Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les parlementaires pakistanais condamnent l'opération contre Ben Laden

Dernière modification : 14/05/2011

Le Parlement pakistanais a réclamé samedi l'arrêt des attaques de drones américains et demandé une commission d'enquête indépendante sur l'opération menée par le commando ayant tué Oussama Ben Laden à Abbottabad.

REUTERS - Le parlement pakistanais a condamné samedi l'opération américaine dans laquelle Oussama ben Laden a été tué au début du mois et a demandé une révision des relations avec les Etats-Unis.

La veille, un double attentat suicide que les taliban pakistanais ont présenté comme un premier acte de représailles après sa mort a fait 80 morts à Charsadda, dans le nord-ouest du pays.

Un antiaméricanisme en pleine expansion au Pakistan

L'opération menée par les Navy Seals dans la nuit du 1er au 2 mai à la résidence que le chef de file d'Al Qaïda occupait à Abbottabad, ville de garnison située à une cinquantaine de kilomètres de la capitale, a considérablement pesé sur les relations entre Washington et Islamabad.

Elle a en outre valu un torrent de critiques à l'armée et au gouvernement pakistanais, qui n'ont apparemment pas su déceler la présence de Ben Laden sur leur territoire ni détecter l'opération du commando américain.

"Le Parlement (...) condamne l'initiative unilatérale d'Abbottabad qui constitue une violation de la souveraineté pakistanaise", disent les élus dans un communiqué publié après l'audition de responsables des services de sécurité.

Le chef de l'ISI prêt à démissionner

A l'occasion de cette audience, Riaz Fatyana, chef des services de renseignement (Inter-Services Intelligence, ISI), s'est d'ailleurs dit prêt à démissionner, selon un parlementaire.

Les autorités jugent absurde l'idée selon laquelle elles auraient fermé les yeux sur la présence à Abbottabad de l'homme le plus recherché de la planète. Sans les taxer de complicité, le gouvernement américain a toutefois estimé que Ben Laden avait sans doute bénéficié d'une quelconque forme de soutien et s'est dit déterminer à en découvrir la nature.

La résolution adoptée samedi au parlement pakistanais invite Islamabad à couper les lignes d'approvisionnement des forces déployées en Afghanistan, faute d'une suspension des raids "inacceptables" menés par les drones américains contre les activistes islamistes des zones tribales.

L'un de ses raids avait fait cinq morts, quelques heures plus tôt, au Nord-Waziristan. Le gouvernement pakistanais les dénonce régulièrement, mais Washington assure qu'ils entrent dans le cadre des accords bilatéraux.
 

Première publication : 14/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Le ministre de la Justice évoque la "légitime défense" face à Ben Laden

    En savoir plus

  • États-Unis et Pakistan : des relations compliqués

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Al-Qaïda dans la péninsule arabique menace du "pire" après la mort de Ben Laden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)