Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

Amériques

Obama à Ground Zero : "Nous n'oublierons jamais"

Vidéo par Mounia Ben Aïssa , Alexander TURNBULL

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/05/2011

En visite sur le lieu des attentats qui ont frappé New York le 11 septembre 2001, le président américain a affirmé que l'exécution d'Oussama Ben Laden au Pakistan était un message envoyé "au monde entier".

AFP - Barack Obama s'est recueilli jeudi sur le lieu des attentats du 11-Septembre à New York et a prévenu que les Etats-Unis n'oublient "jamais", après l'élimination d'Oussama Ben Laden au Pakistan, pays qui a menacé de remettre en cause sa coopération militaire avec Washington.
              

"C'était un moment de fierté patriotique"

Avant de se rendre en début d'après-midi à "Ground Zero", le site du World Trade Center, le président américain a effectué des visites successivement dans une caserne de pompiers puis un commissariat de police de Manhattan, où il a rendu hommage aux secours.
              
Vendredi, M. Obama doit remercier en personne des membres du commando de "Navy Seals" ayant tué Ben Laden, lors d'une visite dans une base du Kentucky (centre-est), a annoncé un haut responsable américain. Le président a aussi rencontré le commandant des forces spéciales mercredi dans le Bureau ovale.
              
"Ce qui s'est passé dimanche (au Pakistan), grâce au courage de nos militaires et au travail extraordinaire de nos services de renseignement, a envoyé un message au monde entier, mais aussi chez nous: quand nous disons que nous n'oublierons jamais, nous le pensons", a affirmé M. Obama face aux pompiers à New York.
              
A "Ground Zero", où les travaux de reconstruction du quartier avaient été suspendus, M. Obama a déposé une simple couronne de fleurs aux couleurs du drapeau américain, posée sur un tréteau en bois, avant de s'incliner solennellement et d'observer quelques instants de silence.
              
Il s'est ensuite entretenu en privé avec une soixantaine de proches de victimes de ces attentats qui avaient fait près de 3.000 morts au total, avant de repartir en milieu d'après-midi pour Washington.
              
Le vice-président Joe Biden a de son côté participé à une cérémonie au Pentagone, au sud de la capitale fédérale, sur lequel un des quatre avions détournés par Al-Qaïda s'était écrasé.
              
L'idée de ces cérémonies, selon la Maison Blanche, n'était pas de "parader", mais de rendre hommage aux victimes des attentats qui ont donné le coup d'envoi de la guerre de Washington contre Al-Qaïda.
              
La mort du chef terroriste, survenue lors d'une opération commando menée dans la ville-garnison d'Abbottabad au Pakistan par 79 hommes des forces spéciales américaines, affaiblit en revanche Islamabad, soupçonné d'avoir fermé les yeux sur cette cavale.
              
Sommé de s'expliquer sur la présence de Ben Laden, le Pakistan a rejeté de nouveau jeudi ces soupçons et prévenu Washington que tout nouveau raid aurait des conséquences.
              
Le chef d'état-major Ashfaq Parvez Kayani "a dit clairement que toute nouvelle action de ce type, violant la souveraineté du Pakistan, entraînerait une révision du niveau de la coopération militaire et dans le domaine du renseignement avec les Etats-Unis", selon un communiqué de l'état-major.
              
Le général Kayani a également donné des instructions à tous les chefs de corps de réduire le nombre d'instructeurs militaires américains présents au Pakistan. Le Pentagone a affirmé jeudi ne pas en avoir été informé.
              
La CIA avait décidé de faire cavalier seul dans le dernier acte de la traque de Ben Laden par crainte que les Pakistanais n'alertent le chef d'Al-Qaïda.
              
L'armée pakistanaise a reconnu jeudi "ses propres insuffisances dans le renseignement sur la présence d'Oussama Ben Laden au Pakistan", tout en soulignant que "les succès de l'Inter Services Intelligence (ISI, services secrets) contre Al-Qaïda et ses alliés terroristes", étaient "sans comparaison".
              
Devant la crispation des relations entre les Etats-Unis et le Pakistan, l'influent sénateur démocrate John Kerry, proche de M. Obama, a tenté de calmer le jeu en indiquant qu'Islamabad avait aidé les Américains "à poursuivre (leurs) objectifs en matière de sécurité".
              
Les Etats-Unis s'efforçaient par ailleurs de désamorcer une polémique sur la mort de Ben Laden après avoir révélé mardi que le chef d'Al-Qaïda n'était pas armé quand il a été tué. Le ministre de la Justice Eric Holder a affirmé mercredi que l'élimination de Ben Laden était "complètement légale et cohérente avec nos lois, nos valeurs".
              
Mais la haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Navi Pillay, a demandé jeudi la "divulgation complète des faits précis" sur les circonstances du raid, insistant sur le fait que toute action antiterroriste devait être entreprise "en conformité avec le droit international".
              
"Nous sommes toujours en train de réunir les informations concernant cette opération", a souligné jeudi le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney. Mais le commando a "parfaitement exécuté la mission et rempli un objectif qui échappait aux Etats-Unis depuis le 11-Septembre".
              
Le chef en exil du mouvement palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a qualifié "d'atroce" la façon dont Ben Laden a été tué et son corps immergé, dans une déclaration à l'AFP au Caire jeudi.
              
"Quels que soient les actes attribués à Ben Laden, l'assassinat d'un être humain désarmé et entouré de sa famille constitue un acte odieux", a affirmé pour sa part l'ex-président cubain Fidel Castro.
              
Les critiques, peu surprenantes de la part d'adversaires déclarés des Etats-Unis comme le Hamas et Cuba, sont venues également du chef de l'Eglise anglicane, l'archevêque de Canterbury Rowan Williams.
              
"Je pense que le meurtre d'un homme non armé va toujours mettre très mal à l'aise parce qu'il ne semble pas que la justice ait été rendue", a-t-il déclaré.
              
Craignant des représailles d'Al-Qaïda, la communauté internationale restait sur le qui-vive.
              
"N'oublions pas que la bataille pour arrêter Al-Qaïda et ses alliés ne s'arrête pas avec une mort", a ainsi souligné à Rome la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton.

Première publication : 05/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    La cote de popularité d'Obama dopée par la mort de Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Washington refuse de publier les clichés de la dépouille de Ben Laden

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Partisans et opposants manifestent autour du projet de la mosquée de Ground Zero

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)