Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

  • En direct : Abdelaziz Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Amériques

Scènes de liesse à Washington après l'annonce de la mort de Ben Laden

©

Vidéo par Alexander TURNBULL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/05/2011

Des milliers de personnes se sont rassemblées spontanément devant la Maison Blanche pour manifester leur joie après l'annonce de la mort de Ben Laden. Des scènes identiques ont eu lieu à New York, théâtre des attentats du 11-Septembre.

AFP- Des milliers d'Américains se sont rassemblés spontanément devant la Maison Blanche dimanche soir pour crier leur joie après l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden. "On l'a attendu si longtemps", dit un étudiant pendant que la foule chante "USA, USA".
              
"Je n'ai jamais ressenti pareille émotion", confie John Kelley, un étudiant de 19 ans originaire du New Jersey, près de New York. "C'est quelque chose que nous avons attendu si longtemps. Quand j'ai appris la nouvelle, j'avais les jambes qui tremblaient".
              
"Dès que j'ai appris la nouvelle', raconte-t-il, "j'ai appelé mon meilleur ami qui a perdu son frère dans les attentats du 11-Septembre. Il était submergé de joie. C'est trop beau pour être vrai, je n'arrive pas y croire", dit-il.
              
Derrière lui, un jeune homme crie dans son téléphone: "on l'a eu!". Des étudiants reprennent le slogan de campagne de Barack Obama pour l'accomoder à la nouvelle du jour: "Yes we can, yes we did" ("Nous le pouvons, nous l'avons fait). D'autres chantent l'hymne américain.
              
La foule est très jeune. Beaucoup ont revêtu un sweat-shirt "USA", certains, le maillot de foot des Etats-Unis. Le sourire aux lèvres, dans les cris, on se fait prendre en photo devant la Maison Blanche pour marquer ce jour historique, dans une ambiance de kermesse digne d'une victoire au "Superbowl".
              
Dans l'espoir de se faire entendre par le président américain, des étudiants hurlent "On annule les examens", qui commencent dans quelques semaines.
              
Anna Howell, 27 ans, est venue avec son mari. Ils regardent la foule, un peu à l'écart, en agitant leurs petits drapeaux. "C'est génial, quelle joie pour les familles qui ont perdu des proches le 11-Septembre", dit-elle. "Ce n'est pas tous les jours que l'Amérique communie ainsi".
              
Elle habite Alexandria, dans la banlieue de Washington, tout près du Pentagone, le siège du ministère de la Défense pris pour cible le 11-Septembre. Aurait-elle préféré que Ben Laden soit capturé vivant ? "Mort ou vivant, ça m'est égal. Ils l'ont eu, c'est ça qui compte", répond-elle avant de réfléchir: "Ca aurait été beau de le traîner en justice".
              
A côté, un jeune homme n'est pas d'accord. Il exhibe une pancarte en carton sur laquelle il a écrit au feutre noir: "On s'est débarrassé de cette ordure de Ben Laden".
              
Dans les rues de Washington qui donnent sur la Maison Blanche, les Américains arrivent par grappes. Des taxis remplis klaxonnent comme pour un mariage. Jon Garcia, un étudiant de 19 ans est venu devant la Maison Blanche pour "faire partie de l'Histoire".
              
"Je ressens un sentiment de justice. Ca a pris tellement de temps mais nous l'avons eu. Ce n'est que justice pour les familles endeuillées par le 11-Septembre", dit-il. "Ca donne un sens à notre mission en Afghanistan", ajoute-t-il.
              
David Abel, un "fan d'Obama" d'une quarantaine d'années, est "partagé". "Pour beaucoup de gens c'est une victoire symbolique. Mais c'est trop égoïste. On chante +USA, USA+, on ne pense qu'à nous, on oublie le reste du monde", regrette-il avant de rejoindre son hôtel.
              
 

Première publication : 02/05/2011

  • TERRORISME

    Retour sur les heures qui ont suivi la mort d'Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Ben Laden, le Saoudien devenu ennemi numéro 1 de l'Amérique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)