Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Abd Al Malik : le "combattant de la culture" reprend les armes pour Camus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Les Russes ne sont pas nos ennemis", estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les musulmans rohingyas humiliés en Birmanie et une polémique après l'expulsion de France d'un Malien

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

FRANCE

Coup de filet dans les milieux islamistes de la région parisienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/05/2011

Dans le cadre de la lutte contre les filières djihadistes, le renseignement intérieur français a arrêté, à Paris et en région parisienne, six islamistes présumés qui ont effectué de fréquents séjours dans la région pakistano-afghane.

AFP - Six membres présumés de milieux islamistes ont été interpellés mardi à Paris et en Ile-de-France dans le cadre de la lutte contre les filières jihadistes, a-t-on appris de sources policières.

De premières informations faisaient état de sept interpellations.

Ces interpellations ont eu lieu dans la capitale, mais aussi à Stains (Seine-Saint-Denis), où des perquisitions étaient toujours en cours, et Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), selon ces sources.

Ces interpellations ont été réalisées par la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans le cadre de la lutte contre les filières jihadistes, dont les membres présumés effectuent des allers et retours vers la zone pakistano-afghane, selon ces sources.

Les interpellés devaient être placés en garde à vue, à l'issue des perquisitions, au siège de la DCRI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Lundi, M. Guéant avait assuré qu'il n'existait "pas d'éléments concrets" pouvant laisser croire à un risque d'attentat en France, après la mort du fondateur d'Al Qaïda Oussama Ben Laden.

 

Première publication : 10/05/2011

  • TERRORISME

    Al-Qaïda confirme la mort de Ben Laden et menace de la venger

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Paris s'attend à des représailles après la mort d'Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    La plupart des pays restent sur leurs gardes après la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)