Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Le chef d'état-major de l'armée britannique veut intensifier les frappes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/05/2011

Dans un entretien publié ce dimanche dans le Sunday Telegraph, le général David Richards, chef d'état-major de l'armée britannique, appelle à une intensification des bombardements aériens sur la Libye pour provoquer le départ du colonel Kadhafi.

AFP - Le chef d'état-major de l'armée britannique, le général David Richards, demande que l'Otan intensifie ses bombardements aériens sur la Libye "pour augmenter la pression" sur le colonel Mouammar Kadhafi, dans un entretien publié dimanche par le Sunday Telegraph.

"L'étau se resserre sur Kadhafi, mais nous avons besoin d'augmenter la pression au travers d'une action militaire plus intense", juge le général qui réclame un "élargissement des cibles" retenues par l'Otan en Libye.

"La campagne militaire jusqu'à présent a été un succès significatif pour l'Otan et nos alliés arabes. Mais nous devons faire plus", dit le général, ajoutant: "si nous n'augmentons pas la mise maintenant, il y a un risque que le conflit puisse aboutir à ce que Kadhafi s'accroche au pouvoir".

"Actuellement, l'Otan n'attaque pas d'infrastructures en Libye. Mais si nous voulons augmenter la pression sur le régime de Kadhafi alors nous devons considérer une augmentation de l'éventail de cibles que nous pouvons frapper", poursuit l'officier.

"Nous ne visons pas Kadhafi directement, mais s'il arrivait qu'il se trouve dans un centre de commandement et de contrôle frappé par l'Otan et qu'il soit tué, alors cela aurait lieu dans le cadre des règles" d'engagement, juge-t-il.

"Nous devons resserrer l'étau pour démontrer à Kadhafi que c'est fichu pour lui et qu'il doit partir", insiste le général Richards.

L'Otan a pris le commandement fin mars des opérations de la coalition internationale intervenues le 19 mars en Libye pour faire cesser les violences contre les civils et instaurer une zone d'exclusion aérienne, en vertu d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

La capitale libyenne et les villes environnantes sont visées quasi-quotidiennes par les raids.

Première publication : 15/05/2011

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy a reçu le chef de la diplomatie de la rébellion libyenne

    En savoir plus

  • LIBYE

    Washington s'abstient de reconnaître le CNT

    En savoir plus

  • LIBYE

    Mouammar Kadhafi déclare que l'Otan ne peut pas l'atteindre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)