Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Moyen-orient

Le régime maintient la pression militaire sur les manifestants

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2011

Après une nouvelle journée de manifestations, au moins deux personnes sont mortes ce vendredi à Homs sous les tirs des forces de sécurité syriennes, malgré l'ordre de Bachar al-Assad de ne pas tirer sur les protestataires.

AFP - Deux manifestants ont été tués vendredi par des tirs des forces de l'ordre à Homs, dans le centre de la Syrie, alors que de nombreux soldats et membres des services de sécurité avaient été déployés dans les foyers de la contestation contre le régime de Bachar al-Assad.

Malgré la répression -- qui a fait au moins 700 morts et des milliers d'arrestations depuis le début du mouvement de contestation mi-mars, selon des organisations de défense des droits de l'Homme --, l'opposition avait lancé un appel à la mobilisation sur la page "The Syrian Revolution 2011".

Dans l'après-midi, le ministre de l'Information, Adnane Mahmoud, a annoncé qu'un "dialogue national allait être engagé dans les jours qui viennent" dans le pays.

Fouad Rajab, 40 ans, a été touché d'une balle à la tête lorsque les services de sécurité ont ouvert le feu pour disperser l'une des manifestations à Homs, a affirmé à l'AFP un militant des droits de l'Homme, Nawar al-Omar.

Un deuxième manifestant a été tué par les tirs à Homs, mais ce militant n'était pas en mesure de fournir son identité.

Selon Louaï Hussein, un écrivain et opposant, le président Assad avait pourtant donné instruction aux forces de l'ordre de ne pas ouvrir le feu sur les manifestants.

Les villes syriennes où ont eu lieu des manifestations
En rouge, les villes où ont eu lieu les plus importantes manifestations et répressions depuis le 15 mars.
Une conseillère du président, "Bouthaïna Chaabane, m'a affirmé lors d'une conversation téléphonique que des ordres présidentiels stricts avaient été donnés de ne pas ouvrir le feu sur les manifestants", a annoncé M. Hussein sur sa page Facebook.

D'autres manifestations ont réuni des milliers de personnes à Deraa (sud), Qamichli, Derbassyié et Amouda (nord-est), à Saqba, près de Damas et à Hama à 210 km au nord de la capitale.

"Les forces de sécurité tirent en l'air à l'arme automatique à Deraa pour disperser des milliers de manifestants", a déclaré à l'AFP un militant de cette ville du sud, où le mouvement de contestation est né à la mi-mars.

A Qamichli, à majorité kurde, près de 3.000 personnes ont manifesté après la prière, selon un autre militant. "Par notre âme et par notre sang, nous nous sacrifierons pour Deraa", ont scandé les manifestants, selon une vidéo diffusée sur Youtube.

Les manifestants portaient également un immense drapeau syrien sur lequel était écrit +Azadi+ ("liberté", en kurde), selon la vidéo.

En outre, des centaines de personnes ont manifesté à Jdaidet-Artouz, à 11 km au sud de Damas, "appelant à la chute du régime", a déclaré un autre militant.

Un millier de manifestants ont également défilé à Saqba, près de la capitale, où "d'importants renforts sont entrés", selon des militants.

Dans la ville de Hama, la police a dispersé plusieurs manifestations à coups de bâton, gaz lacrymogène et canon à eau. L'une des manifestations a eu lieu devant le siège de la mairie, où les manifestants ont déchiré le portrait du président Bachar al-Assad avant d'être dispersés par les forces syriennes, selon un militant.

Dans tous les foyers de la contestation, "il y a un important déploiement des agents des forces de sécurité", a affirmé à l'AFP un militant.

Interrogé dans la matinée, un militant de la ville côtière de Banias (nord-ouest) avait déclaré que "plus de 2.000 soldats" étaient déployés sur la place où les habitants manifestaient.

Mais le ministre de l'Information a affirmé dans l'après-midi que l'armée avait commencé à se retirer de cette ville côtière, où elle avait pénétré samedi.

À Ramtha, en Jordanie, beaucoup ont de la famille côté syrien, à Deraa
Selon un des militants, les arrestations se poursuivaient également à travers le pays, de Deir Ezzor (est) à Lattaquié (nord-ouest) et de Qamichli à Deraa. Mercredi, 19 civils avaient été tués par les forces de l'ordre à Deraa et à Homs, selon une ONG.

Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme s'est dit "extrêmement préoccupé" par les informations d'ONG faisant état de 700 à 850 morts parmi les manifestants et a appelé Damas à cesser d'essayer de "faire taire les opposants".

Le ministère britannique des Affaires étrangères a annoncé qu'il avait convoqué l'ambassadeur de Syrie, menaçant de "nouvelles sanctions". Et l'Australie a dit qu'elle allait durcir ses sanctions financières contre Damas.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, n'avait pas exclu la veille que les sanctions prises à l'encontre de 13 membres du régime puissent être étendues au président Assad.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a en revanche mis en garde contre une intervention étrangère, appelant l'opposition syrienne à ne pas répéter le "scénario libyen", selon les agences russes.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé de son côté qu'il était "trop tôt" pour dire si le président Assad devait partir.

Reportage à la frontière syro-libanaise, traversée par des centaines de Syriens

Première publication : 13/05/2011

  • SYRIE

    Bachar al-Assad ordonne de ne pas tirer sur les manifestants

    En savoir plus

  • SYRIE

    Catherine Ashton envisage des sanctions contre Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • INTERNET

    La Syrie part en guerre contre Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)