Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

EUROPE

Une enquête disculpe les renseignements et les secours

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/05/2011

La responsabilité des attentats de Londres, où 52 personnes avaient péri dans les transports publics en 2005, n'est pas imputable à une quelconque négligence émanant des renseignements et/ou des secours - selon une enquête de la justice.

AFP - La juge présidant l'enquête sur les attentats de 2005 dans les transports en commun de Londres, imputés à Al-Qaïda, a estimé vendredi dans ses conclusions que rien n'aurait pu alléger le bilan de 52 morts.

"Les preuves médicales et scientifiques ne mènent qu'à une seule et triste conclusion: chacune (des victimes) serait morte de toute façon", a déclaré la juge Heather Hallett, rejetant ainsi les allégations selon lesquelles certains blessés, encore en vie juste après les attentats, auraient pu être sauvés.

Les 52 personnes les plus touchées par les explosions seraient décédées, "peu importe le temps qu'auraient pris les services de secours à les atteindre et à les secourir", a ajouté la juge, commençant à lire dans un tribunal du centre de Londres les conclusions de six mois de travaux.

Les preuves "ne soutiennent pas les conclusions selon lesquelles une organisation ou une personne a provoqué ou contribué à des morts", a-t-elle tranché, dans une salle d'audience bondée, de nombreux rescapés et des familles de victimes attendant dans l'impatience le "verdict" de la juge, près de six ans après les événements.

La juge a sans surprise qualifié les 52 morts de "délit d'homicide", dans un verdict intervenant quelques jours après la mort du chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, dimanche dans une opération américaine menée au Pakistan.

Le 7 juillet 2005, quatre kamikazes, des musulmans britanniques, avaient fait exploser leurs bombes dans les transports en commun londoniens, tuant 52 personnes et faisant plus de 700 blessés. Il s'agit de l'attentat le plus sanglant ayant jamais eu lieu sur le territoire britannique.

Spécifique à l'Angleterre et au Pays de Galles, l'enquête judiciaire, ou "inquest" en anglais, n'est pas un procès. Il s'agit d'une procédure visant à déterminer les circonstances de la mort, et il n'y a ni accusé ni condamnation.

Elle avait été réclamée par les familles des victimes après les nombreuses accusations pesant sur les services de renseignements et de secours.

Première publication : 06/05/2011

  • ROYAUME-UNI

    Scotland Yard s'engage à dédommager la famille du faux kamikaze brésilien

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)