Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Huit cents morts depuis l'élection de Goodluck Jonathan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/05/2011

Selon l'organisation internationale Human Rights Watch, les affrontements ayant opposé le Sud chrétien et le Nord musulman suite à l'élection du président Goodluck Jonathan, le 16 avril, auraient fait 800 victimes en trois jours.

AFP - Les émeutes qui ont suivi la présidentielle du mois dernier au Nigeria ont fait plus de 800 morts en trois jours, a déclaré lundi l'organisation internationale de défense des droits de l'homme Human Rights Watch.

"Les violences meutrières entre communautés liées à l'élection qui ont suivi la présidentielle d'avril 2011 dans le Nord du Nigeria ont fait plus de 800 morts", a déclaré l'ONG dans un communiqué.

HRW ajoute que les victimes "ont été tuées en trois jours d'émeutes dans douze Etats du Nord", sur les 36 que compte le pays le plus peuplé d'Afrique, après la présidentielle du 16 avril.

Le précédent bilan, partiel, des violences, donné par une ONG nigériane, faisait état, le 24 avril, de plus de 500 morts. Les autorités nigérianes se sont refusées à fournir des chiffes, officiellement pour ne pas aggraver les tensions.

Les violences avaient aussi provoqué le déplacement de quelque 74.000 personnes, selon la Croix-Rouge nigériane.

Les affrontements avaient opposé communautés d'ethnies et religions différentes de ce pays divisé entre un Nord à dominante musulmane et un Sud dominé par des chrétiens et bénéficiant de la production de pétrole.

Ils avaient éclaté après la victoire à la présidentielle du chef de l'Etat sortant, Goodluck Jonathan, un chrétien originaire du Sud, sur son principal rival, un musulman du Nord.

M. Jonathan a obtenu 57% des voix contre 31% au général Muhammadu Buhari, ex-chef de junte militaire au pouvoir dans les années 1980. Le camp du général Buhari a dénoncé des irrégularités et fraudes en faveur de M. Jonathan.

HRW a demandé au Nigeria d'enquêter sur les tueries et de poursuivre en justice leurs auteurs présumés. Des églises, mosquées et maisons ont aussi été incendiés lors des violences.

La semaine dernière, le président Jonathan a nommé une commission de 22 membres chargée d'enquêter sur les émeutes post-électorales et sur des violences qui les avaient précédées.

Une responsable de HRW pour l'Afrique de l'Ouest, Corinne Dufka, a noté que si les élections avaient été considérées dans le pays et à l'étranger parmi les plus honnêtes dans l'histoire du Nigeria, "elles ont aussi été parmi les plus meurtrières".

"Les autorités nouvellement élues devraient rapidement s'appuyer sur les gains démocratiques des élections pour traduire en justice ceux qui ont orchestré ces crimes horribles et traiter les causes des violences", a-t-elle ajouté.

Le déploiement de l'armée et l'instauration de couvre-feux ont rétabli le calme dans un pays régulièrement secoué par des violences meurtrières entre communautés. Des élections régionales fin avril se sont déroulées dans un calme relatif.

 

Première publication : 16/05/2011

  • NIGERIA

    Le président Jonathan craint une guerre civile et un autre Biafra

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le principal rival de Goodluck Jonathan dénonce des fraudes électorales

    En savoir plus

  • NIGERIA - PRÉSIDENTIELLE

    Victoire de Goodluck Jonathan sur fond d'émeutes dans le Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)