Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Macronomics" : les réformes d'Emmanuel Macron pour la France

En savoir plus

Asie - pacifique

À Paris, le Premier ministre pakistanais défend ses services secrets

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2011

En visite en France, Yusuf Raza Gilani, dont le pays est soupçonné de ne pas avoir mis tout en œuvre pour arrêter Oussama Ben Laden, a expliqué que si le Pakistan avait échoué à débusquer le leader d'Al-Qaïda, il n'était pas seul en cause.

REUTERS - Le Premier ministre pakistanais, Yusuf Raza Gilani, en visite à Paris, a répondu mercredi aux critiques de ceux qui s'étonnent que le Pakistan n'ait pas été capable de débusquer Oussama ben Laden, tué lundi dans une résidence d'Abbottabad, ville proche d'Islamabad.

"Il y a un raté des services de renseignements du monde entier et pas seulement de ceux du Pakistan", a-t-il déclaré à la presse, dans le cadre d'une rencontre avec le Medef.

"Bien sûr, nous partageons nos renseignements avec le reste du monde, y compris avec les Etats-Unis, si quelqu'un signale qu'il y a (...) des lacunes du côté pakistanais, cela signifie qu'il y a des lacunes du monde entier", a-t-il poursuivi.

Depuis l'annonce de la mort du chef de file d'Al Qaïda, les gouvernements occidentaux s'interrogent sur la loyauté des services secrets pakistanais dans leur lutte contre l'extrémisme islamiste. Islamabad était déjà accusé depuis longtemps de jouer
double-jeu.

"Aujourd'hui, nous devrions recevoir des messages positifs parce que personne (...) ne peut combattre seul le terrorisme. Le Pakistan est une partie de la solution et non une partie du problème", a plaidé Gilani.

Le chef du gouvernement pakistanais a rappelé que son pays avait payé un lourd tribut pour sa participation à la "guerre contre le terrorisme" lancée par Washington après le
11-Septembre, avec 30.000 Pakistanais décédés depuis le début des opérations en Afghanistan à l'automne 2001.

Première publication : 04/05/2011

  • TERRORISME

    La CIA n'a pas prévenu la Pakistan de l'opération visant Ben Laden pour éviter des fuites

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    Retour sur les heures qui ont suivi l'assaut américain contre Ben Laden

    En savoir plus

  • Le Pakistan a-t-il joué un double jeu ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)