Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

FRANCE

Alain Juppé : "Il n'est pas question d'un enlisement en Libye"

Vidéo par Roselyne FEBVRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2011

Sur FRANCE 24, le ministre des Affaires étrangères a justifié la poursuite des opérations militaires de la coalition en Libye, tout en rappelant que les forces loyales au colonel Kadhafi continuent de bombarder les rebelles à Misrata et à Zintan.

Sept semaines après le début de l’opération internationale contre les forces loyales au colonel Kadhafi, “il n’est pas question de parler d'un enlisement”, affirme le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, dans une interview accordée à FRANCE 24 mercredi, écartant l’idée que la coalition ait sous-estimé les forces du Guide.

"On ne peut pas parler d'enlisement. J'espère que ça ne durera pas au-delà de quelques semaines, au plus quelques mois. Mais il est prématuré de parler d'enlisement", insiste-t-il.

“Notre objectif n’est pas de tuer Kadhafi, mais de le priver des moyens de continuer à exercer sa répression sur le peuple libyen. Misrata et Zintan sont encore bombardées”, rappelle le locataire du Quai d’Orsay, pour justifier la poursuite des opérations de la coalition internationale, qui ont débuté le 19 mars dernier sous l’impulsion de la France et du Royaume-Uni.

Quant à la mort de Saïf al-Arab, le plus jeune fils de Kadhafi, tué dans un bombardement le 1er mai, Alain Juppé admet qu’il s’agit d’un dommage collatéral, -selon “l’expression consacrée”. Et d'expliquer : “L’Otan a confirmé que la cible du tir était un bunker de commandement militaire.”

Aider le Conseil national de transition

Parallèlement aux opérations militaires, “nous sommes à la recherche d’une voie pour pousser une solution politique”, affirme le ministre, qui espère que la fin de l’intervention militaire interviendra “aussi vite que possible”.

Jeudi, le Groupe de contact sur la Libye, qui rassemble les pays engagés militairement au sein de la coalition, doit se réunir à Rome pour examiner les options qui permettront de résoudre le conflit au plus vite. Les ministres se pencheront notamment sur les moyens à mettre en œuvre pour "aider le Conseil national de transition (CNT) - comme la mise en place d’un ‘mécanisme de financement”.

Les ministres du Groupe de contact réfléchiront aussi à l’après-Kadhafi, en organisant, comme l’a proposé mardi le président Sarkozy, une conférence des amis de la Libye.

“L’objectif est de mettre autour de la table tous ceux qui feront la Libye de demain : le Conseil national de transition (CNT), les autorités traditionnelles [comme les chefs de tribus, NDLR] et tous ceux qui, à Tripoli, ont bien compris qu’il n’y a pas d’avenir avec Kadhafi”, indique Alain Juppé. Ladite conférence "pourrait avoir lieu dans les prochaines semaines.” 

Ce qu'Alain Juppé a dit sur les autres sujets abordés dans l'entretien :

Première publication : 04/05/2011

  • LIBYE

    Un millier de personnes à Tripoli pour les funérailles du fils de Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Plusieurs ambassades attaquées à Tripoli, l'ONU évacue ses représentants

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi réaffirme qu'il ne quittera pas le pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)