Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

L'ex-nazi Demjanjuk condamné à cinq ans de prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2011

John Demjanjuk a été reconnu coupable jeudi par la justice allemande de complicité dans l'extermination de 27 900 juifs à Sobibor (Pologne) lors de la Seconde Guerre mondiale. L'ex-garde de camp nazi, âgé de 91 ans, est condamné à cinq ans de prison.

REUTERS - La justice allemande a déclaré jeudi John Demjanjuk coupable de complicité dans l'extermination de 27.900 Juifs au camp de la mort nazi de Sobibor, en 1943 en Pologne.

Agé de 91 ans, Demjanjuk, qui a toujours clamé son innoncence, est ainsi condamné à cinq ans de prison en tant que complice dans ce massacre.

Il avait été extradé des Etats-Unis vers l'Allemagne en 2009, où le parquet de Munich l'avait inculpé de complicité.

Né en 1920 en Ukraine, Demjanjuk a émigré aux Etats-Unis au début des années 1950 et obtenu la nationalité américaine. Déchu de sa nationalité, il a été extradé en 1981 vers Israël, où la justice l'a condamné à mort en 1988.

Mais cinq ans plus tard, la Cour suprême israélienne cassait le jugement et le libérait, estimant qu'il n'était pas celui qu'on avait surnommé "Ivan le Terrible".

En 1998, il recouvrait sa nationalité américaine, mais le département de la Justice rouvrait son dossier en 1999, estimant qu'il était bien garde dans un camp de la mort pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 2002, il perdait de nouveau sa nationalité américaine et finissait par être extradé vers l'Allemagne en mai 2009 après lancement d'un mandat d'arrêt contre lui par la justice
allemande.

Première publication : 12/05/2011

  • HONGRIE

    Le procès de Sandor Kepiro est "un moment historique pour la Hongrie"

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Un ex-chef néonazi suédois condamné pour incitation au vol de l'inscription d'Auschwitz

    En savoir plus

  • FRANCE

    La SNCF a été "un rouage de la machine nazie d'extermination" selon son PDG

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)