Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

Afrique

Pierre Marziali, fondateur de la société de sécurité privée Secopex

Vidéo par Lise Pressac

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2011

Pierre Marziali, le Français tué jeudi à Benghazi lors d'un contrôle de police était le président fondateur de Secopex, une société de sécurité privée. Habituée à opérer dans les zones en guerre, la société était en contact avec les rebelles libyens.

AFP - Le Français tué jeudi à Benghazi est un ancien militaire, fondateur et responsable d'une société de sécurité privée française employant d'anciens militaires, a-t-on appris de sources spécialisées dans les milieux de sécurité privée.

Agée de 47 ans, la victime avait fondé en 2003 la Secopex, qui se présente sur son site internet comme une "société d'appui stratégique et opérationnel" et est installée à Carcassonne.

Contactée par l'AFP, la Secopex a reconnu avoir des hommes présents à Benghazi mais s'est refusée à tout autre commentaire. Quatre autres Français ont été arrêtés.

La victime, Pierre Marziali, fut sous-officier chez les parachutistes du troisième RPIMa de Carcassonne. Parmi les quatre Français arrêtés, figurent également deux anciens sous-officiers de ce régiment d'élite.

Selon les sources spécialisées dans les milieux de sécurité privée, les activités de la société ont à plusieurs reprises suscité l'intérêt des services de renseignement français, la Direction centrale du Renseignement intérieur et la Direction de la Protection de la Sécurité de la Défense.

En 2008, dans un entretien avec l'AFP, Pierre Marziali affirmait que sa société était capable de "lever 2.000 personnes mobilisables" dans une quarantaine de métiers allant des plongeurs, linguistes ou pilotes d'avions et infirmiers.

Il avait alors annoncé avoir conclu un contrat avec les autorités somaliennes pour lutter contre la piraterie maritime, avec notamment "la création d'une unité de garde-côtes" et "la formation de la garde" du président Abdullahi Yusuf Ahmed. Mais aucune activité concrète ne semble en avoir découlé, a affirmé une des sources interrogées par l'AFP.

Secopex avait par ailleurs conclu un "juteux contrat", quelques jours avant sa chute, avec l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo.

Selon une de ces sources, Pierre Marziali avait un rendez-vous avec des responsables des rebelles libyens à Benghazi, rendez-vous auquel il ne s'est jamais rendu.

Si les activités de conseil et de formation militaires sont autorisées, la fourniture de mercenaires à l'étranger est interdite par la loi française depuis 2003.

Dans une interview à France 24 en octobre 2010, Pierre Marziali expliquait que "notre théâtre d'opérations, ce sont avant tout les zones déstabilisées, les zones en guerre ou les zones post-crises" et que "nous n'avons pas de prestations en France parce qu'en France, ça ne se justifie pas".

"C'est du conseil militaire privé et du soutien opérationnel, mais nous sommes amenés également plus largement à fournir des prestations de sécurité", ajoutait-il, relevant qu'il y a un "vide juridique en France" sur les Sociétés militaires privées.

L'autre problème, assurait alors Pierre Marziali, concerne la réglementation sur l'emploi des armes à feu en France, d'où l'installation d'une base d'entraînement au tir de la Secopex en République tchèque.

Première publication : 13/05/2011

  • LIBYE

    Un Français tué par balle à Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les rebelles contrôlent l'aéroport de Misrata

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Union européenne envisage d'ouvrir un bureau à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)