Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

À L’AFFICHE !

David LaChapelle, de la mode à l'écologie, 30 ans de photographies

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football : une sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

Culture

Le prix Albert Londres 2011 a été remis symboliquement à Tunis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/05/2011

Le prix Albert Londres a été remis ce samedi à Emmanuel Duparcq, journaliste de l'AFP pour ses reportages à Islamabad (Pakistan), et David André, réalisateur du film "peine perdue". La remise des prix s'est symboliquement faite à Tunis.

AFP - Les lauréats 2011 du prix Albert Londres, Emmanuel Duparcq (AFP-Islamabad) et David André (réalisateur du film "Une peine infinie") ont rendu hommage samedi, lors de la remise des prix à Tunis, à la presse tunisienne en quête de liberté.

Le jury du prix le plus prestigieux de la presse française, qui récompense chaque année le meilleur jeune reporter (moins de 40 ans) de l'année, avait choisi la capitale tunisienne pour marquer "sa solidarité et son amitié avec les médias libres appelés à naître" en Tunisie.

SUR RFI

"Nous tous, journalistes du prix Albert Londres, avons suivi avec passion la révolution tunisienne", a lancé la présidente du jury, Annick Cojean (Le Monde). "Nous avons lu, entendu, observé, jour après jour, les révoltes, les manifestations, la conquête de la liberté et de la dignité".

Parmi les 50 candidatures présentées pour le prix de l'écrit les 23 membres du jury ont élu Emmanuel Duparcq, 37 ans, auteur de plusieurs reportages au Pakistan et en Afghanistan, au troisième tour de scrutin.

Entré à l'Agence France Presse en 1999 après des études d'histoire et de journalisme, Emmanuel Duparcq a été correspondant en Afghanistan en 2005, puis en Côte d'Ivoire, et en Irak, avant de s'installer au Pakistan en 2010.

Sa série de reportages, dont aucun n'a été effectué au sein des forces armées occidentales, décrit de l'intérieur le système de soutien et les réseaux des talibans qui, moribonds en 2005, ont aujourd'hui infiltré les deux-tiers de l'Afghanistan et des régions entières du Pakistan.

"Je souhaite dédier ce prix à nos deux confrères de France Télévision, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier qui sont retenus en otage en Afghanistan depuis 501 jours, sans oublier tous mes collègues de l’AFP et plus particulièrement nos journalistes afghans et pakistanais", a dit Emmanuel Duparcq avant de lire deux extraits de ses reportages.

Dans un communiqué, le pdg de l'AFP, Emmanuel Hoog, a assuré que ce prix est "un honneur et un grand bonheur qui rejaillit sur toutes les équipes de l’AFP".

"Le prix Albert Londres qui consacre le travail remarquable d’Emmanuel Duparcq vient au moment même où l’actualité internationale depuis six mois n’a jamais été aussi exceptionnelle. Les reportages ont été écrits en français et diffusés dans le monde entier. Accompagnés de photos et de vidéos, ils témoignent d’un accélérateur formidable de notre production multimédia".

David André, réalisateur indépendant, a été récompensé, parmi les 35 candidatures proposées pour l'audiovisuel, pour son film de 80 minutes diffusé sur France 2 intitulé "Une peine infinie, histoire d'un condamné à mort".

Il est revenu, en 2009, dans l'Oklahoma, dix ans après l'exécution dans cet Etat du sud des Etats-Unis de Sean Sellers, condamné à mort à seize ans pour un triple meurtre.

Interrogeant le procureur, les gardiens, la famille, le bourreau, il découvre que les protagonistes du drame ne peuvent oublier. Ils ont, eux aussi, été condamnés à "une peine infinie".

"La peine de mort est un poison qui contamine tout", a-t-il dit, appelant les Tunisiens, à l'heure d'écrire une nouvelle constitution, à la rejeter.

Représentant les autorités tunisiennes le ministre du tourisme, Mehdi Houas, a remercié l'association Albert Londres d'avoir choisi Tunis pour décerner son prix cette année. "C'est un hommage et un grand honneur que vous faites aux Tunisiens qui se sont battus pour que le pays change", a-t-il dit, sur la grande scène du théâtre.

Première publication : 15/05/2011

  • SYRIE

    Le journaliste Khaled Sid Mohand libéré par les autorités syriennes

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Un amendement renforce les restrictions exercées sur la presse

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Deux prix Pulitzer attribués au Los Angeles Times et au New York Times

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)