Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : Cameron promet des pouvoirs élargis à l'Écosse

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

Amériques

Scènes de liesse à Washington après l'annonce de la mort de Ben Laden

Vidéo par Alexander TURNBULL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/05/2011

Des milliers de personnes se sont rassemblées spontanément devant la Maison Blanche pour manifester leur joie après l'annonce de la mort de Ben Laden. Des scènes identiques ont eu lieu à New York, théâtre des attentats du 11-Septembre.

AFP- Des milliers d'Américains se sont rassemblés spontanément devant la Maison Blanche dimanche soir pour crier leur joie après l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden. "On l'a attendu si longtemps", dit un étudiant pendant que la foule chante "USA, USA".
              
"Je n'ai jamais ressenti pareille émotion", confie John Kelley, un étudiant de 19 ans originaire du New Jersey, près de New York. "C'est quelque chose que nous avons attendu si longtemps. Quand j'ai appris la nouvelle, j'avais les jambes qui tremblaient".
              
"Dès que j'ai appris la nouvelle', raconte-t-il, "j'ai appelé mon meilleur ami qui a perdu son frère dans les attentats du 11-Septembre. Il était submergé de joie. C'est trop beau pour être vrai, je n'arrive pas y croire", dit-il.
              
Derrière lui, un jeune homme crie dans son téléphone: "on l'a eu!". Des étudiants reprennent le slogan de campagne de Barack Obama pour l'accomoder à la nouvelle du jour: "Yes we can, yes we did" ("Nous le pouvons, nous l'avons fait). D'autres chantent l'hymne américain.
              
La foule est très jeune. Beaucoup ont revêtu un sweat-shirt "USA", certains, le maillot de foot des Etats-Unis. Le sourire aux lèvres, dans les cris, on se fait prendre en photo devant la Maison Blanche pour marquer ce jour historique, dans une ambiance de kermesse digne d'une victoire au "Superbowl".
              
Dans l'espoir de se faire entendre par le président américain, des étudiants hurlent "On annule les examens", qui commencent dans quelques semaines.
              
Anna Howell, 27 ans, est venue avec son mari. Ils regardent la foule, un peu à l'écart, en agitant leurs petits drapeaux. "C'est génial, quelle joie pour les familles qui ont perdu des proches le 11-Septembre", dit-elle. "Ce n'est pas tous les jours que l'Amérique communie ainsi".
              
Elle habite Alexandria, dans la banlieue de Washington, tout près du Pentagone, le siège du ministère de la Défense pris pour cible le 11-Septembre. Aurait-elle préféré que Ben Laden soit capturé vivant ? "Mort ou vivant, ça m'est égal. Ils l'ont eu, c'est ça qui compte", répond-elle avant de réfléchir: "Ca aurait été beau de le traîner en justice".
              
A côté, un jeune homme n'est pas d'accord. Il exhibe une pancarte en carton sur laquelle il a écrit au feutre noir: "On s'est débarrassé de cette ordure de Ben Laden".
              
Dans les rues de Washington qui donnent sur la Maison Blanche, les Américains arrivent par grappes. Des taxis remplis klaxonnent comme pour un mariage. Jon Garcia, un étudiant de 19 ans est venu devant la Maison Blanche pour "faire partie de l'Histoire".
              
"Je ressens un sentiment de justice. Ca a pris tellement de temps mais nous l'avons eu. Ce n'est que justice pour les familles endeuillées par le 11-Septembre", dit-il. "Ca donne un sens à notre mission en Afghanistan", ajoute-t-il.
              
David Abel, un "fan d'Obama" d'une quarantaine d'années, est "partagé". "Pour beaucoup de gens c'est une victoire symbolique. Mais c'est trop égoïste. On chante +USA, USA+, on ne pense qu'à nous, on oublie le reste du monde", regrette-il avant de rejoindre son hôtel.
              
 

Première publication : 02/05/2011

  • TERRORISME

    Retour sur les heures qui ont suivi la mort d'Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Ben Laden, le Saoudien devenu ennemi numéro 1 de l'Amérique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)