Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Des tirs signalés dans la banlieue ouest de Damas

Vidéo par Lizzie TREU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/05/2011

Alors que le régime poursuit son offensive pour réprimer la contestation née de plusieurs villes du pays, des tirs ont été entendus ce lundi dans les quartiers ouest de Damas. À Banias (nord-ouest), les domiciles d'opposants sont perquisitionnés.

AFP - Des tirs étaient entendus lundi dans la banlieue de Damas, alors que les perquisitions se poursuivaient à Banias (nord-ouest) où l'armée est intervenue samedi pour mater le mouvement de contestation contre le régime, selon des militants des droits de l'Homme.

A Mouadamiya, une localité à l'ouest de Damas, "des tirs étaient entendus le matin, alors que les communications téléphoniques ont été coupées", a affirmé à l'AFP un militant des droits de l'Homme.

L'armée intervient à Banias et à Homs

Selon un témoin, "la route menant de la localité vers la capitale était coupée".

Entretemps, dans la ville côtière de Banias qui compte 50.000 habitants, "les perquisitions dans les maisons se sont poursuivies dans la nuit et lundi matin. Les chars se trouvent toujours dans la ville", selon Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

"L'eau, l'électricité et les communications téléphoniques y sont toujours coupées", a-t-il ajouté.

Les arrestations à Banias "dépassent les 300 personnes", selon M. Abdel Rahmane.

Les chefs de file de la contestation, dont cheikh Anas al-Ayrout, considéré comme le leader du mouvement, et Bassam Sahiouni, avaient été arrêtés dimanche soir par les forces de sécurité dans cette ville, avaient indiqué des militants.

M. Sahiouni a été arrêté en compagnie de son père et de ses frères, a précisé M. Abdel Rahmane. Les propriétaires de boutiques de programmation de l'internet ont été également arrêtés à Banias "isolée du monde extérieur" selon lui.A la mi-Journée, M. Abdel Rahmane a annoncé que les autorités syriennes à Banias avaient libéré lundi les personnes ayant plus de 40 ans. Il n'a pas précisé si les chefs de file de la contestation en faisaient partie.

Malgré tout, "des centaines de femmes, bravant les agents de sécurité et l'armée, sont sorties dans la rue pour demander la libération du reste des détenus", a-t-il ajouté.

Les villes syriennes où ont eu lieu des manifestations
En rouge, les villes où ont eu lieu les plus importantes manifestations et répressions depuis le 15 mars.

Première publication : 09/05/2011

  • SYRIE

    Le régime intensifie son offensive dans les villes insurgées

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces syriennes déployées à Homs et Tafas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Sur Facebook, des opposants proposent à Bachar Al-Assad des élections libres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)