Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

EUROPE

Deux mois après Fukushima, l'UE reste divisée sur l'avenir du nucléaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2011

Réunis à Bruxelles pour discuter des tests de sécurité à réaliser dans les centrales nucléaires de l'UE, les responsables européens du nucléaire affichent leurs divergences après la catastrophe de la centrale japonaise de Fukushima.

AFP - Les responsables européens de la sûreté nucléaire ont commencé à discuter jeudi à Bruxelles avec le commissaire européen les critères qui serviront à passer au crible la sécurité des centrales nucléaires européennes.

Mais les Européens sont divisés sur le sujet et un accord dans l'immédiat est incertain, a-t-on appris de source communautaire.

L'Allemagne, qui envisage une sortie du nucléaire à l'horizon 2020, souhaite des critères assez stricts, tandis que la France ou la Grande-Bretagne voudraient limiter les tests de résistance aux seules catastrophes naturelles, comme celles qui ont provoqué l'accident de la centrale de Fukushima au Japon.

"Ces tests devront être complets et inclure un éventail le plus large possible de scénario, avec des facteurs naturels et humains", a déclaré, à la veille de la réunion le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

M. Barroso est resté volontairement vague et n'a pas explicitement mentionné les accidents d'avions et les actes terroristes dans son communiqué alors que son commissaire à l'Energie voudrait que ces risques soient inclus dans les tests de résistance. La France s'oppose à cette option.

Groupés au sein de l'Association des responsables d'autorités de sûreté nucléaire d’Europe de l’Ouest (Wenra), les 14 pays de l'UE qui ont choisi l'énergie nucléaire souhaitent limiter les critères des test de résistance aux seules catastrophes naturelles, comme celles qui ont provoqué l'accident de Fukushima au Japon, ainsi que leurs conséquences: perte d'alimentation électrique, difficultés de refroidissement des réacteurs, gestion générale d'une situation d'accident.

Le président de l'autorité de sûreté nucléaire en France, André-Claude Lacoste, juge qu'il n'est "pas possible de mener des études sérieuses sur le risque terroriste dans des délais aussi courts".

Ces réticences ont été dénoncées mardi par le commissaire européen à l'Energie, Günther Oettinger, devant le Parlement européen à Strasbourg.

"Un test de résistance allégé ne portera pas ma signature", a-t-il clamé. "Si on ne parvient pas à un accord entre la Commission et les régulateurs européens, alors nous rendrons peut-être le mandat (d'élaboration des critères) au Conseil", où siègent les 27 gouvernements européens. "Il y a un intérêt du côté de la population européenne" à ce que ces tests soient le plus exhaustifs possible.

Une base de compromis consisterait à ne pas mentionner explicitement les actes terroristes et d'utiliser la formule "actions imputables à l'homme", a-t-on indiqué de source communautaire.

Première publication : 12/05/2011

  • JAPON - FUKUSHIMA

    Le bâtiment d'un réacteur exploré pour la première fois depuis l'accident

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L’AIEA évoque une révision des normes de sécurité atomique

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    L'Union européenne va soumettre ses centrales nucléaires à des tests de sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)