Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 09/05/2011

Elections législatives

Ce jeudi est jour de vote pour l'Irlande du Nord, 108 sièges de représentants régionaux étant à pourvoir. L'assemblée vient d'achever son premier mandat sans interruption, signe de réussite du processus de paix. Mais la division reste de mise entre Unionistes et Républicains. Va-t-il y avoir du changement ?

Les Nord-Irlandais se rendent aux urnes aujourd’hui 5 mai pour élire leurs 108 représentants régionaux. L’assemblée autonome d’Irlande du Nord vient d’achever son premier mandat sans interruption, ce qui est un signe de la solidité du processus de paix.

L’Irlande du Nord reste toutefois une société divisée entre unionistes, favorables au maintien de l’Irlande du Nord au sein du Royaume Uni, et républicains, qui militent pour l’unification de l’île. Pour la première fois dans ces élections, le parti républicain Sinn Féin pourrait devenir la première formation politique nord-irlandaise et Martin McGuinness, ancien chef de l’IRA (Armée républicaine irlandaise) être élu Premier ministre.

En revanche, Peter Robinson, chef des Démocrates unionistes est confiant de pouvoir conserver son fauteuil de chef de l’Exécutif nord-irlandais. « Vu l’acceuil chaleureux que nous recevons à travers le pays, je dirai que notre électorat se rendra aux urnes en masse », précise Peter Robinson, à France 24. « Notre parti veut conserver la place de leader qui est la sienne, car nous avons su mener notre Province vers la paix et la stabilité ».

Depuis plus de 30 ans les élections sont disputées autour de la fracture politico-religieuse. La bataille électorale est une question d’identité, les protestants votant pour les partis unionistes (DUP/ UUP), les catholiques pour les nationalistes ou républicains (Sinn Féin/ SDLP).

Mais pour la première fois dans cette campagne électorale, l’économie était un enjeu majeur. On parlait emploi, éducation. Lors des débats télévisés entre les leaders des 4 grands partis, on avait l’impression que tout à coup la ligne de fracture était beaucoup moins nette. Sur le terrain, une coalition de fait s’est installée entre Peter Robinson et Martin McGuinness de Sinn Féin, ennemis d’hier.

Il y a 10 ans, Peter Robinson aurait refusé de débattre ou même de se retrouver dans le même studio télévisé que son adversaire. Aujourd’hui, les deux hommes sont forcés de partager le pouvoir conformément aux règles de l’accord de paix de 1998. Et ils semblent fort bien s’accommoder de ce système, même s’il reste imparfait.

« Les électeurs se rendent compte désormais que les unionistes de Peter Robinson et les républicains que je représente parviennent à travailler ensemble», explique Martin McGuinness, à France 24.

L’Irlande du Nord est elle prête symboliquement à élire un ancien chef de l’IRA Premier ministre ?

« La plupart des gens n’ont aucun problème avec ça », dit M. McGuinness, Vice-Premier ministre sortant, « les seuls qui risquent d’avoir un problème sont les extrémistes côté unioniste, et aussi je suppose les gens qui ont tué Ronan Kerr », un jeune policier catholique mort le mois dernier dans l’explosion de son véhicule, piégé par des dissidents de l’IRA, opposés au processus de paix.

Si l’IRA a renoncé à la violence il y a six ans. La recrudescence des attentats des groupes dissidents était aussi un enjeu de cette campagne. Ont ils les moyens de faire dérailler le processus de paix ?

Pendant le week-end pascal, l’IRA véritable a encore menacé de multiplier ses attaques contre la police. Ils sont capable de tuer, ils l’ont montré à maintes reprises : 29 morts à Omagh en 1998, et plus récemment 2 soldats et 2 policiers tués. Mais « à chacune de leurs attaques, ils unissent » l’immense majorité de la population contre eux, estime Martin McGuinness, assurant qu’ils n’ont pas la capacité militaire de soutenir un conflit comme l’a fait l’IRA , qui fit trembler Londres pendant 20 ans.

« Ils n’ont pour stratégie politique que leurs attentats ». Et sans soutien populaire, ils ont peu de chances d’endommager sérieusement le processus de paix.

Par Hervé AMORIC

COMMENTAIRE(S)

Les archives

28/08/2015 Ouragan Katrina

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

Il y a 10 ans se produisait la plus grande catastrophe naturelle de l'histoire des États-Unis : le cyclone Katrina balayait La Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Troubles du...

En savoir plus

27/08/2015 Inde

Le secteur pharmaceutique indien entaché par des scandales

Cet été, 700 marques de médicaments génériques testés par la société indienne GVK Bio ont dû être retirées du marché européen, à la demande de la Commission européenne.

En savoir plus

26/08/2015 Territoires palestiniens

Proche-Orient : il y a dix ans, Israël évacuait les colonies de Gaza

Il y a dix ans Israël terminait l'évacuation des colonies de Gaza. Pour Ariel Sharon, l'objectif était d'améliorer la sécurité d'Israël et de respecter les lois internationales....

En savoir plus

25/08/2015 Migrants

Vidéo : dans "la jungle" de Calais, la vie s’organise

Dans le nord de la France, le camp de Calais surnommé "la jungle" abrite plus de 3 000 personnes, principalement des Africains. Les migrants patientent ici des semaines, souvent...

En savoir plus

24/08/2015 Grèce

Migrants à Kos : "On gérera les problèmes les uns après les autres"

Chaque jour, l'île grecque de Kos, non loin des côtes turques, voit débarquer des centaines de nouveaux migrants venus de Syrie, d'Irak ou encore du Pakistan. Après l'euphorie de...

En savoir plus