Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Economie

Le Portugal recevra une aide de 78 milliards d'euros sur trois ans

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2011

L’Union européenne et le Fonds monétaire international sont parvenus à un accord avec Lisbonne afin d'écarter la menace d'insolvabilité du Portugal. Le plan de sauvetage des deux institutions est estimé à 78 milliards d'euros sur trois ans

AFP - Le gouvernement portugais est parvenu à un "bon accord" avec l'UE et le FMI, en vue d'une aide financière d'un montant de 78 milliards d'euros sur trois ans, assortie d'une réduction "plus graduelle" de son déficit, a annoncé mardi le Premier ministre démissionnaire José Socrates.
              
"Le gouvernement est parvenu à un bon accord" avec les représentants de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international, chargés de négocier le plan de sauvetage financier demandé par le Portugal, a déclaré M. Socrates lors d'une allocution télévisée.
              
"Le montant de l'aide extérieure est de 78 milliards d'euros", a indiqué peu après le cabinet de M. Socrates, dans une courte note envoyée à l'AFP.
              
"C'est un programme sur trois ans, qui définit les objectifs d'une réduction plus graduelle du déficit: 5,9% du PIB cette année, 4,5% en 2012 et 3% en 2013", a précisé M. Socrates, dont le pays s'était jusqu'ici engagé à réduire son déficit à 4,6% cette année, à 3% en 2012 puis à 2% en 2013.
              
Le déséquilibre des comptes publics portugais s'est élevé en 2010 à 9,1% du PIB, bien au-delà de l'objectif de 7,3% du gouvernement, pour une dette qui s'est alourdie à 160 milliards d'euros (93% du PIB).
              
Le chef du gouvernement socialiste a toutefois indiqué qu'il ne pouvait pas dévoiler "beaucoup de détails" sur les mesures que le Portugal devra s'engager à mettre en oeuvre en échange de cette enveloppe financière, car elles doivent encore faire l'objet d'une "consultation" auprès des partis de l'opposition.
              
L'UE et le FMI avaient fait savoir qu'ils exigeraient un "programme d'ajustement" comprenant des mesures d'austérité "ambitieuses" et des réformes structurelles qui engagent les principaux partis politiques portugais au-delà des élections législatives anticipées prévues le 5 juin.
              
M. Socrates a toutefois précisé que cet accord ne prévoyait pas les mesures évoquées ces derniers jours par la presse, telles que la suppression du 13e et 14e mois des fonctionnaires et des retraités, une réduction du salaire minimum, ou encore des licenciements et des baisses de salaires supplémentaires dans la fonction publique.
              
"Des mesures budgétaires supplémentaires ne sont pas nécessaires pour 2011", a ajouté, M. Socrates, faisant valoir que "les institutions internationales ont reconnu que la situation portugaise était loin de celle d'autres pays".
              
Face à la menace d'une rupture de financement en raison des taux d'intérêt prohibitifs exigés par les marchés, inquiets pour la solvabilité du pays, M. Socrates s'est résolu le 7 avril, après de longs mois de résistance à demander une aide extérieure, après la Grèce et l'Irlande l'an dernier.
              
La pression des investisseurs s'était accentuée après la démission fin mars du chef du gouvernement socialiste minoritaire, désavoué lors du rejet au Parlement de son quatrième programme d'austérité en un an.
              
Le plan de sauvetage portugais doit être entériné par les ministres des Finances de l'Union européenne, qui se réuniront le 16 mai. Ce délai est crucial pour le Portugal, qui doit rembourser 5 milliards d'euros de dette le 15 juin.
              
Après une rencontre des membres de la mission de l'UE et du FMI avec des responsables de la principale formation d'opposition, le président du Parti social-démocrate (PSD, centre-droit) Pedro Passos Coelho avait affirmé qu'il ne ferait "pas obstacle à l'aide financière, dans la mesure où le pays en a désespérément besoin".
             
 

Première publication : 04/05/2011

  • PORTUGAL

    Lisbonne revoit à la hausse son déficit ainsi que sa dette publique

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne négocie son plan d'aide financière avec Bruxelles et le FMI

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Un plan d'aide d'une "magnitude" de 80 milliards d'euros de la part de l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)