Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Le Groupe de contact crée un fonds destiné à soutenir le Conseil national de transition

Vidéo par Antoine MARIOTTI , Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/05/2011

Le Groupe de contact sur la Libye a décidé jeudi, à Rome, de mettre en place un fonds spécial "sous contrôle international" destiné à aider financièrement les opposants au régime de Mouammar Kadhafi.

AFP - Le groupe de contact sur la Libye, réuni jeudi à Rome, a décidé de créer un "fonds spécial" afin d'aider les rebelles, pour lesquels les Etats-Unis ont déjà décidé de puiser dans les avoirs, gelés, du régime de Mouammar Kadhafi.
              

"Un soutien économique plus fort est nécessaire", a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, en annonçant "l'établissement d'un fonds spécial". Sous le nom de mécanisme financier temporaire, il "permettra à des fonds d'être transférés effectivement et de manière transparente au Conseil national de transition" (CNT), l'organe politique de la rébellion, a-t-il précisé.
              
D'ores et déjà, s'est-il félicité, 250 millions de dollars ont été recueillis à des fins humanitaires.
              
Les participants se sont penchés sur la possibilité d'utiliser les fonds gelés du colonel Kadhafi et de ses proches, estimés à 60 milliards de dollars dans le monde, dont la moitié aux Etats-Unis.
              
"Cet argent appartient au peuple libyen, et l'Italie et la France ont déjà exhorté les organismes compétents de l'Union européenne à trouver une solution", a déclaré M. Frattini.
              
A ce sujet, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a annoncé que l'administration Obama allait "bâtir une législation" pour permettre de "puiser dans une partie" de ces fonds, afin qu'ils soient rendus "disponibles pour aider le peuple libyen".


         

    
Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a rappelé que l'utilisation de ces avoirs posait "des problèmes juridiques".
              
"C'est pour cela que nous avons mis en place une solution alternative qui peut fonctionner très rapidement", a-t-il ajouté, en soulignant que le fonds spécial serait "approvisionné par des dons, des prêts et ultérieurement par le dégel des avoirs".
              
Selon M. Juppé, ce fonds spécial sera opérationnel "d'ici quelques semaines".
              
Le responsable de l'économie du CNT, Ali Tarhoni, avait averti mardi que l'économie libyenne risquait l'effondrement et avait demandé "des lignes de crédit" de "deux à trois milliards d'euros" à la France, aux Etats-Unis et à l'Italie.
              
Les insurgés entendent "fournir de l'aide médicale, des vivres, maintenir des fonctions minimales comme l'électricité, les hôpitaux", avait expliqué le porte-parole du CNT Mahmoud Chamame.
              
Pour M. Chamame, ce mécanisme serait un nouveau jalon dans le soutien politique accordé aux rebelles par la communauté internationale.
              

LIBYE - REPORTAGE
Le Qatar, un des quatre pays à avoir reconnu le CNT avec la France, l'Italie et la Gambie, et coprésident de la rencontre de Rome, a aussi proposé d'aider les rebelles à exploiter les ressources pétrolières dans les zones qu'ils contrôlent.
              
Organisatrice de la deuxième réunion du groupe créé à Londres en mars, l'Italie accueillait 22 pays participants, six institutions internationales dont l'UE, l'Otan et l'Organisation de la conférence islamique, ainsi que six observateurs dont l'Union africaine et la Banque mondiale.
              
Outre l'instauration d'un mécanisme d'aide financière au CNT, figuraient à l'ordre du jour des discussions sur ce conflit qui a fait plus de 10.000 morts selon les rebelles et sur les moyens de parvenir "le plus vite possible à un cessez-le-feu".
              
"La meilleure chose à faire pour Kadhafi est de cesser sa violence brutale et de quitter le pouvoir", a lancé Mme Clinton, en soulignant que les Etats-Unis entendent agir exclusivement dans le cadre de la résolution de l'ONU.
              
Franco Frattini a souhaité que "de plus en plus de partenaires envisagent d'établir des relations bilatérales" avec le CNT, lui accordant ainsi leur reconnaissance.
              
La prochaine réunion du groupe de contact se tiendra aux Emirats arabes unis, probablement dans la deuxième quinzaine de juin.

Première publication : 05/05/2011

  • FRANCE

    Alain Juppé : "Il n'est pas question d'un enlisement en Libye"

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le Groupe de contact se réunit à Rome pour décider d'une aide à la rébellion

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le procureur de la CPI va demander trois mandats d'arrêt pour crimes contre l'humanité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)