Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

EUROPE

L'ex-nazi Sandor Kepiro jugé pour crimes de guerre en Serbie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/05/2011

Sandor Kepiro, 97 ans, est soupçonné d'avoir contribué au massacre d'au moins 1 200 civils juifs et serbes en janvier 1942 à Novi Sad, ville alors annexée par le régime hongrois pro-nazi. Il avait fui son pays en 1946 avant d'être retrouvé en 2006.

AFP - Le Hongrois Sandor Kepiro, 97 ans, un des derniers criminels de guerre nazis encore vivant, comparaît jeudi devant le Tribunal de Budapest pour des accusations de crimes de guerre, notamment contre des juifs, perpétrés en Serbie en 1942.

Le procès "pourrait être un des derniers, sinon le dernier des grands procès d'un criminel de guerre nazi", avait estimé le Centre Simon Wiesenthal, spécialisé dans la traque des nazis, et dont le dirigeant, Efraim Zuroff, a retrouvé la trace de Sandor Kepiro.

Le procès est ouvert au public et débutera à 07H00 GMT (09H00 locales). Aucune mesure de sécurité particulière n'est prévue et l'accusé, qui encourt la prison à perpétuité, comparaîtra libre.

Classé en tête de la liste du Centre Simon Wiesenthal des criminels nazis les plus recherchés, Sandor Kepiro est soupçonné par le Centre Simon Wiesenthal d'avoir contribué au massacre d'au moins 1.200 civils, juifs et serbes, en janvier 1942 à Novi Sad, aujourd'hui serbe, territoire alors annexé par le régime hongrois pro-nazi de l'Amiral Miklos Horthy et occupé par des forces hongroises aux côtés de la Wehrmacht nazie.

"Selon l'acte d'accusation, Sandor Kepiro a contribué lors d'une razzia entre les 21 et 23 janvier 1942 à l'exécution illégale de civils innocents en tant que commandant d'une patrouille", indique le Parquet hongrois. Il devra répondre directement de la mort de 36 personnes.

S'il admet avoir été présent lors de la rafle de Novi Sad, Sandor Kepiro affirme, lui, qu'il est innocent. Il a déjà été condamné à deux reprises, en 1944 puis, après l'annulation du premier procès, en 1946, par contumace, pour la razzia de Novi Sad (à respectivement 10 et 14 ans de prison), mais n'a pas purgé sa peine car il s'était enfui de Hongrie dès 1944.

Efraim Zuroff a retrouvé sa trace en 2006 à Budapest, où il est rentré sans problème, avec un passeport hongrois, et en toute discrétion en 1996 après avoir vécu près d'un demi-siècle en exil en Argentine.

Première publication : 05/05/2011

  • CINÉMA

    Le film "Shoah" de Claude Lanzmann en passe d'être diffusé dans le monde musulman

    En savoir plus

  • FRANCE

    La SNCF a été "un rouage de la machine nazie d'extermination" selon son PDG

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Un ex-chef néonazi suédois condamné pour incitation au vol de l'inscription d'Auschwitz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)