Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy a reçu le chef de la diplomatie de la rébellion libyenne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2011

Mahmoud Jibril, chef de la diplomatie du Conseil national de transition libyen, s'est entretenu, samedi à l'Élysée, avec le chef de l'État français Nicolas Sarkozy, notamment sur la situation en Libye et le processus de transition démocratique.

AFP - Le numéro deux du Conseil national de transition (CNT) libyen, Mahmoud Jibril, s'est entretenu samedi à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy de la situation dans son pays et du "processus de transition démocratique", a constaté une journaliste de l'AFP.

Nicolas Sarkozy a reconduit son hôte sur le perron de l'Elysée à l'issue d'un entretien de trois quarts d'heure. Le Premier ministre François Fillon était également présent.

Selon l'Elysée, l'entretien entre MM. Sarkozy et Jibril devait porter "sur la situation en Libye et sur le processus de transition démocratique", huit semaines après le début des frappes aériennes de l'Otan.

C'est la deuxième fois que M. Jibril est reçu par M. Sarkozy. Le 10 mars, il avait déjà été accueilli à l'Elysée avec deux autres membres du Conseil national de transition (CNT) libyen.

La France avait officiellement reconnu à cette occasion le CNT comme "représentant légitime du peuple libyen" et avait décidé d'envoyer un ambassadeur à Benghazi, le siège de la contestation au colonel Kadhafi, à un millier de kilomètres à l'est de Tripoli.

Depuis, quatre autres pays ont reconnu le CNT comme interlocuteur légitime: l'Italie, le Qatar, la Gambie et la Grande-Bretagne.

M. Jibril a été reçu vendredi à Washington, qui, sans reconnaître diplomatiquement la rébellion libyenne, l'a toutefois jugée "légitime et crédible".

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, a appelé à intensifier la pression militaire sur le régime du colonel Mouammar Kadhafi, dans un entretien publié samedi par le quotidien arabe Al-Hayat.


 

Première publication : 14/05/2011

  • LIBYE

    Washington s'abstient de reconnaître le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Selon le CNT, le Français tué à Benghazi menait des activités illicites

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi déclare que l'Otan ne peut pas l'atteindre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)