Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-orient

Pour le régime de Damas, la fin du mouvement de contestation est imminente

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/05/2011

Dans une interview au "New York Times", une conseillère du président Bachar al-Assad estime que le mouvement de révolte, entamé il y a deux mois, montre des signes d'essoufflement. Le "moment le plus dangereux est derrière nous", dit-elle.

C’est une sortie médiatique d’autant plus remarquée que les officiels syriens n’ont pas l’habitude de s’exprimer dans les médias occidentaux. Boutheina Chaabane, conseillère spéciale du président Bachar al-Assad - qui endosse souvent le rôle de porte-parole - a accordé au "New York Times" une interview  dans laquelle elle affiche la confiance du régime face à la contestation qui secoue le pays depuis deux mois.

Un convoi humanitaire de l’ONU n’a pas pu entrer à Deraa

Lundi, un porte-parole des Nations unies a indiqué que les autorités syriennes avaient empêché une mission humanitaire onusienne d’entrer dans la ville de Deraa, dans le sud du pays. La Grande-Bretagne n’a pas manqué de souligner ce fait à l’ONU, alors que les nations occidentales lancent une nouvelle offensive diplomatique pour tenter d’obtenir des sanctions contre Damas.

"J'espère que nous sommes en train de vivre la fin de cette histoire. Je pense que le moment le plus dangereux est derrière nous. Je l'espère, je le crois", a déclaré la conseillère aux journalistes du quotidien américain, qui ont eu l’autorisation exceptionnelle de pénétrer quelques heures dans le pays pour rencontrer brièvement leur interlocutrice.

Depuis le début du mouvement de contestation, la Syrie est en effet fermée aux journalistes et les rares informations qui filtrent sur les violences entre les forces de l’ordre et les opposants au régime émanent de témoins ou de militants de droits de l’Homme.

Lundi, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté que les autorités ont procédé à de nouvelles arrestations dans la capitale, Damas, et à Banias, ville située sur la côte méditerranéenne. Depuis le début de la révolte, à la mi-mars, entre 600 et 700 personnes auraient été tuées et au moins 8 000 interpellées, selon des ONG.

À ce sujet, Boutheina Chaabane a justifié dans le "New York Times" l’attitude répressive du régime, qui ne "peut pas être bienveillant avec des gens qui mènent une rébellion armée".

Sanctions "gérables"

La communauté internationale ne partage pas cette analyse. Les sanctions contre 13 responsables syriens et l'embargo sur les armes adoptés par l'Union européenne (UE) pour endiguer "la répression contre la population" sont entrés en vigueur ce mardi.

Le frère de Bachar Al-Assad, Maher, est visé par les sanctions européennes

Parmi ces responsables figure notamment Maher al-Assad, frère cadet du président syrien et chef de la Garde républicaine, a-t-on appris mardi matin. Le chef de l’État, lui, n’est pour l’instant pas visé par les sanctions européennes.

Les États-Unis ont de leur côté imposé des sanctions économiques à des responsables du pays et prévenu vendredi qu'ils pourraient adopter de nouvelles mesures si Damas ne mettait pas fin à la répression.

Mais ces mesures de rétorsion n’entament pas l’optimisme du régime. Dans l’entretien accordé au quotidien américain, la conseillère de Bachar al-Assad estime que ces sanctions sont gérables. "Ceci est un moyen de pression qui a souvent été utilisé contre nous. Tout s’arrangera une fois que notre pays sera de nouveau sûr. Nous n’allons pas vivre cette crise éternellement", assure-t-elle.

Première publication : 10/05/2011

  • SYRIE

    Des tirs signalés dans la banlieue ouest de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime intensifie son offensive dans les villes insurgées

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces syriennes déployées à Homs et Tafas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)