Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ca va être une grosse, grosse claque"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

EUROPE

Deux mois après Fukushima, l'UE reste divisée sur l'avenir du nucléaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/05/2011

Réunis à Bruxelles pour discuter des tests de sécurité à réaliser dans les centrales nucléaires de l'UE, les responsables européens du nucléaire affichent leurs divergences après la catastrophe de la centrale japonaise de Fukushima.

AFP - Les responsables européens de la sûreté nucléaire ont commencé à discuter jeudi à Bruxelles avec le commissaire européen les critères qui serviront à passer au crible la sécurité des centrales nucléaires européennes.

Mais les Européens sont divisés sur le sujet et un accord dans l'immédiat est incertain, a-t-on appris de source communautaire.

L'Allemagne, qui envisage une sortie du nucléaire à l'horizon 2020, souhaite des critères assez stricts, tandis que la France ou la Grande-Bretagne voudraient limiter les tests de résistance aux seules catastrophes naturelles, comme celles qui ont provoqué l'accident de la centrale de Fukushima au Japon.

"Ces tests devront être complets et inclure un éventail le plus large possible de scénario, avec des facteurs naturels et humains", a déclaré, à la veille de la réunion le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

M. Barroso est resté volontairement vague et n'a pas explicitement mentionné les accidents d'avions et les actes terroristes dans son communiqué alors que son commissaire à l'Energie voudrait que ces risques soient inclus dans les tests de résistance. La France s'oppose à cette option.

Groupés au sein de l'Association des responsables d'autorités de sûreté nucléaire d’Europe de l’Ouest (Wenra), les 14 pays de l'UE qui ont choisi l'énergie nucléaire souhaitent limiter les critères des test de résistance aux seules catastrophes naturelles, comme celles qui ont provoqué l'accident de Fukushima au Japon, ainsi que leurs conséquences: perte d'alimentation électrique, difficultés de refroidissement des réacteurs, gestion générale d'une situation d'accident.

Le président de l'autorité de sûreté nucléaire en France, André-Claude Lacoste, juge qu'il n'est "pas possible de mener des études sérieuses sur le risque terroriste dans des délais aussi courts".

Ces réticences ont été dénoncées mardi par le commissaire européen à l'Energie, Günther Oettinger, devant le Parlement européen à Strasbourg.

"Un test de résistance allégé ne portera pas ma signature", a-t-il clamé. "Si on ne parvient pas à un accord entre la Commission et les régulateurs européens, alors nous rendrons peut-être le mandat (d'élaboration des critères) au Conseil", où siègent les 27 gouvernements européens. "Il y a un intérêt du côté de la population européenne" à ce que ces tests soient le plus exhaustifs possible.

Une base de compromis consisterait à ne pas mentionner explicitement les actes terroristes et d'utiliser la formule "actions imputables à l'homme", a-t-on indiqué de source communautaire.

Première publication : 12/05/2011

  • JAPON - FUKUSHIMA

    Le bâtiment d'un réacteur exploré pour la première fois depuis l'accident

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L’AIEA évoque une révision des normes de sécurité atomique

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    L'Union européenne va soumettre ses centrales nucléaires à des tests de sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)