Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

Sports

"L'illusion d'une France 'black, blanc, beur' est révolue"

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 06/05/2011

Alors que la polémique autour des présumés quotas de la Fédération française de football bat son plein, Patrick Mignon, responsable du Laboratoire de sociologie du sport de l'INSEP, revient sur le caractère sociologique de la controverse.

FRANCE 24 : Depuis les révélations de Mediapart il y a une semaine, la polémique ne cesse d’enfler dans l'affaire des quotas de la Fédération française de football (FFF). Pourquoi y a-t-il eu tant de réactions de personnalités sportives, mais aussi politiques ?

Patrick MIGNON : Parce que cette affaire dépasse largement le cadre du football français. Depuis 13 ans, ce sport est devenu une affaire nationale. Il cristallise tous les enjeux de la société. En 1998, il était l’expression de cette France "black, blanc, beur" à laquelle tout le monde voulait croire. Mais ce mythe s’est écroulé, une première fois pendant la Coupe du Monde 2010 avec sa désacralisation, puis une nouvelle fois aujourd'hui, avec cette nouvelle affaire qui touche la FFF. Cette polémique met en avant des questions de société, comme le racisme, avec ces histoires de mise en place de quotas.

N’assiste-t-on pas, finalement, à un retour de bâton de l'exploitation politique faite de la victoire de 1998, qui avait abouti au concept de "black, blanc, beur" ?

P. M. : Si, complètement. Ce prisme d’une société multiculturelle comme on la rêvait ne tient plus. Il a laissé place à une société qui se ferme sur elle-même, qui ne parvient plus à fondre dans le modèle en place les vagues d’immigration qui se sont succédées depuis les années 1960. Pendant des années, on a voulu croire que le football était un exemple à suivre en matière d’intégration, mais cette illusion d'une France "black, blanc, beur" est révolue. On constate que le football est atteint des mêmes maux que la société française dans son ensemble.

La levée de bouclier provoquée par l'affaire des quotas aurait-elle pu être observée dans un autre pays que la France ? Existait-il un terreau sociétal particulier pour que l’affaire s’envenime ?

P. M. : En Angleterre ou aux États-Unis, on aurait vraisemblablement pu observer le même phénomène. Ces deux pays ont des sensibilités similaires à celles de la France sur les thématiques des minorités, des populations issues de l’immigration. En Allemagne, où s’est posée la question de l’intégration des minorités turques dans le football il y a quelques années, on aurait sans doute assisté aussi à des prises de position très tranchées. En Italie et en Espagne en revanche, deux pays qui ne sont pas des bassins traditionnels d’immigration, il est peu probable que l’affaire serait allée si loin. Déjà, il aurait été très surprenant que des journalistes enquêtent sur ce type d’affaire pour piéger la fédération de leur pays.

Première publication : 05/05/2011

  • FOOTBALL - AFFAIRE DES QUOTAS

    Les Bleus de 1998 divisés sur la polémique et le sort de Laurent Blanc

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Laurent Blanc s'excuse pour ses propos sur les quotas discriminatoires

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le directeur technique de la FFF suspendu à la suite de la polémique sur les quotas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)