Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy a reçu le chef de la diplomatie de la rébellion libyenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2011

Mahmoud Jibril, chef de la diplomatie du Conseil national de transition libyen, s'est entretenu, samedi à l'Élysée, avec le chef de l'État français Nicolas Sarkozy, notamment sur la situation en Libye et le processus de transition démocratique.

AFP - Le numéro deux du Conseil national de transition (CNT) libyen, Mahmoud Jibril, s'est entretenu samedi à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy de la situation dans son pays et du "processus de transition démocratique", a constaté une journaliste de l'AFP.

Nicolas Sarkozy a reconduit son hôte sur le perron de l'Elysée à l'issue d'un entretien de trois quarts d'heure. Le Premier ministre François Fillon était également présent.

Selon l'Elysée, l'entretien entre MM. Sarkozy et Jibril devait porter "sur la situation en Libye et sur le processus de transition démocratique", huit semaines après le début des frappes aériennes de l'Otan.

C'est la deuxième fois que M. Jibril est reçu par M. Sarkozy. Le 10 mars, il avait déjà été accueilli à l'Elysée avec deux autres membres du Conseil national de transition (CNT) libyen.

La France avait officiellement reconnu à cette occasion le CNT comme "représentant légitime du peuple libyen" et avait décidé d'envoyer un ambassadeur à Benghazi, le siège de la contestation au colonel Kadhafi, à un millier de kilomètres à l'est de Tripoli.

Depuis, quatre autres pays ont reconnu le CNT comme interlocuteur légitime: l'Italie, le Qatar, la Gambie et la Grande-Bretagne.

M. Jibril a été reçu vendredi à Washington, qui, sans reconnaître diplomatiquement la rébellion libyenne, l'a toutefois jugée "légitime et crédible".

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, a appelé à intensifier la pression militaire sur le régime du colonel Mouammar Kadhafi, dans un entretien publié samedi par le quotidien arabe Al-Hayat.


 

Première publication : 14/05/2011

  • LIBYE

    Washington s'abstient de reconnaître le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Selon le CNT, le Français tué à Benghazi menait des activités illicites

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi déclare que l'Otan ne peut pas l'atteindre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)