Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Sports

Les Bleus de 1998 divisés sur la polémique et le sort de Laurent Blanc

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI , Antoine MARIOTTI

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 06/05/2011

Une semaine après les révélations de Mediapart dans l’affaire des présumés quotas ethniques de la Fédération française de football, les passes d’armes se multiplient. Le modèle France 98 vanté pendant une décennie semble en totale déliquescence.

Les enquêtes menées dans le cadre de l’affaire des quotas supposés de la Fédération française de football (FFF) sont encore loin d’avoir abouti que, déjà, les premiers dommages collatéraux se font sentir. En moins d’une semaine, le modèle de la France du football "black, blanc, beur", initié par la victoire des Bleus lors de la Coupe du Monde 1998, a véritablement volé en éclats.

Les Bleus de 1998, que la légende présentait comme "unis dans la diversité", en rebondissant massivement sur la polémique entourant la FFF et le sélectionneur Laurent Blanc, ont étalé leurs divergences au grand jour. Invité dimanche dernier de l'émission Téléfoot, Lilian Thuram a été le premier à dégainer. "Si Laurent Blanc est impliqué, il doit évidemment partir, comme il le dit lui-même", a estimé l’ancien défenseur international sur TF1.

Le lendemain, Thuram montait de nouveau au créneau, dans une interview publiée par Mediapart. "Il faut renvoyer les personnes qui ont tenu ces propos", a-t-il martelé, regrettant par ailleurs que les "excuses [n’aient] pas été à la hauteur de ce qui s’est passé."

Mercredi, le sauveur des Bleus en demi-finale de la Coupe du Monde 1998 s’est plus ouvertement exprimé sur le sort de Laurent Blanc, qu’il estime "évidemment fragilisé par ses propos". "Je connais bien Laurent Blanc et je ne pense pas qu’il soit raciste. […] On en a discuté ensemble au téléphone, mais je pense par contre que, derrière, il y a une idéologie", a-t-il expliqué.

Lama et Vieira embrayent

Les "soupçons" ouvertement affichés par Thuram n’ont pas tardé à trouver un écho auprès d’autre champions du monde 1998. Sollicité par le site Internet Football365, le portier guyanais des Bleus Bernard Lama a accrédité cette thèse de l’idéologie latente : "Si ses propos ont dépassé sa pensée, c'est quelque chose qu'il avait en lui. C'est choquant et étonnant d'entendre ce genre de choses."

Ce jeudi, dans une interview fleuve accordée au journal Le Monde, Patrick Vieira a suivi le mouvement initié par certains de ses ex-partenaires. "Je ne crois pas qu’il soit raciste, mais je suis surpris du degré de ses commentaires. [J’aurais] du mal à comprendre comment ces dirigeants-là, qui étaient présents à la réunion, puissent rester à leur poste", a développé l’ancien capitaine de l’équipe de France.

Liza regrette la maladresse, mais défend Blanc

Tous les champions du monde 1998 n’ont toutefois pas tiré à boulets rouges sur Blanc. Bixente Lizarazu, dans une chronique signée sur l’antenne de RTL, réfute l’idée d’une idéologie raciste soulevée par Lilian Thuram. "En l'occurrence, je ne peux parler que de Laurent Blanc : je sais qui est ce garçon, je sais qui est ce compagnon de route. Ce qu'il a réalisé pendant 25 ans comme entraineur, comme joueur, ne peut laisser penser aucunement qu'il soit raciste, ou qu'il ait une idéologie raciste."

Il reconnaît néanmoins qu’il est "fort probable qu'il y a eu des maladresses sur certaines réflexions, sur certains mots, sur l'histoire des quotas des binationaux", mais estime que "sur le fond", il n’a "pas de doute en ce qui concerne Laurent Blanc".

"Allez les Blacks, on fait une photo tous ensemble"

D’autres ont été plus incisifs. Au micro d’Infosport, Christophe Dugarry a ouvertement pris à parti Lilian Thuram et ses attaques répétées. "Il veut toujours passer pour le juge de la Cour suprême. J'ai toujours l'impression que Lilian veut donner des leçons de comportement. Il sanctionne, il ne fait preuve d'aucune tolérance [...]. Qu'il fasse subir ça à quelqu'un comme Laurent Blanc, je trouve cela scandaleux", a regretté l’ancien attaquant.

Sur l’antenne de la chaîne du groupe Canal +, il a étayé son propos avec une croustillante anecdote : "On était en train de prendre des photos avec la Coupe du monde, entre nous. Et Lilian dit : 'Allez les Blacks, on fait une photo tous ensemble.' Moi, je n'ai pas relevé, je n'ai pas fait l'amalgame, je n'ai pas mal interprété ses propos. Franck Leboeuf, lui, a remarqué et a lancé : 'Lilian, qu'est-ce que tu dis ? Et si, moi, je disais : allez les Blancs, on fait une photo tous ensemble ?' Mais à aucun moment on s'est dit que Lilian était raciste. Lilian ne doit pas oublier qu'il arrive à tout le monde de dire des choses qui dépassent sa pensée ou pouvant être mal interprétées."

Certains acteurs majeurs de France 1998, à l’image de Zidane, ne sont toujours pas sortis de leur mutisme depuis les révélations de Mediapart, le 28 avril dernier. Et il y a fort à parier que la majorité d’entre eux ne s’aventureront pas sur le terrain de la polémique. Reste qu’en l’espace de quelques jours, l’un des derniers bastions du succès sportif de la France "black, blanc, beur" s’est considérablement fissuré.

Première publication : 05/05/2011

  • FOOTBALL

    Laurent Blanc s'excuse pour ses propos sur les quotas discriminatoires

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le directeur technique de la FFF suspendu à la suite de la polémique sur les quotas

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Polémique des quotas de la FFF : les principales réactions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)