Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Amériques

La crue du Mississippi oblige les autorités à procéder à un délestage en Louisiane

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/05/2011

La montée des eaux du fleuve Mississippi a contraint les autorités américaines à un délestage vers des zones rurales de la Louisiane - soumise aux pires inondations depuis 70 ans - qui ont été évacuées en prévision de la manœuvre.

AFP - Les autorités américaines ont ouvert une vanne de délestage sur le cours du Mississippi en Louisiane (sud) qui enregistre une crue historique afin d'éviter une nouvelle inondation de La Nouvelle-Orléans, six ans après Katrina.

Le corps des ingénieurs de l'armée de Terre américaine avait au préalable annoncé qu'il ouvrirait progressivement à partir de 15H00 (20H00 GMT) le canal de déversement de Morganza, en Louisiane, afin d'éviter qu'un "mur d'eau", selon les termes du gouverneur de cet Etat, Bobby Jindal, ne s'abatte sur les milliers d'habitations installées le long de la rivière d'Atchafalaya.

"Cela risque d'être plus un marathon qu'un sprint", a déclaré le général Michael Walsh lors d'une conférence de presse à Morganza, précisant qu'"une énorme pression pesait sur tout le système".

La vanne a été ouverte quand le débit du fleuve a atteint 42.500 mètres cubes par seconde. C'est la seconde fois seulement depuis sa construction en 1954 que ce canal d'urgence est ouvert.

Si toutes les vannes du canal étaient ouvertes, le flux atteindrait un débit de 17.000 mètres cubes à la seconde, soit trois fois le volume d'eau qui tombe chaque jour des chutes du Niagara.

Afin d'éviter un tel débit destructeur, une seule vanne a été ouverte samedi pour laisser passer 280 mètres cubes par seconde, une ou deux autres pourraient l'être dimanche.

Le délestage, qui permettra d'acheminer l'eau vers le golfe du Mexique, devrait provoquer l'inondation de 1,2 million d'hectares supplémentaires mais permettra d'épargner Baton Rouge et la Nouvelle Orléans, la ville martyre de l'ouragan qui se remet tout juste des ravages de l'ouragan Katrina fin août 2005, selon le gouverneur Jindall.

La Nouvelle Orléans est protégée en amont par des digues de six mètres mais l'eau atteint déjà 5,2 mètres et les inondations -les pires en 70 ans- qui ont frappé le centre des Etats-Unis suivent le cours du Mississipi vers le sud.

Elles ont jusqu'à maintenant détruit des milliers d'habitations, de fermes et de voies de communication dans l'Illinois, le Missouri, le Kentucky, le Tennessee et le Mississippi.

Dans la perspective du délestage, les autorités ont procédé à des évacuations dans les zones rurales qui seront touchées, un sacrifice dont le maire de la Nouvelle Orléans, Mitch Landrieu, s'est dit conscient.

"C'est une situation tragique pour tout le monde en Amérique et bien sûr pour les gens qui habitent dans le bassin de l'Atchafalaya et à Morgan City. Nous sommes de tout coeur avec eux", a-t-il déclaré, notant que cela permettrait d'épargner sa ville.

Cindy Prejean, habitante de Gibson, une ville située à une centaine de kilomètres de La Nouvelle-Orléans, s'attend à voir sa maison baigner dans 1,5 mètre d'eau.

"Qu'est-ce qui leur donne le droit de nous inonder? Ici, il y a tellement de quartiers, d'entreprises et de fermes", a-t-elle confié à l'AFP.

Selon les prévisions, l'ouverture du canal de délestage pourrait entraîner des pics à 4,5 mètres dans certains quartiers.

L'armée a précisé qu'elle se concentrerait plus sur les personnes que sur les biens. En prévision, la Croix rouge américaine a préparé des milliers de places pour les évacués.

Sur le plan économique, l'activité du port de La Nouvelle Orléans se poursuivait normalement mais 2.200 puits de pétrole étaient menacées par les eaux.

Première publication : 15/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Les tornades les plus meurtrières depuis les années 1930

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama visite les sinistrés d'Alabama, l'État le plus touché par les tornades

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une giganteque tempête de neige perturbe le trafic aérien américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)