Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ayman al-Zawahiri, successeur probable de Ben Laden à la tête d'Al-Qaïda

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 03/05/2011

La mort d'Oussama Ben Laden a porté un coup redoutable à Al-Qaïda. La question de sa succession se pose déjà dans les rangs de la mouvance terroriste. L'Égyptien Ayman al-Zawahiri, actuel numéro 2 du réseau, semble le mieux placé.

La mort d'Oussama Ben Laden, la figure emblématique d’Al-Qaïda, pose la question de sa succession à la tête de la nébuleuse terroriste. Les spécialistes du terrorisme considèrent quasi-unanimement Ayman al-Zawahiri, co-fondateur et actuel numéro deux d'Al-Qaïda, comme son successeur légitime. Et pour cause, le réseau ne dispose plus d’aucune autre figure charismatique de la trempe de Ben Laden, la plupart de ses grands dirigeants ayant été soit capturés soit tués au cours de la guerre contre le terrorisme.

Une succession attendue

Ce chirurgien égyptien âgé de 59 ans vit caché depuis les attentats du 11-Septembre 2001. Il fut l'un des piliers du groupe dit du "Jihad islamique" actif en Egypte, avant de rallier Oussama Ben Laden en Afghanistan dans les années 1980. Aujourd'hui, la récompense fixée par le Département d'Etat américain pour la capture de ce visage du "Jihadisme" est de 25 millions de dollars.

Al-Qaïda dans le monde


Si Oussama Ben Laden était la figure tutélaire et fédératrice d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri est désormais considéré comme la tête pensante et le dirigeant de facto de la nébuleuse terroriste. "Proche compagnon de Ben Laden, al-Zawahiri jouit d’une double légitimité pour prendre les rênes : celle de l’idéologue et celle du chef opérationnel. Résultat, il est très respecté dans le milieu islamo-terroriste", explique à FRANCE 24, Mohamed Sifaoui, journaliste spécialiste des mouvements terroristes. 

Pour Mohamed Sifaoui, la probabilité de voir al-Zawahiri diriger Al-Qaïda est donc la plus forte. "Je ne vois pas qui pourrait venir lui contester sa suprématie aujourd’hui", dit-il. Pour mettre un terme au débat, ce dernier, très actif, "voudra absolument marquer de son empreinte sa prise de pouvoir en menant une opération terroriste d’envergure", poursuit-il.

Un chantre de la "guerre sainte"

D'autres spécialistes du mouvement djihadiste comme Stéphane Lacroix, professeur à la Paris School of International Affairs (IEP Paris), estiment pourtant que la question de la succession de Ben Laden n'est pas tranchée. "Al-Zawahiri est un idéologue à l’ancienne, sans charisme. Il est moins lisse et moins fédérateur que Ben Laden", analyse-t-il. En effet, ce chantre de la "guerre sainte" ne fait pas l'unanimité parmi les membres d'Al-Qaïda. Notamment auprès de ceux qui, originaires de la Péninsule arabique, n’ont jamais accepté la tutelle progressive exercée par le chirurgien égyptien sur Ben Laden.

Mardi, Houthayfa Azzam, un ancien compagnon d'Oussama Ben Laden, a cependant affirmé à l'AFP que ce dernier ne contrôlait plus le réseau Al-Qaïda depuis des années. Houtayfa Azzam estime que la mouvance terroriste était déjà "tombé[e] depuis plusieurs années dans la main de fer de l'Égyptien al-Zawahiri." "Un homme encore plus extrémiste", selon lui.

Première publication : 03/05/2011

  • TERRORISME

    Le commando américain s'était préparé à tuer Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Retour sur les heures qui ont suivi la mort d'Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Scènes de liesse à Washington après l'annonce de la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)