Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Economie

L'aide décidée par Bruxelles et le FMI constitue-t-elle un "bon" plan ?

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/05/2011

L’UE, le FMI et le Portugal se sont mis d’accord, mardi soir, sur une aide de 78 milliards d’euros. Si le Premier ministre portugais estime que ce compromis est plutôt bon, il n'empêchera pas le pays de connaître des années de récession.

Pas 100, pas 80, mais 78 milliards d’euros. Après deux semaines de négociations, le Portugal, l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) se sont mis d’accord, mardi soir, sur les modalités du plan d’aide international. Il sera donc finalement moins élevé que ce qu'avaient anticipé les marchés financiers.

Une bonne nouvelle pour le gouvernement portugais, qui peut ainsi se targuer d’être le moins aidé des trois pays à avoir reçu un soutien financier international. "C’est un bon plan", s’est réjouit le Premier ministre socialiste portugais José Socrates. Il a même laissé entendre que les modalités négociées en contrepartie permettent à son pays d’être mieux loti que l’Irlande et la Grèce - les deux autres États européens à avoir été aidés par l’UE et le FMI. Qu’en est-il exactement ?

78 milliards d’euros, est-ce beaucoup ? Le montant débloqué sur trois ans correspond, à quelques milliards près, aux prévisions du Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Le 24 mars, il avait indiqué sur France 24 s’attendre à un plan d’aide international d’environ 75 milliards si le Portugal en faisait la demande.

Cette enveloppe correspond, au centime d’euros près, au besoin de financement du

CLIQUEZ POUR AGRANDIR LE TABLEAU

Portugal anticipé par l'Union européenne. "En 2011, Lisbonne doit rembourser 26 milliards de dettes qui arrivent à échéance", avait indiqué à France 24, le 24 mars, Céline Antonin, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). L'Union européenne s'attend donc à ce que le Portugal se retrouve dans l'obligation de rembourser 26 milliards par an, jusqu'en 2013.

S’agit-il vraiment d’un "bon plan", comme l’affirme José Socrates ? "Il  [le plan] est bon car le compromis trouvé montre que l’UE valide les mesures d’austérité prises par lLisbonne", explique à France 24 Christophe Blot, économiste à l’OFCE et spécialiste de l’UE. En clair : la "potion" d’austérité que le Portugal va devoir faire boire à sa population sera moins amère que les breuvages irlandais et grec.

En effet, José Socratès a affirmé mercredi qu’il n’y aurait pas de baisse du salaire minimum, d’abandon des 13e et 14e mois dans la fonction publique, ni de privatisation de la Caisse des dépôts et consignation : autant de mesures que l’Irlande et la Grèce avaient dû prendre dans la douleur. "Qu’on ne s’y trompe pas, le Portugal avait déjà adopté plusieurs de ces dispositions - comme la réduction du salaire minimum", souligne Christophe Blot.

Y’a-t-il des contreparties demandées au Portugal ? Rien de nouveau sous le soleil. Comme dans les "cas" grecs et irlandais, UE et FMI demandent au Portugal de réduire fortement son déficit. En 2010, il était de 9,1% du PIB et il doit être ramené à 5,9% cette année, à 4,5% en 2012 et à 3% en 2013. "C’est à peu près pareil que pour l’Irlande et la Grèce, ce qui signifie que ce plan condamne le Portugal à la récession pour les prochaines années", estime Christophe Blot : "C’est peut-être un bon plan, mais une mauvaise nouvelle pour les Portugais." Pour y parvenir, il n’y a pas de recette miracle. Lisbonne devra préparer un énième programme d’austérité avec des coupes dans les dépenses sociales et une probable hausse des taxes.

Le Premier ministre portugais s’est pourtant félicité de ce calendrier. Il s’était en effet fixé des objectifs de réduction des déficits plus draconiens (4,6% du PIB en 2011, 3% en 2012 et 2% en 2013). "Mais, à l’époque, il s’agissait essentiellement d’effet d’annonce pour rassurer les marchés financiers et éviter d’avoir à demander une aide financière à l’Union européenne", assure Christophe Blot. Selon lui, le compromis trouvé mardi soir se contente donc essentiellement de poser des objectifs plus "réalistes".

Première publication : 04/05/2011

  • PORTUGAL

    Lisbonne négocie son plan d'aide financière avec Bruxelles et le FMI

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne condamné à un énième plan d'austérité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Les économies fragiles de l'Union européenne au menu des discussions à Bruxelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)