Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

Vague d'arrestations après la reprise en main de Deraa par les autorités

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/05/2011

Les forces de sécurité ont arrêté dimanche des centaines de sympathisants de l'opposition au président Bachar al-Assad à Deraa. Les autorités viennent de reprendre le contrôle de la ville après un mois et demi de manifestations.

REUTERS - Les forces de sécurité syriennes ont arrêté dimanche des centaines de sympathisants du mouvement démocratique en Syrie après avoir pris le contrôle de Deraa, berceau du soulèvement contre le président Bachar al Assad, rapportent des témoins et des organisations indépendantes.
 
A la recherche d'hommes de moins de 40 ans, les policiers ont pénétré dans des maisons du centre historique de cette ville du Sud, soumis la veille à force de pilonnages par une brigade dirigée par un frère du président, Maher al Assad, ont déclaré des témoins joints par téléphone.
 
Des défenseurs connus des droits de l'homme ont également été interpellés dans les villes de Kamichli et Rakka, dans l'Est, ainsi que dans les faubourgs de Damas, aux côtés de centaines de Syriens ordinaires qui manifestent depuis un mois et demi pour réclamer davantage de libertés.
 
Selon les ONG de défense des droits de l'homme, des Syriens ont encore manifesté dimanche en dépit de la violente répression des forces de l'ordre, qui a entraîné la mort d'au moins 560 civils depuis le début de la contestation à la mi-mars.
 
A Homs, dans le centre, ils étaient plusieurs milliers à réclamer la chute du régime.
 
A Rastan, plus au nord, des funérailles ont été organisées en hommage à 17 hommes tués par des tirs des agents des renseignements militaires vendredi lors d'un rassemblement politique durant lequel les noms de 50 membres démissionnaires du Parti Baas, au pouvoir, ont été lus en public.
 
Des signes de mécontentement sont apparus au sein de l'armée majoritairement sunnite, bien que contrôlée par des officiers de la minorité alaouite, celle du président Assad.
 
Dans le village de Karbaoui, près de Kamichli, deux mille Kurdes ont assisté aux obsèques d'un jeune homme de 20 ans, Ahmad Fanar Moustafa, qui aurait, selon son père, été tué par les forces de sécurité pour avoir refusé de participer à la répression.
 
A Deraa, où les premières manifestations inspirées par les révolutions tunisienne et égyptienne ont éclaté le 18 mars, un témoin a raconté que les hommes jeunes de la vieille ville avaient été conduits à l'abri dans des villages environnants après l'arrestation de 450 hommes de moins de 40 ans.
 
Le témoin, un négociant qui a réussi à franchir la frontière jordanienne dimanche, a assuré que les autorités nettoyaient les
rues du sang de dizaines de jeunes manifestants tués par des tirs de mitrailleuses. Les autorités ont envoyé des chars à Deraa lundi dernier.  

Les correspondants étrangers n'ont pas autorisation de se rendre en Syrie.

 

Première publication : 02/05/2011

  • SYRIE

    La violence perdure à Deraa, toujours encerclée par l'armée

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les opposants enterrent leurs morts et veulent poursuivre le mouvement

    En savoir plus

  • SYRIE

    Washington décide de sanctions contre le régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)