Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Economie

Les printemps arabes plombent les bénéfices de la Société générale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/05/2011

Au premier trimestre, la Société générale a vu son bénéfice net reculer de près de 14%. L'établissement français explique que les révolutions en Égypte et en Tunisie ainsi que la situation en Côte d'Ivoire ont pénalisé son activité.

REUTERS - La Société générale a annoncé jeudi des résultats inférieurs aux attentes du marché au premier trimestre à cause d'une dépréciation plus élevée que prévu sur sa dette et des troubles dans les pays arabes et en Côte d'Ivoire.

Son bénéfice net recule ainsi de près de 14% à 916 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année, alors que les analystes tablaient sur un résultat net d'un milliard d'euros d'après le consensus de la rédaction de Reuters.

Hors impact de la réévaluation de la dette, qui lui a coûté 239 millions d'euros du fait du resserrement des spreads de crédit, le résultat net de la SocGen aurait été de 1,15 milliard d'euros.

"Nous avons subi un impact des troubles en Côte d'Ivoire, en Egypte et en Tunisie. Certaines de nos banques ont dû fermer pendant quelques temps", a expliqué Frédéric Oudéa, le PDG de la banque, dans une interview sur la chaîne de télévision CNBC.

"Nous avons décidé de passer une provision prudente pour les risques de 51 millions (d'euros)", a-t-il ajouté.

A l'international, le résultat net de la banque chute du coup de 61% en raison aussi de la crise économique en Roumanie, où le groupe est présent avec sa filiale BRD, ainsi qu'en Grèce où elle détient Geniki.

Selon CNBC, la Société générale maintient toutefois son objectif d'un bénéfice net de six milliards d'euros en 2012. Une porte-parole du groupe n'a pas été en mesure de confirmer dans l'immédiat cette information.

Au final, la banque, déjà ébranlée ces trois dernières années par l'affaire Kerviel puis par la crise financière, se fait à nouveau distancer par son éternelle rivale BNP Paribas <BNPP.PA> qui a annoncé mercredi un bénéfice net trimestriel près de trois fois supérieur, à 2,6 milliards d'euros.

A la Bourse de Paris, l'action SocGen a terminé mercredi en baisse de 0,11% à 45,52 euros. Elle gagne toutefois plus de 13% depuis le début de l'année après avoir abandonné près de 18% en 2010, et surperforme l'indice sectoriel Stoxx 600, en progression de 1,16% depuis le 1er janvier.

Première publication : 05/05/2011

  • BANQUES

    Le bénéfice de la Société générale a plus que doublé

    En savoir plus

  • BANQUES

    La Société Générale va verser 250 millions d'euros de bonus en 2010

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)