Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Amériques

Le ministre de la Justice évoque la "légitime défense" face à Ben Laden

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2011

Eric Holder, le ministre américain de la Justice, a affirmé que la mort de Ben Laden n'était pas un assassinat. Les fils du terroriste avait dénoncé, mardi, une "exécution arbitraire" et s'indignait qu'il ne soit pas jugé par un tribunal.

AFP - Le ministre américain de la Justice, Eric Holder, a déclaré jeudi que la mort d'Oussama Ben Laden, tué par un commando américain, constituait "un acte de légitime défense nationale" et que sa reddition aurait été acceptée, si elle avait été "possible".

"Ce qui est arrivé à Ben Laden n'est pas un assassinat. L'opération (confiée à un commando) a été conduite de façon à éviter des victimes civiles", a expliqué M. Holder à la BBC.

Al-Qaïda dans le monde

"Sa reddition aurait été acceptée si elle avait été possible, mais nous n'allions pas risquer de mettre en danger la vie des courageux SEALS (membres du commando qui a mené l'opération)", a-t-il souligné. Il s'agissait, a-t-il fait valoir, d'un "acte de légitime défense nationale."

"C'était une mission pour le capturer ou le tuer. Si une reddition s'était avérée possible, elle aurait été opérée. Mais nous avions avant tout à l'esprit la protection des forces qui sont intervenues" sur place.

"C'était un homme qui avait juré de ne jamais être pris vivant, il y a avait des indications qu'il pouvait peut-être avoir des explosifs sur lui, qu'il pouvait y avoir des armes dans la pièce" où il se trouvait, a justifié M. Holder.

Ennemi public numéro un aux Etats-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001, le chef d'Al-Qaïda a été tué le 2 mai dans une villa située dans la ville-garnison pakistanaise d'Abbottabad où il se cachait, à deux heures de route d'Islamabad, lors d'une opération menée par un commando héliporté américain.

Les fils d'Oussama Ben Laden ont dénoncé mardi cette "exécution arbitraire" et jugé "inacceptable" et "humiliant" que son corps ait été jeté à la mer. Dans un communiqué publié par le New York Times, ils ont demandé pourquoi leur père n'avait "pas été arrêté et jugé par un tribunal pour que la vérité soit révélée au monde".

Première publication : 12/05/2011

  • YÉMEN

    Al-Qaïda dans la péninsule arabique menace du "pire" après la mort de Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Les États-Unis veulent auditionner les épouses d'Oussama Ben Laden

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    La cache de Ben Laden devient un terrain de jeu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)