Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Le Groupe de contact se réunit à Rome pour décider d'une aide à la rébellion

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/05/2011

À Rome, l'Italie accueille le Groupe de contact sur la Libye - soit 22 pays et plusieurs institutions internationales dont l'Otan - pour discuter de la mise en place d'une aide financière au bénéfice des insurgés.

AFP - La réunion du Groupe de contact sur la Libye a débuté jeudi matin à Rome, où les participants doivent notamment discuter de la mise en place d'un système pour aider financièrement la rébellion libyenne, a constaté l'AFP.

"Parler des modalités politiques de cette aide"

Organisatrice de la deuxième réunion de ce groupe, l'Italie accueille 22 pays participants, 6 institutions internationales dont l'UE, l'Otan et l'Organisation de la conférence islamique ainsi que 6 observateurs dont l'Union africaine et la Banque mondiale.

Outre le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, hôte de la réunion qui se tient au siège de son ministère à La Farnesina, la réunion comprend notamment la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, le chef de la diplomatie française Alain Juppé et son homologue britannique William Hague.

Au menu des discussions sur ce conflit qui a fait plus de 10.000 morts selon un bilan invérifiable fourni par les rebelles, figure l'instauration prévue d'un mécanisme d'aide au Conseil national de transition (CNT), leur organe politique.

Le principe serait d'utiliser les avoirs du colonel Kadhafi et de sa famille gelés par l'ONU et l'Union européenne comme garantie pour ouvrir des lignes de crédit en faveur des rebelles.

Le Qatar, dont le Premier ministre, cheikh Hamad Ben Jassem Al-Thani, sera co-président de la réunion de Rome, a de son côté proposé d'aider les rebelles à exploiter les ressources pétrolières dans les zones qu'ils contrôlent.

Le Groupe de contact, mis en place à Londres fin mars, comprend des pays occidentaux comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, des pays arabes, notamment le Qatar, la Jordanie et le Maroc, et des organisations internationales, dont l'ONU, la Ligue arabe et l'Otan.

Première publication : 05/05/2011

  • LIBYE

    Le procureur de la CPI va demander trois mandats d'arrêt pour crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • FRANCE

    Alain Juppé : "Il n'est pas question d'un enlisement en Libye"

    En savoir plus

  • LIBYE

    Un millier de personnes à Tripoli pour les funérailles du fils de Kadhafi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)