Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Le Portugal recevra une aide de 78 milliards d'euros sur trois ans

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2011

L’Union européenne et le Fonds monétaire international sont parvenus à un accord avec Lisbonne afin d'écarter la menace d'insolvabilité du Portugal. Le plan de sauvetage des deux institutions est estimé à 78 milliards d'euros sur trois ans

AFP - Le gouvernement portugais est parvenu à un "bon accord" avec l'UE et le FMI, en vue d'une aide financière d'un montant de 78 milliards d'euros sur trois ans, assortie d'une réduction "plus graduelle" de son déficit, a annoncé mardi le Premier ministre démissionnaire José Socrates.
              
"Le gouvernement est parvenu à un bon accord" avec les représentants de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international, chargés de négocier le plan de sauvetage financier demandé par le Portugal, a déclaré M. Socrates lors d'une allocution télévisée.
              
"Le montant de l'aide extérieure est de 78 milliards d'euros", a indiqué peu après le cabinet de M. Socrates, dans une courte note envoyée à l'AFP.
              
"C'est un programme sur trois ans, qui définit les objectifs d'une réduction plus graduelle du déficit: 5,9% du PIB cette année, 4,5% en 2012 et 3% en 2013", a précisé M. Socrates, dont le pays s'était jusqu'ici engagé à réduire son déficit à 4,6% cette année, à 3% en 2012 puis à 2% en 2013.
              
Le déséquilibre des comptes publics portugais s'est élevé en 2010 à 9,1% du PIB, bien au-delà de l'objectif de 7,3% du gouvernement, pour une dette qui s'est alourdie à 160 milliards d'euros (93% du PIB).
              
Le chef du gouvernement socialiste a toutefois indiqué qu'il ne pouvait pas dévoiler "beaucoup de détails" sur les mesures que le Portugal devra s'engager à mettre en oeuvre en échange de cette enveloppe financière, car elles doivent encore faire l'objet d'une "consultation" auprès des partis de l'opposition.
              
L'UE et le FMI avaient fait savoir qu'ils exigeraient un "programme d'ajustement" comprenant des mesures d'austérité "ambitieuses" et des réformes structurelles qui engagent les principaux partis politiques portugais au-delà des élections législatives anticipées prévues le 5 juin.
              
M. Socrates a toutefois précisé que cet accord ne prévoyait pas les mesures évoquées ces derniers jours par la presse, telles que la suppression du 13e et 14e mois des fonctionnaires et des retraités, une réduction du salaire minimum, ou encore des licenciements et des baisses de salaires supplémentaires dans la fonction publique.
              
"Des mesures budgétaires supplémentaires ne sont pas nécessaires pour 2011", a ajouté, M. Socrates, faisant valoir que "les institutions internationales ont reconnu que la situation portugaise était loin de celle d'autres pays".
              
Face à la menace d'une rupture de financement en raison des taux d'intérêt prohibitifs exigés par les marchés, inquiets pour la solvabilité du pays, M. Socrates s'est résolu le 7 avril, après de longs mois de résistance à demander une aide extérieure, après la Grèce et l'Irlande l'an dernier.
              
La pression des investisseurs s'était accentuée après la démission fin mars du chef du gouvernement socialiste minoritaire, désavoué lors du rejet au Parlement de son quatrième programme d'austérité en un an.
              
Le plan de sauvetage portugais doit être entériné par les ministres des Finances de l'Union européenne, qui se réuniront le 16 mai. Ce délai est crucial pour le Portugal, qui doit rembourser 5 milliards d'euros de dette le 15 juin.
              
Après une rencontre des membres de la mission de l'UE et du FMI avec des responsables de la principale formation d'opposition, le président du Parti social-démocrate (PSD, centre-droit) Pedro Passos Coelho avait affirmé qu'il ne ferait "pas obstacle à l'aide financière, dans la mesure où le pays en a désespérément besoin".
             
 

Première publication : 04/05/2011

  • PORTUGAL

    Lisbonne revoit à la hausse son déficit ainsi que sa dette publique

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Lisbonne négocie son plan d'aide financière avec Bruxelles et le FMI

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Un plan d'aide d'une "magnitude" de 80 milliards d'euros de la part de l'UE

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)