Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Asie - pacifique

Les parlementaires pakistanais condamnent l'opération contre Ben Laden

Dernière modification : 14/05/2011

Le Parlement pakistanais a réclamé samedi l'arrêt des attaques de drones américains et demandé une commission d'enquête indépendante sur l'opération menée par le commando ayant tué Oussama Ben Laden à Abbottabad.

REUTERS - Le parlement pakistanais a condamné samedi l'opération américaine dans laquelle Oussama ben Laden a été tué au début du mois et a demandé une révision des relations avec les Etats-Unis.

La veille, un double attentat suicide que les taliban pakistanais ont présenté comme un premier acte de représailles après sa mort a fait 80 morts à Charsadda, dans le nord-ouest du pays.

Un antiaméricanisme en pleine expansion au Pakistan

L'opération menée par les Navy Seals dans la nuit du 1er au 2 mai à la résidence que le chef de file d'Al Qaïda occupait à Abbottabad, ville de garnison située à une cinquantaine de kilomètres de la capitale, a considérablement pesé sur les relations entre Washington et Islamabad.

Elle a en outre valu un torrent de critiques à l'armée et au gouvernement pakistanais, qui n'ont apparemment pas su déceler la présence de Ben Laden sur leur territoire ni détecter l'opération du commando américain.

"Le Parlement (...) condamne l'initiative unilatérale d'Abbottabad qui constitue une violation de la souveraineté pakistanaise", disent les élus dans un communiqué publié après l'audition de responsables des services de sécurité.

Le chef de l'ISI prêt à démissionner

A l'occasion de cette audience, Riaz Fatyana, chef des services de renseignement (Inter-Services Intelligence, ISI), s'est d'ailleurs dit prêt à démissionner, selon un parlementaire.

Les autorités jugent absurde l'idée selon laquelle elles auraient fermé les yeux sur la présence à Abbottabad de l'homme le plus recherché de la planète. Sans les taxer de complicité, le gouvernement américain a toutefois estimé que Ben Laden avait sans doute bénéficié d'une quelconque forme de soutien et s'est dit déterminer à en découvrir la nature.

La résolution adoptée samedi au parlement pakistanais invite Islamabad à couper les lignes d'approvisionnement des forces déployées en Afghanistan, faute d'une suspension des raids "inacceptables" menés par les drones américains contre les activistes islamistes des zones tribales.

L'un de ses raids avait fait cinq morts, quelques heures plus tôt, au Nord-Waziristan. Le gouvernement pakistanais les dénonce régulièrement, mais Washington assure qu'ils entrent dans le cadre des accords bilatéraux.
 

Première publication : 14/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le ministre de la Justice évoque la "légitime défense" face à Ben Laden

    En savoir plus

  • États-Unis et Pakistan : des relations compliqués

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Al-Qaïda dans la péninsule arabique menace du "pire" après la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)