Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

Moyen-orient

L'Union européenne décrète un embargo sur les armes à destination de la Syrie

©

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/05/2011

Bruxelles a adopté des sanctions contre 13 responsables syriens et un embargo sur les exportations d'armes et de matériel pouvant être utilisé "contre la population" à l'encontre de Damas. Des mesures qui entrent en vigueur ce mardi.

AFP - Des sanctions contre treize responsables syriens et un embargo sur les armes ont été formellement adoptés par l'Union européenne et entreront en vigueur dès mardi, a annoncé l'UE lundi dans un communiqué.

"Le Conseil a adopté une décision imposant un embargo sur les exportations vers la Syrie d'armes et de matériel pouvant être utilisé pour la répression contre la population, ainsi que des interdictions de visa et un gel d'avoirs", selon le communiqué.

Les interdictions de visas d'entrée dans l'Union européenne et le gel d'avoirs visent treize responsables et proches du régime syrien identifiés comme étant responsables de la répression violente exercée contre la population civile, a précisé l'Union européenne.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a souligné que ces mesures répondaient à "l'escalade des autorités syriennes" dans la répression.

Ces mesures seront publiées mardi au Journal officiel de l'UE, ce qui signifie qu'elles entreront en vigueur le jour même, a indiqué le communiqué.

Les noms des personnalités visées par les sanctions n'ont pas été précisés lundi soir.

Toutefois un diplomate de l'UE a indiqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat que des responsables gouvernementaux, militaires et des services de renseignements figuraient sur la liste, ainsi que deux parents du président syrien Bachar al-Assad.

Vendredi, les ambassadeurs des 27 Etats membres de l'UE étaient tombés d'accord pour sanctionner treize responsables syriens, mais pas dans l'immédiat le président syrien, selon des sources diplomatiques.

Des divergences s'étaient auparavant fait jour au sein de l'UE sur l'opportunité d'imposer des sanctions au président Assad.

Les ambassadeurs s'étaient mis d'accord pour adopter des mesures supplémentaires à l'encontre des responsables de violences contre les civils, "et en particulier pour examiner pleinement l'inclusion sur la liste du plus haut niveau du leadership syrien", selon des diplomates.

Durant les échanges à ce sujet, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne avaient plaidé pour qu'un message clair et ferme soit envoyé au régime syrien, tandis que d'autres Etats, notamment Chypre, le Portugal et la Grèce, étaient plus réticents à imposer des sanctions au chef de l'Etat syrien.

Selon des organisations de défense des droits de l'homme, depuis le début du mouvement de contestation, entre 600 et 700 personnes ont été tuées et au moins 8.000 personnes ont été interpellées en Syrie.

Première publication : 09/05/2011

  • SYRIE

    Des tirs signalés dans la banlieue ouest de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime intensifie son offensive dans les villes insurgées

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces syriennes déployées à Homs et Tafas

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)