Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Moyen-orient

Catherine Ashton envisage des sanctions contre Bachar al-Assad

Vidéo par Maylis DÉTROYAT , Florence VILLEMINOT , Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2011

Alors que des sanctions visant treize responsables syriens ont déjà été adoptées par l'Union européenne, Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, laisse entendre que le président syrien pourrait à son tour être sanctionné.

AFP - La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, n'a pas exclu jeudi que les sanctions à l'encontre des dirigeants syriens puissent être étendues au président Bachar al-Assad lui-même.

Le régime intensifie la répression en Syrie

Les forces syriennes ont pénétré jeudi dans de nouveaux villages proches de Banias et procédé à des centaines d'arrestations. Mercredi, dix-neuf civils avaient été tués au cours d'affontrements entre les manifestants et la police dans les villes de Deraa et Homs. Malgré la répression du régime, l'opposition appelle à de nouveaux rassemblements demain dans le pays. Baptisée "Vendredi des femmes libres", cette journée de contestation est organisée en soutien aux manifestantes détenues. Selon des militants, plusieurs d'entre elles ont été arrêtées par les forces syriennes ces dernières semaines et quatre ont été tuées le 7 mai dans la ville de Banias.

"Le président Assad n'est pas sur la liste, mais cela ne veut pas dire que les ministres des Affaires étrangères ne vont pas revenir sur ce sujet", a déclaré Mme Ashton dans une interview à la radio publique autrichienne Oe1.

Des sanctions contre treize responsables syriens et un embargo sur les armes ont été formellement adoptées par l'Union européenne et sont entrées en vigueur mardi.

Ces treize responsables, parmi lesquels le frère cadet du président syrien Bachar al-Assad, Maher, chef de la Garde républicaine, et quatre de ses cousins, sont interdits de visas d'entrée dans l'UE et leurs avoirs gelés.

Ils ont été identifiés par l'UE comme étant responsables de la répression violente exercée contre la population civile de leur pays.

Le président Assad ne fait pas partie de cette liste car, comme Mme Ashton l'a expliqué en début de semaine devant le Parlement européen, l'UE a ciblé les dirigeants directement impliqués dans la répression des manifestants.

Durant l'entretien, Mme Ashton a contesté l'idée que ces sanctions soient trop faibles, tout en soulignant qu'il n'était pas aisé de convaincre tous les 27 ministres des Affaires étrangères d'aller au-delà.

"Il y a des points de vue différents et ce n'est pas une surprise", a-t-elle dit.

À Ramtha, en Jordanie, beaucoup ont de la famille côté syrien, à Deraa

Première publication : 12/05/2011

  • SYRIE

    Sanglante répression de la contestation à Deraa et à Homs

    En savoir plus

  • INTERNET

    La Syrie part en guerre contre Facebook

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas retire sa candidature au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)