Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Le procureur de la CPI va demander trois mandats d'arrêt pour crimes contre l'humanité

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2011

Le procureur de la Cour pénale internationale va demander la délivrance de mandats d'arrêt contre trois Libyens, sans les identifier, pour des crimes contre l'humanité. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi figurerait parmi les personnes visées.

AFP - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo a annoncé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies qu'il demanderait trois mandats d'arrêt pour des crimes contre l'humanité qui se poursuivent en Libye.

M. Moreno-Ocampo n'a pas identifié les personnes concernées par les mandats d'arrêt, mais des diplomates ont indiqué que le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi figurerait parmi les personnes visées.

LIBYE - REPORTAGE


Le procureur a affirmé que "les preuves collectées sont suffisantes pour penser que des attaques étendues et systématiques contre la population civile ont été et continuent d'être commises en Libye, y compris les meurtres et les persécutions qui sont des crimes contre l'humanité".

Il a ajouté devant les quinze pays du Conseil de sécurité que le nombre de morts depuis le début du conflit se comptait "par milliers".

"Les efforts pour dissimuler les crimes ont rendu difficile le décompte du nombre de victimes", a ajouté M. Moreno-Ocampo. "Les morts ont été retirés des rues et des hôpitaux", a-t-il précisé.

Le procureur a ajouté qu'il enquêtait également sur la mort de dizaines d'Africains dans la capitale des rebelles Benghazi, tués par une "foule en colère" qui pensait qu'il s'agissait de mercenaires à la solde du colonel Kadhafi.

Le procureur a expliqué que le gouvernement libyen avait commencé à se préparer à contrer les manifestations plusieurs semaines avant leur début, alertés par les soulèvements en Tunisie et en Egypte.

"Dès janvier, des mercenaires ont été recrutés et conduits en Libye", a-t-il dit.

Il a dit qu'il demanderait les trois mandats d'arrêt dans les semaines à venir et affirmé détenir des dépositions de témoins, des vidéos et des photos comme preuves pour soutenir ses accusations.

L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a quant à lui déploré "que des actions de la coalition menée par l'Otan ont aussi provoqué des pertes civiles". "Cela a eu lieu en particulier pendant les récents bombardements sur Tripoli".

"Tout usage disproportionné de la force est inacceptable", a-t-il dit dans une critique voilée à l'égard des pays occidentaux.

L'ambassadeur chinois à l'ONU Li Baodong a également décoché quelques flèches en direction de la coalition. "Nous ne sommes pas en faveur d'une interprétation arbitraire des résolutions du Conseil et nous ne sommes pas en faveur d'une action qui irait au-delà de son mandat", a-t-il dit.

La Chine estime que la priorité maintenant est "d'arriver à un cessez-le-feu complet et inconditionnel", a-t-il dit.

"Le processus judiciaire est en marche, il doit suivre son cours, sans tarder", a souligné Gérard Araud, ambassadeur de France à l'ONU. "Les premiers mandats d’arrêt seront demandés aux juges prochainement. Selon les circonstances, a indiqué le procureur (Moreno-Ocampo, ndlr), d’autres suivront", a-t-il ajouté.

Première publication : 04/05/2011

  • FRANCE

    Alain Juppé : "Il n'est pas question d'un enlisement en Libye"

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un millier de personnes à Tripoli pour les funérailles du fils de Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi réaffirme qu'il ne quittera pas le pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)