Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

EUROPE

Le Conseil national de transition libyen ouvrira un bureau formel à Londres

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2011

Le Premier ministre britannique David Cameron a invité des représentants des rebelles libyens du CNT à ouvrir un bureau permanent à Londres. Cette représentation, qui n'aura pas de statut diplomatique, sera la première du genre en Europe.

Une délégation des rebelles libyens attendue ce vendredi à la Maison Blanche

Une délégation du Conseil national de transition (CNT) en lutte contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi sera reçue vendredi pour la première fois à la Maison Blanche, a annoncé jeudi la présidence américaine.

Mahmoud Djibril, chef du bureau exécutif du CNT qui dirigera la délégation rebelle, a déclaré jeudi qu'un projet en discussion au Congrès américain pourrait permettre de débloquer environ 180 millions de dollars d'avoirs gelés du régime de Kadhafi, pour les transférer à l'opposition libyenne basée à Benghazi.

AFP - Le Royaume-Uni a fait jeudi un pas de plus dans son soutien à l'opposition libyenne, en l'"invitant" à ouvrir un bureau à Londres, le premier en Europe, après une rencontre entre son leader Moustapha Abdeljalil et le chef du gouvernement britannique David Cameron.

La Grande-Bretagne, qui participe aux frappes aériennes en Libye sous commandement de l'Otan, "invite" le Conseil national de transition libyen (CNT) à établir "un bureau formel ici à Londres", a annoncé M. Cameron après sa rencontre sans précédent avec le chef du CNT, M. Abdeljalil.

Pour Londres, le CNT est désormais "l'interlocuteur politique légitime de la Libye", tout comme l'ont reconnu auparavant quatre autre pays (France, Italie, Qatar et Gambie).

Il "représente l'avenir de la Libye, alors que (le dirigeant libyen Mouammar) Kadhafi représente le passé", a insisté M. Cameron, affirmant que le CNT devenait progressivement "plus fort". Une référence à la prise mercredi par les rebelles de l'aéroport de Misrata (ouest) après plus de deux mois de combats.

La proposition faite au CNT d'ouvrir un bureau à Londres, un geste hautement symbolique, fait partie d'une série de mesures présentées jeudi et destinées à appuyer le CNT, l'organe politique des insurgés libyens qui combat le régime du colonel Kadhafi.

Londres, qui ne dispose plus de représentation diplomatique à Tripoli depuis fin mars, va renforcer sa présence diplomatique à Benghazi (est), le fief du CNT, où il va dépêcher un diplomate de plus haut rang.

Il va en outre "transférer plusieurs millions de livres (euros ou dollars) d'équipement pour la police de Benghazi", sous forme de matériels de protection, et participer à la création d'une radio indépendante dans cette ville.

M. Abdeljalil a salué ces annonces, assurant que Londres "ne regretterait pas cette prise de position".

Il a aussi estimé que le colonel Kadhafi était "une cible légitime" pour l'Otan, alors que des frappes de l'Alliance atlantique ont touché jeudi, selon un responsable gouvernemental libyen, le vaste complexe résidentiel du colonel Kadhafi à Tripoli, faisant trois morts.

Le président du CNT a en outre réclamé des armes pour les insurgés. Mais Londres a toujours exclu jusqu'à présent de violer l'embargo sur les armes en Libye, décrété par l'ONU.

Le bureau du CNT à Londres n'aura pas le statut de "mission diplomatique", a précisé à l'AFP un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères, en estimant que l'initiative était de nature "à améliorer la communication". Ses membres ne bénéficieront pas de l'immunité diplomatique.

L'ambassade de Libye à Londres reste parallèlement ouverte, mais elle est privée de son numéro 1, expulsé début mai, et plusieurs de ses diplomates ont démissionné.

La visite de M. Abdeljalil à Londres, dont la durée n'a pas été précisée, intervient après sa tournée en France et en Italie, deux autres pays qui soutiennent activement le CNT et qui ont envoyé en Libye, à l'instar du Royaume-Uni, une poignée de conseillers militaires pour aider les rebelles.

Le chef de la diplomatie de la rébellion libyenne, Mahmoud Jibril, sera lui reçu vendredi à la Maison Blanche.

La Libye, est en proie depuis la mi-février à un soulèvement populaire contre le colonel Kadhafi, au pouvoir depuis plus de 40 ans. L'Otan intervient depuis fin mars pour démanteler, selon l'Alliance, l'appareil militaire utilisé contre les civils par le régime libyen.

Première publication : 12/05/2011

  • LIBYE

    Un Français tué par balle à Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    La télévision d'État diffuse des images du colonel Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les rebelles contrôlent l'aéroport de Misrata

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)