Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Sports

"L'illusion d'une France 'black, blanc, beur' est révolue"

©

Vidéo par France 2

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 06/05/2011

Alors que la polémique autour des présumés quotas de la Fédération française de football bat son plein, Patrick Mignon, responsable du Laboratoire de sociologie du sport de l'INSEP, revient sur le caractère sociologique de la controverse.

FRANCE 24 : Depuis les révélations de Mediapart il y a une semaine, la polémique ne cesse d’enfler dans l'affaire des quotas de la Fédération française de football (FFF). Pourquoi y a-t-il eu tant de réactions de personnalités sportives, mais aussi politiques ?

Patrick MIGNON : Parce que cette affaire dépasse largement le cadre du football français. Depuis 13 ans, ce sport est devenu une affaire nationale. Il cristallise tous les enjeux de la société. En 1998, il était l’expression de cette France "black, blanc, beur" à laquelle tout le monde voulait croire. Mais ce mythe s’est écroulé, une première fois pendant la Coupe du Monde 2010 avec sa désacralisation, puis une nouvelle fois aujourd'hui, avec cette nouvelle affaire qui touche la FFF. Cette polémique met en avant des questions de société, comme le racisme, avec ces histoires de mise en place de quotas.

N’assiste-t-on pas, finalement, à un retour de bâton de l'exploitation politique faite de la victoire de 1998, qui avait abouti au concept de "black, blanc, beur" ?

P. M. : Si, complètement. Ce prisme d’une société multiculturelle comme on la rêvait ne tient plus. Il a laissé place à une société qui se ferme sur elle-même, qui ne parvient plus à fondre dans le modèle en place les vagues d’immigration qui se sont succédées depuis les années 1960. Pendant des années, on a voulu croire que le football était un exemple à suivre en matière d’intégration, mais cette illusion d'une France "black, blanc, beur" est révolue. On constate que le football est atteint des mêmes maux que la société française dans son ensemble.

La levée de bouclier provoquée par l'affaire des quotas aurait-elle pu être observée dans un autre pays que la France ? Existait-il un terreau sociétal particulier pour que l’affaire s’envenime ?

P. M. : En Angleterre ou aux États-Unis, on aurait vraisemblablement pu observer le même phénomène. Ces deux pays ont des sensibilités similaires à celles de la France sur les thématiques des minorités, des populations issues de l’immigration. En Allemagne, où s’est posée la question de l’intégration des minorités turques dans le football il y a quelques années, on aurait sans doute assisté aussi à des prises de position très tranchées. En Italie et en Espagne en revanche, deux pays qui ne sont pas des bassins traditionnels d’immigration, il est peu probable que l’affaire serait allée si loin. Déjà, il aurait été très surprenant que des journalistes enquêtent sur ce type d’affaire pour piéger la fédération de leur pays.

Première publication : 05/05/2011

  • FOOTBALL - AFFAIRE DES QUOTAS

    Les Bleus de 1998 divisés sur la polémique et le sort de Laurent Blanc

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Laurent Blanc s'excuse pour ses propos sur les quotas discriminatoires

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le directeur technique de la FFF suspendu à la suite de la polémique sur les quotas

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)