Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Amériques

85 000 personnes manifestent contre les violences liées au trafic de drogue

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/05/2011

Une manifestation a rassemblé plus de 85 000 personnes dimanche à Mexico pour la fin des violences liées au narcotrafic et le retrait des 50 000 soldats envoyés par Calderon pour affronter les cartels. Depuis début 2011, il y aurait eu 3 000 morts.

AFP - Plus de 85.000 personnes, selon une estimation des autorités de la ville, ont défilé silencieusement dimanche à Mexico contre la violence provoquée par les narcotrafiquants et la riposte militaire de l'Etat, point culminant d'une marche de quatre jours partie jeudi de Cuernavaca, à 90 km au sud de la capitale mexicaine.

La marche "pour la paix, la sécurité et la justice" a été lancée à l'initiative du poète et journaliste Javier Sicilia, dont le fils a été assassiné en mars. A la tête d'une foule silencieuse porteuse d'une marée de ballons blancs portant les noms de victimes de la violence, Javier Sicilia a pénétré en fin d'après-midi sur le Zocalo, l'immense place centrale de Mexico, alors que seules se faisaient entendre les cloches de la cathédrale.

Les femmes sont de plus en plus actives dans le trafic de drogue

Les manifestants demandent la fin des violences des narcotrafiquants et le retrait rapide des 50.000 soldats qui sont chargés d'affronter les cartels de la drogue depuis décembre 2006, date de l'arrivée au pouvoir du président mexicain Felipe Calderon.

Selon les chiffres officiels, cette offensive a fait 34.600 morts entre décembre 2006 et décembre 2010. Selon des estimations de la presse, plus de 3.000 personnes supplémentaires ont trouvé la mort depuis le début 2011.

"Nous voulons donner des visages, des noms, des dates, à chacune ces 40.000 victimes qu'a laissées derrière elle cette stratégie meurtrière", avait dit à l'AFP Javier Sicilia au départ de la manifestation.

"La sécurité nationale, ce n'est pas seulement lâcher les troupes dans la rue, c'est beaucoup d'autres choses", a-t-il dit. "Nous devons nous asseoir autour d'une table et réfléchir à la stratégie, parce que ce qui a été fait jusqu'à maintenant a été une erreur".

La marche avait démarré jeudi dans la ville de Cuernavaca, à 90 km au sud de la capitale mexicaine - où le 28 mars dernier, avaient été trouvés dans une voiture les cadavres d'un fils de Javier Sicilia, Juan Francisco, et de six autres personnes portant des traces de torture. Les homicides ont été attribués par le gouvernement à un cartel de trafiquants de drogue.

Il s'agit de la deuxième protestation convoquée par Javier Sicilia depuis la mort de son fils. La prochaine initiative sera la signature en juin d'un pacte pour la dignité nationale, à Ciudad Juarez, dans le nord du Mexique, la ville la plus touchée par la violence avec plus de 3.000 morts en 2010.

En tête de la manifestation, portant le drapeau du Mexique, figurait aussi dimanche Julian LeBaron, leader d'une communauté de mormons de l'Etat du Chihuahua (nord), dont le fils a été assassiné après avoir été enlevé. "Je suis ici pour qu'on s'en souvienne pour que cesse l'impunité".

Derrière lui, se tenant par les bras, ont défilé Javier Sicilia et d'autres parents de victimes avec des dizaines de pancartes portant les photos d'hommes ou de femmes morts ou disparus au cours des quatres dernières années.

Catholique pratiquant, le poète avait commencé la journée, au départ de la cité universitaire, par une prière collective avec d'autres sympathisants. Sur le trajet, s'est joint au cortège le père Alejandro Solalinde, un défenseur des droits des immigrés d'Amérique centrale et du Sud qui passent par le Mexique pour gagner les Etats-Unis. En août 2010, 72 immigrants des ces régions avaient été assassinés dans une localité du nord du pays par le cartel des Zetas, un gang formé par d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine.

Le vol de grain, activité lucrative pour les cartels

Première publication : 09/05/2011

  • MEXIQUE

    Au moins 126 corps retrouvés dans des charniers depuis début avril

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Colère et indignation après la découverte d'un charnier dans le nord du pays

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Un fonctionnaire des douanes américaines tué par balles à Monterrey

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)