Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Saeb Erekat : "La solution à deux États a été détruite"

En savoir plus

MODE

Pitti Uomo, à Florence, le plus grand salon de mode masculine au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les autorisations de coupe de bois suspendues après la tuerie en Casamance

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Après un an de Trump, "le progrès social est en panne aux États-Unis"

En savoir plus

FRANCE

Coup de filet dans les milieux islamistes de la région parisienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/05/2011

Dans le cadre de la lutte contre les filières djihadistes, le renseignement intérieur français a arrêté, à Paris et en région parisienne, six islamistes présumés qui ont effectué de fréquents séjours dans la région pakistano-afghane.

AFP - Six membres présumés de milieux islamistes ont été interpellés mardi à Paris et en Ile-de-France dans le cadre de la lutte contre les filières jihadistes, a-t-on appris de sources policières.

De premières informations faisaient état de sept interpellations.

Ces interpellations ont eu lieu dans la capitale, mais aussi à Stains (Seine-Saint-Denis), où des perquisitions étaient toujours en cours, et Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), selon ces sources.

Ces interpellations ont été réalisées par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans le cadre de la lutte contre les filières jihadistes, dont les membres présumés effectuent des allers et retours vers la zone pakistano-afghane, selon ces sources.

Les interpellés devaient être placés en garde à vue, à l'issue des perquisitions, au siège de la DCRI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Lundi, M. Guéant avait assuré qu'il n'existait "pas d'éléments concrets" pouvant laisser croire à un risque d'attentat en France, après la mort du fondateur d'Al Qaïda Oussama Ben Laden.

 

Première publication : 10/05/2011

  • TERRORISME

    Al-Qaïda confirme la mort de Ben Laden et menace de la venger

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Paris s'attend à des représailles après la mort d'Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    La plupart des pays restent sur leurs gardes après la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)