Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Economie

Le Portugal recevra une aide de 78 milliards d'euros sur trois ans

©

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2011

L’Union européenne et le Fonds monétaire international sont parvenus à un accord avec Lisbonne afin d'écarter la menace d'insolvabilité du Portugal. Le plan de sauvetage des deux institutions est estimé à 78 milliards d'euros sur trois ans

AFP - Le gouvernement portugais est parvenu à un "bon accord" avec l'UE et le FMI, en vue d'une aide financière d'un montant de 78 milliards d'euros sur trois ans, assortie d'une réduction "plus graduelle" de son déficit, a annoncé mardi le Premier ministre démissionnaire José Socrates.
              
"Le gouvernement est parvenu à un bon accord" avec les représentants de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international, chargés de négocier le plan de sauvetage financier demandé par le Portugal, a déclaré M. Socrates lors d'une allocution télévisée.
              
"Le montant de l'aide extérieure est de 78 milliards d'euros", a indiqué peu après le cabinet de M. Socrates, dans une courte note envoyée à l'AFP.
              
"C'est un programme sur trois ans, qui définit les objectifs d'une réduction plus graduelle du déficit: 5,9% du PIB cette année, 4,5% en 2012 et 3% en 2013", a précisé M. Socrates, dont le pays s'était jusqu'ici engagé à réduire son déficit à 4,6% cette année, à 3% en 2012 puis à 2% en 2013.
              
Le déséquilibre des comptes publics portugais s'est élevé en 2010 à 9,1% du PIB, bien au-delà de l'objectif de 7,3% du gouvernement, pour une dette qui s'est alourdie à 160 milliards d'euros (93% du PIB).
              
Le chef du gouvernement socialiste a toutefois indiqué qu'il ne pouvait pas dévoiler "beaucoup de détails" sur les mesures que le Portugal devra s'engager à mettre en oeuvre en échange de cette enveloppe financière, car elles doivent encore faire l'objet d'une "consultation" auprès des partis de l'opposition.
              
L'UE et le FMI avaient fait savoir qu'ils exigeraient un "programme d'ajustement" comprenant des mesures d'austérité "ambitieuses" et des réformes structurelles qui engagent les principaux partis politiques portugais au-delà des élections législatives anticipées prévues le 5 juin.
              
M. Socrates a toutefois précisé que cet accord ne prévoyait pas les mesures évoquées ces derniers jours par la presse, telles que la suppression du 13e et 14e mois des fonctionnaires et des retraités, une réduction du salaire minimum, ou encore des licenciements et des baisses de salaires supplémentaires dans la fonction publique.
              
"Des mesures budgétaires supplémentaires ne sont pas nécessaires pour 2011", a ajouté, M. Socrates, faisant valoir que "les institutions internationales ont reconnu que la situation portugaise était loin de celle d'autres pays".
              
Face à la menace d'une rupture de financement en raison des taux d'intérêt prohibitifs exigés par les marchés, inquiets pour la solvabilité du pays, M. Socrates s'est résolu le 7 avril, après de longs mois de résistance à demander une aide extérieure, après la Grèce et l'Irlande l'an dernier.
              
La pression des investisseurs s'était accentuée après la démission fin mars du chef du gouvernement socialiste minoritaire, désavoué lors du rejet au Parlement de son quatrième programme d'austérité en un an.
              
Le plan de sauvetage portugais doit être entériné par les ministres des Finances de l'Union européenne, qui se réuniront le 16 mai. Ce délai est crucial pour le Portugal, qui doit rembourser 5 milliards d'euros de dette le 15 juin.
              
Après une rencontre des membres de la mission de l'UE et du FMI avec des responsables de la principale formation d'opposition, le président du Parti social-démocrate (PSD, centre-droit) Pedro Passos Coelho avait affirmé qu'il ne ferait "pas obstacle à l'aide financière, dans la mesure où le pays en a désespérément besoin".
             
 

Première publication : 04/05/2011

  • PORTUGAL

    Lisbonne revoit à la hausse son déficit ainsi que sa dette publique

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne négocie son plan d'aide financière avec Bruxelles et le FMI

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Un plan d'aide d'une "magnitude" de 80 milliards d'euros de la part de l'UE

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)