Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Le procureur de la CPI va demander trois mandats d'arrêt pour crimes contre l'humanité

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2011

Le procureur de la Cour pénale internationale va demander la délivrance de mandats d'arrêt contre trois Libyens, sans les identifier, pour des crimes contre l'humanité. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi figurerait parmi les personnes visées.

AFP - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo a annoncé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies qu'il demanderait trois mandats d'arrêt pour des crimes contre l'humanité qui se poursuivent en Libye.

M. Moreno-Ocampo n'a pas identifié les personnes concernées par les mandats d'arrêt, mais des diplomates ont indiqué que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi figurerait parmi les personnes visées.

LIBYE - REPORTAGE


Le procureur a affirmé que "les preuves collectées sont suffisantes pour penser que des attaques étendues et systématiques contre la population civile ont été et continuent d'être commises en Libye, y compris les meurtres et les persécutions qui sont des crimes contre l'humanité".

Il a ajouté devant les quinze pays du Conseil de sécurité que le nombre de morts depuis le début du conflit se comptait "par milliers".

"Les efforts pour dissimuler les crimes ont rendu difficile le décompte du nombre de victimes", a ajouté M. Moreno-Ocampo. "Les morts ont été retirés des rues et des hôpitaux", a-t-il précisé.

Le procureur a ajouté qu'il enquêtait également sur la mort de dizaines d'Africains dans la capitale des rebelles Benghazi, tués par une "foule en colère" qui pensait qu'il s'agissait de mercenaires à la solde du colonel Kadhafi.

Le procureur a expliqué que le gouvernement libyen avait commencé à se préparer à contrer les manifestations plusieurs semaines avant leur début, alertés par les soulèvements en Tunisie et en Egypte.

"Dès janvier, des mercenaires ont été recrutés et conduits en Libye", a-t-il dit.

Il a dit qu'il demanderait les trois mandats d'arrêt dans les semaines à venir et affirmé détenir des dépositions de témoins, des vidéos et des photos comme preuves pour soutenir ses accusations.

L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a quant à lui déploré "que des actions de la coalition menée par l'Otan ont aussi provoqué des pertes civiles". "Cela a eu lieu en particulier pendant les récents bombardements sur Tripoli".

"Tout usage disproportionné de la force est inacceptable", a-t-il dit dans une critique voilée à l'égard des pays occidentaux.

L'ambassadeur chinois à l'ONU Li Baodong a également décoché quelques flèches en direction de la coalition. "Nous ne sommes pas en faveur d'une interprétation arbitraire des résolutions du Conseil et nous ne sommes pas en faveur d'une action qui irait au-delà de son mandat", a-t-il dit.

La Chine estime que la priorité maintenant est "d'arriver à un cessez-le-feu complet et inconditionnel", a-t-il dit.

"Le processus judiciaire est en marche, il doit suivre son cours, sans tarder", a souligné Gérard Araud, ambassadeur de France à l'ONU. "Les premiers mandats d’arrêt seront demandés aux juges prochainement. Selon les circonstances, a indiqué le procureur (Moreno-Ocampo, ndlr), d’autres suivront", a-t-il ajouté.

Première publication : 04/05/2011

  • FRANCE

    Alain Juppé : "Il n'est pas question d'un enlisement en Libye"

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un millier de personnes à Tripoli pour les funérailles du fils de Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi réaffirme qu'il ne quittera pas le pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)