Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Tournée africaine de Xi Jinping : la Chine toujours plus présente sur le sol africain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au cœur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste du Nicaragua"

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Égyptien Nabil al-Arabi remplace Amr Moussa à la tête de la Ligue arabe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/05/2011

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil al-Arabi, était seul en lice après le retrait inattendu du candidat du Qatar. Ancien ambassadeur à l'ONU, il succède à Amr Moussa à la tête de la Ligue arabe.

AFP - Le ministre des Affaires étrangères égyptien, Nabil al-Arabi, nommé dimanche à la tête de la Ligue arabe, s'est imposé depuis le renversement du président Hosni Moubarak comme l'artisan de la nouvelle diplomatie égyptienne.

Nommé le 6 mars, il a en quelques semaines fait sentir sa marque dans le dossier israélo-palestinien, les relations avec l'Iran ou encore l'épineuse question du partage des eaux du Nil.

Agé de 75 ans, il a succédé à Ahmad Aboul Gheit, un baron de l'équipe du président déchu.

Familier des arcanes diplomatiques, il met peu de temps à prendre les dossiers en main, au point que des commentateurs dans les médias ont salué dans la nouvelle diplomatie l'un des acquis les plus sûrs du changement de régime, contrastant avec les incertitudes politiques et le marasme économique.

Peu connu du grand public, son nom figurait toutefois sur une liste de personnalités jugées à même de conduire la transition, proposée par une coalition de mouvements de jeunes ayant lancé le soulèvement de janvier et février.

Ancien ambassadeur à l'ONU, diplomate respecté et spécialiste du droit international, il a travaillé en 2001 à la Cour internationale de justice.

Nabil al-Arabi a également fait partie de l'équipe égyptienne qui a négocié la paix avec Israël en 1978-1979. L'Egypte et la Jordanie sont les seuls pays arabes à avoir signé la paix avec l'Etat hébreu.

Partisan du maintien du traité de paix signé avec Israël en 1979, il estime toutefois que cela ne doit pas empêcher Le Caire de prendre davantage de distance avec l'Etat hébreu que sous M. Moubarak, notamment pour le blocus controversé de la bande de Gaza.

Il a également été impliqué dans le récent accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas palestiniens, au côté du chef des renseignements égyptiens Mourad Mouafi.

Le ministre a également manifesté à plusieurs reprises une volonté de rapprochement avec l'Iran, sans toutefois annoncer à ce jour un rétablissement formel des relations diplomatiques.

Il a également oeuvré pour une politique plus ouverte et active vis-à-vis des pays africains de l'amont du bassin du Nil, en rivalité avec l'Egypte pour les quotas d'utilisation des eaux du fleuve.

A sa retraite, M. Arabi avait créé au Caire le Centre régional pour l'arbitrage commercial international, une organisation à but non lucratif qui opère au niveau national et international.

.

Première publication : 15/05/2011

  • ÉGYPTE

    La Ligue arabe rassemblée au Caire pour trouver une issue à la crise libyenne

    En savoir plus

  • LIBYE

    La volte-face d'Amr Moussa, symbole des divisions du monde arabe

    En savoir plus

  • UNE SEMAINE AU MOYEN ORIENT

    Libye : les hésitations de la Ligue Arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)