Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

FOCUS

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En savoir plus

Economie

La croissance trimestrielle meilleure que prévue

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2011

Au premier trimestre 2011, l'économie française a atteint une croissance de 1 %, soit la hausse la plus forte depuis le deuxième trimestre 2006, selon l'Insee et Bercy. Sur l'ensemble de l'année 2010, le chiffre est revu à 1,4 %.

AFP - La croissance de l'économie française a "accéléré vivement", à 1% au premier trimestre, portée par la consommation des ménages, l'investissement et la reconstitution des stocks des entreprises, "plus forte hausse depuis le deuxième trimestre 2006", a confirmé vendredi l'Insee.

Le Premier ministre François Fillon avait annoncé dès jeudi soir sur TF1 une croissance du produit intérieur brut de la France "supérieure à 0,8%" sur cette période, avant que la ministre de l'Economie Christine Lagarde ne livre le chiffre de 1% dans une interview à l'AFP.

L'Insee a par ailleurs révisé à 1,4% le chiffre de la croissance de l'économie sur l'ensemble de l'année 2010, contre 1,5% annoncé précédemment, tout comme le chiffre du quatrième trimestre 2010, revu à 0,3% (contre 0,4% auparavant).

Notant que la croissance a "vivement accéléré" au premier trimestre 2011, l'Insee précise que celle des dépenses de consommation des ménages est apparue "un peu plus forte" qu’au quatrième trimestre (+0,6 % après +0,4 %) ainsi que la formation brute de capital fixe, autrement dit l'investissement, qui s'est appréciée "nettement" (+1,1 % après +0,5 %).

L'institut note toutefois que le solde du commerce extérieur "contribue à nouveau négativement" à la croissance du PIB (-0,4 point après +0,3 point) mais que "cet effet est plus que compensé par les variations de stocks des entreprises, qui contribuent positivement pour 0,7 point (après -0,3 point).

Ce facteur avait été jugé dès jeudi soir comme l'une des principaux moteurs de la croissance observée au premier trimestre par les économistes interrogés par l'AFP.

La production manufacturière s’accroît aussi "très fortement", se révélant "la plus forte de ces trente dernières années (+3,4 % après +0,7 %)" tandis que la production totale de biens et services accélère (+1,6 % après +0,3 %), toujours selon l'Insee.

Celle-ci est portée par le rebond de la production de produits raffinés, après les mouvements sociaux en fin d’année dernière (+24,7 % après -17,6 %) et par l’accélération de l’activité dans les "autres industries" (+2,8 % après +0,7 %).

L'Insee précise encore que l'acquis de croissance pour 2011 s'élève à 1,6%, autrement dit que l'économie française est assurée de parvenir, sur l'ensemble de l'année, à ce chiffre si aucun des trimestres suivants n'affiche une croissance négative. Le gouvernement table, dans son budget, sur une croissance annuelle de 2%.

Première publication : 13/05/2011

  • FRANCE

    Le prix du super n’est pas prêt d’atteindre les deux euros

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le gouvernement se contente d'un aménagement cosmétique de l'ISF

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le déficit public baisse, mais la dette se creuse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)