Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

Une enquête disculpe les renseignements et les secours

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/05/2011

La responsabilité des attentats de Londres, où 52 personnes avaient péri dans les transports publics en 2005, n'est pas imputable à une quelconque négligence émanant des renseignements et/ou des secours - selon une enquête de la justice.

AFP - La juge présidant l'enquête sur les attentats de 2005 dans les transports en commun de Londres, imputés à Al-Qaïda, a estimé vendredi dans ses conclusions que rien n'aurait pu alléger le bilan de 52 morts.

"Les preuves médicales et scientifiques ne mènent qu'à une seule et triste conclusion: chacune (des victimes) serait morte de toute façon", a déclaré la juge Heather Hallett, rejetant ainsi les allégations selon lesquelles certains blessés, encore en vie juste après les attentats, auraient pu être sauvés.

Les 52 personnes les plus touchées par les explosions seraient décédées, "peu importe le temps qu'auraient pris les services de secours à les atteindre et à les secourir", a ajouté la juge, commençant à lire dans un tribunal du centre de Londres les conclusions de six mois de travaux.

Les preuves "ne soutiennent pas les conclusions selon lesquelles une organisation ou une personne a provoqué ou contribué à des morts", a-t-elle tranché, dans une salle d'audience bondée, de nombreux rescapés et des familles de victimes attendant dans l'impatience le "verdict" de la juge, près de six ans après les événements.

La juge a sans surprise qualifié les 52 morts de "délit d'homicide", dans un verdict intervenant quelques jours après la mort du chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, dimanche dans une opération américaine menée au Pakistan.

Le 7 juillet 2005, quatre kamikazes, des musulmans britanniques, avaient fait exploser leurs bombes dans les transports en commun londoniens, tuant 52 personnes et faisant plus de 700 blessés. Il s'agit de l'attentat le plus sanglant ayant jamais eu lieu sur le territoire britannique.

Spécifique à l'Angleterre et au Pays de Galles, l'enquête judiciaire, ou "inquest" en anglais, n'est pas un procès. Il s'agit d'une procédure visant à déterminer les circonstances de la mort, et il n'y a ni accusé ni condamnation.

Elle avait été réclamée par les familles des victimes après les nombreuses accusations pesant sur les services de renseignements et de secours.

Première publication : 06/05/2011

  • ROYAUME-UNI

    Scotland Yard s'engage à dédommager la famille du faux kamikaze brésilien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)