au souverain Mohammed VI, il est arrivé ce samedi à Marrakech.

"Environ 200 personnes présentes pour acclamer le roi"

Les premiers éléments "ont montré que (la bombe était composée) de nitrate d'ammonium et d'explosifs TATP, ainsi que de clous, et que l'explosion a été déclenchée à distance", a déclaré devant le Parlement à Rabat le ministre marocain de l'Intérieur, Taeb Cherkaoui.

En conséquence, a-t-il souligné plus tard dans un point de presse, "l'hypothèse du kamikaze", avancée dans un premier temps, est désormais "exclue".

"La manière dont cet acte a été exécuté nous rappelle le style utilisé d'habitude par l'organisation Al-Qaïda", a-t-il encore dit à propos de cette attaque - la plus meurtrière depuis les attentats islamistes de mai 2003 à Casablanca - qui a visé un café du centre de Marrakech, à 350 km au sud de Rabat.

Le portrait-robot entre les mains de la police

Selon des témoins, interrogés par les enquêteurs, la police dispose désormais du portrait-robot d'un suspect.

Un haut responsable de la sécurité, parlant à l'AFP sous couvert de l'anonymat, a toutefois indiqué qu'il n'y avait eu "pour l'instant aucune arrestation à la suite de cet attentat".

Une vidéo attribuée à l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), diffusée sur internet, avait menacé le Maroc trois jours avant l'attentat de Marrakech, la plus grande ville touristique du royaume chérifien.

Le lieu de l'attentat

Cette vidéo mise en ligne le 25 avril sur YouTube présente cinq jeunes gens armés et dont l'un d'eux, masqué, prend la parole pour annoncer leur détermination à défendre des personnes détenues au Maroc.

Treize des 16 personnes tuées dans l'attentat qui a soufflé le café Argana, sur la place Jamâa El-Fna, haut lieu du tourisme à Marrakech, ont été identifiées, à savoir sept Français, deux Canadiens, deux Marocains, un Anglais et un Néerlandais, a déclaré le ministre de l'Intérieur.

Huit Français périssent

Une source médicale a pour sa part indiqué à l'AFP que les 16 morts étaient huit Français, deux Canadiens, deux Marocains, un Anglais, un Néerlandais, un Suisse et un Portugais. Mais cette information n'a pas été confirmée par les autorités marocaines.

Les derniers bilans officiels font en outre état de 26 blessés.

Paris a confirmé qu'au moins six Français figuraient au nombre des tués, et au moins sept au nombre des blessés. Les autorités françaises ont envoyé au Maroc une équipe de huit policiers pour participer à l'enquête.

"A cet instant, l'indication dont nous disposons, c'est qu'il y aurait, je le dis avec réserve, six personnes de nationalité française qui seraient décédées et sept blessées", a déclaré à la presse le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant.

Les autorités marocaines et françaises avaient immédiatement dénoncé un acte "terroriste", dans ce pays d'Afrique du Nord voisin de la région du Sahara où est très active Aqmi, qui s'en est déjà prise aux intérêts français.

Aqmi détient notamment quatre otages français enlevés au Niger en 2010, et a exigé le départ des troupes françaises engagées dans des opérations de l'Otan contre les talibans et les partisans d'Oussama ben Laden en Afghanistan.

L'attentat n'a pas été revendiqué, et les enquêteurs ont procédé à des interrogatoires de témoins, notamment deux touristes néerlandais qui ont décrit un homme suspect qu'ils ont vu dans le café Argana.

Les témoignages de John Van Leeuwen et de Marjolein Appel ont permis d'établir un portrait-robot, et les deux touristes ont été conduits à la morgue, mais n'y ont pas reconnu parmi les victimes l'homme croisé dans le café.

Selon des déclarations faites à l'AFP par M. Van Leeuwen, il s'agit d'un Arabe, jeune, bien rasé et aux cheveux longs.

"J'ai demandé aux enquêteurs ce matin : +Est-ce que vous pensez que c'est lui ?+ et ils m'ont dit oui", a indiqué vendredi M. Van Leeuwen.

Le roi à Marrakech

Le roi Mohammed VI a ordonné dès jeudi une enquête rapide et transparente, et a demandé que l'opinion publique soit tenue au courant de son déroulement. Il est d'ailleurs arrivé ce samedi dans la ville impériale.

Le souverain, qui a succédé à son père en 1999, fait face depuis le début de l'année à un mouvement de contestation qui exige des changements politiques dans le royaume, et il a promis d'engager des réformes démocratiques.

Le Maroc a toutefois été épargné par les troubles, et dans certains cas les violences, qui ont accompagné les appels aux changements dans d'autres pays arabes, notamment l'Egypte, la Tunisie, la Libye et la Syrie.

 

Première publication : 30/04/2011

  • MAROC

    Rabat explore "toutes les pistes" dans l'enquête sur l'attentat de Marrakech

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Premières photos de l’explosion survenue sur la place Jemaâ el-Fna

    En savoir plus

  • MAROC

    L'explosion à Marrakech est un "acte terroriste", selon le gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)