Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Brice Hortefeux : le poste de Castaner au gouvernement est "sensible, mais pas essentiel"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

EUROPE

Le Danemark veut rétablir les contrôles aux frontières

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 12/05/2011

Alors que l'Union européenne est en plein débat sur la réforme de l’espace Schengen, Copenhague a décidé unilatéralement de restaurer les contrôles à ses frontières. La Commission européenne demande des explications aux autorités danoises.

Le Danemark va-t-il torpiller Schengen ? Mercredi, les autorités danoises ont annoncé, de manière unilatérale, leur intention de rétablir les contrôles à ses frontières, au sud avec l’Allemagne et à l’ouest avec la Suède, d’ici deux à trois semaines.

"Au cours des dernières années, nous avons vu une augmentation du crime transfrontalier (...). Nous allons construire de nouvelles installations à la frontière germano-danoise, avec de nouveaux équipements électroniques et des identifiants de plaques minéralogiques", a expliqué Hjort Frederiksen, le ministre des Finances danois dans une interview accordée à la chaîne TV2. Les autorités ont d’ores et déjà prévu d’investir plus de 20 millions d’euros pour renforcer le contingent de douaniers et les équiper d’outils de vidéo-surveillance.

Quel avenir pour les accords de Schengen ?

Accord politique avec l’extrême droite

Pourquoi ce zèle soudain des autorités ? Parce que le gouvernement danois se trouve actuellement contraint de négocier avec les autres partis pour faire passer sa réforme des retraites, qui prévoit notamment de reculer l’âge légal de départ à 67 ans. Pour s’assurer du soutien - qui n’est d’ailleurs pas encore acquis - du Parti du peuple danois (PPD), formation d’extrême droite opposée à l'immigration, le pouvoir a donc décidé de placer plus de douaniers à ses frontières et dans les aéroports et d’introduire des contrôles aléatoires. "Tout aura lieu dans les limites de Schengen", a assuré Hjort Frederiksen mercredi.

Mais Bruxelles reste prudent quant à cette affirmation. "Cette décision n'a pas été notifiée à la Commission européenne qui a l'intention de l'analyser très attentivement et n'hésitera pas à agir si ces craintes (de non-respect des applications européennes, NDLR) sont fondées", a indiqué jeudi Marcin Grabiec, porte-parole de Cecilia Malmstrom, la commissaire européenne en charge des questions de sécurité et d'immigration.

Schengen en débat à Bruxelles

"L'UE veut mettre fin aux interprétations nationales des accords de Schengen"
Ironie du calendrier : le Danemark annonce le rétablissement des contrôles à ses frontières à la veille d’une réunion des ministres de l’Intérieur des Vingt-Sept à Bruxelles dont l’objet est justement la réforme de l’espace Schengen. Sous l’impulsion de Rome et de Paris, confrontés à une arrivée inhabituelle de migrants d’Afrique du Nord fuyant les troubles liés aux printemps arabes, l’Union européenne pourrait revoir les conditions de suspension provisoire des accords de libre-circulation dans l’espace Schengen. Le cas du Danemark, qui aura un représentant autour de la table, devrait donc s’ajouter au menu des discussions.

Première publication : 12/05/2011

  • IMMIGRATION

    Bruxelles dévoile plusieurs propositions pour réformer l'espace Schengen

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Pas de "révolution" en vue pour le traité de Schengen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)