Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Moyen-orient

Face au soulèvement anti-Assad, les chrétiens de Syrie hésitent à prendre position

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 10/05/2011

Tandis que le régime durcit la répression contre le soulèvement populaire qui a débuté dans le pays il y a six semaines, les chrétiens de Syrie observent les évènements avec prudence, craignant pour leur avenir.

Alors que le régime syrien s’emploie à réprimer avec violence les manifestations appelant à son renversement et que la contestation s’étend et se radicalise dans le pays, certaines franges de la population syrienne - multiconfessionnelle - observent avec prudence ce mouvement qui bouscule le régime du président Bachar al-Assad, au pouvoir depuis 2000.

Scénario irakien

Depuis le début du soulèvement, les deux millions de chrétiens qui vivent en Syrie (12 % de la population) se sont tenus à l'écart des manifestations, constituées d'une écrasante majorité de sunnites, fer de lance de la mobilisation. "La plupart des chrétiens sont restés en marge de la révolte syrienne, attentistes. Ils craignent une issue défavorable à la crise qui porterait atteinte à leur vie et à leurs biens", explique Mohamed Ajlani, professeur de sciences politiques et de relations internationales au Centre d'études diplomatiques et stratégiques (CEDS), joint par FRANCE 24.

Rien ne peut ébranler les bonnes relations des chrétiens avec les alaouites et les sunnites

Au sein de cette communauté, l'inquiétude de voir se reproduire le scénario irakien est très forte. Beaucoup ont peur d'être contraints à l'exil, comme l'ont été les chrétiens irakiens depuis la chute de Saddam Hussein, victimes de plusieurs attentats meurtriers. "La déstabilisation de la Syrie pourrait compromettre les rapports entre les communautés religieuses et, de la même manière que cela s’est produit en Irak après l’occupation des Américains, nuire aux deux millions de chrétiens qui vivent dans le pays", déclarait récemment le vicaire apostolique catholique latin d’Alep, Mgr Giuseppe Nazzaro, à l’agence missionnaire Misna.

Jusqu'à présent en effet, la famille Assad, au pouvoir à Damas depuis 1970 et elle-même issue de la minorité religieuse alaouite (dérivée de l’islam chiite), a placé de facto sous sa protection les minorités chrétiennes et druzes du pays. "Le régime a toujours cherché à entretenir une relation privilégiée avec les chrétiens de Syrie afin d’asseoir sa légitimité interne. En s’alliant avec les minorités, le pouvoir a voulu équilibrer les rôles face à la majorité sunnite, et entretenir son image de rempart contre l’islamisme vis-à-vis de l’extérieur", analyse Mohamed Ajlani.

Pris en étau

De leur côté, les chrétiens ont été confortés au fil des ans par la nature laïque du régime et par la mise au pas de l’islamisme radical dont ils redoutent la prise de pouvoir en cas de révolution. "Les Assad ont toujours exploité cette carte, prétendant qu'en cas de chute du régime, le chaos règnerait et que les chrétiens seraient les premiers à payer les pots cassés", relève Mohamed Ajlani.

En échange de la sécurité et de la liberté de culte, les chrétiens de Syrie ont renoncé à jouer un rôle politique semblable à celui de leurs coreligionnaires libanais. Et ce malgré la présence de quelques-uns de leurs représentants au sein du gouvernement ou du Parlement. C’est au prix de ce marché implicite - et non pas tant par adhésion politique au régime des Assad - que l’une des plus vieilles communautés chrétiennes du monde a réussi à prospérer économiquement dans un climat de tolérance religieuse.

"Les chrétiens de Syrie sont une composante très active de la société syrienne, notamment dans les domaines économiques et culturels. Si certains se sont accommodés du régime et ont profité du système pour s’enrichir, d’autres ont choisi l’opposition et la clandestinité, à l’image des autres communautés", analyse pour sa part Samir Arbache, historien des religions et spécialiste du Proche-Orient à l'université catholique de Lille, joint par FRANCE 24.

Prise en étau entre les manifestations appelant à la chute du régime et l’attente d’une solution politique à la crise, la communauté chrétienne hésite donc à prendre position. "Si le régime tombe, on risque de subir, à tort, la colère de tous ceux qui ont été frustrés par le régime des Assad. Si nous participons aux manifestations, le régime risque de nous le faire payer très cher en s’attaquant à nos droits. Dans les deux cas nous sommes perdants !", conclut Sami, un jeune chrétien maronite de Damas. 

Première publication : 09/05/2011

  • SYRIE

    Le régime intensifie son offensive dans les villes insurgées

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces syriennes déployées à Homs et Tafas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Sur Facebook, des opposants proposent à Bachar Al-Assad des élections libres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)