Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy a reçu le chef de la diplomatie de la rébellion libyenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2011

Mahmoud Jibril, chef de la diplomatie du Conseil national de transition libyen, s'est entretenu, samedi à l'Élysée, avec le chef de l'État français Nicolas Sarkozy, notamment sur la situation en Libye et le processus de transition démocratique.

AFP - Le numéro deux du Conseil national de transition (CNT) libyen, Mahmoud Jibril, s'est entretenu samedi à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy de la situation dans son pays et du "processus de transition démocratique", a constaté une journaliste de l'AFP.

Nicolas Sarkozy a reconduit son hôte sur le perron de l'Elysée à l'issue d'un entretien de trois quarts d'heure. Le Premier ministre François Fillon était également présent.

Selon l'Elysée, l'entretien entre MM. Sarkozy et Jibril devait porter "sur la situation en Libye et sur le processus de transition démocratique", huit semaines après le début des frappes aériennes de l'Otan.

C'est la deuxième fois que M. Jibril est reçu par M. Sarkozy. Le 10 mars, il avait déjà été accueilli à l'Elysée avec deux autres membres du Conseil national de transition (CNT) libyen.

La France avait officiellement reconnu à cette occasion le CNT comme "représentant légitime du peuple libyen" et avait décidé d'envoyer un ambassadeur à Benghazi, le siège de la contestation au colonel Kadhafi, à un millier de kilomètres à l'est de Tripoli.

Depuis, quatre autres pays ont reconnu le CNT comme interlocuteur légitime: l'Italie, le Qatar, la Gambie et la Grande-Bretagne.

M. Jibril a été reçu vendredi à Washington, qui, sans reconnaître diplomatiquement la rébellion libyenne, l'a toutefois jugée "légitime et crédible".

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, a appelé à intensifier la pression militaire sur le régime du colonel Mouammar Kadhafi, dans un entretien publié samedi par le quotidien arabe Al-Hayat.


 

Première publication : 14/05/2011

  • LIBYE

    Washington s'abstient de reconnaître le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Selon le CNT, le Français tué à Benghazi menait des activités illicites

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi déclare que l'Otan ne peut pas l'atteindre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)