Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

FRANCE

Première nuit en prison à Rikers Island pour Dominique Strauss-Kahn

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/05/2011

Le directeur général du FMI a été incarcéré ce lundi dans une prison située sur une île de l'East River, suite à sa comparution devant la juge Melinda Jackson. Dominique Strauss-Kahn nie les faits qui lui sont reprochés.

AFP - Dominique Strauss-Kahn, accusé de tentative de viol et d'agression sexuelle par une employée d'hôtel, passe sa première nuit dans la prison de Rikers Island à New York, la juge devant laquelle il a comparu ayant refusé sa libération sous caution.

Le patron du Fonds monétaire international, 62 ans, a été conduit dans l'immense prison, où il devait bénéficier d'une cellule individuelle, a indiqué lundi soir un porte-parole de l'administration pénitentiaire.

"Il ne sera pas en contact avec les autres prisonniers", a précisé à l'AFP le porte-parole. "Cela ne veut pas dire qu'il sera toujours dans sa cellule. Cela veut dire que quand il en sortira, il sera toujours accompagné d'un gardien".

M. Strauss-Kahn, interpellé samedi, a été écroué lundi par une juge de New York. Il nie les faits qui lui sont reprochés.

La juge Melissa Jackson a refusé de libérer sous caution d'un million de dollars l'ancien ministre français, deux jours après son arrestation à l'aéroport Kennedy de New York alors qu'il se trouvait dans un avion en partance pour Paris.

La juge a pris cette décision juste après que l'accusation eut déclaré que Dominique Strauss-Kahn aurait été impliqué dans une affaire similaire dans "au moins un" autre cas. Il y a des "informations selon lesquelles il a eu une conduite similaire à celle-ci", a déclaré le procureur.

Dominique Strauss-Kahn a comparu portant un pardessus sombre et une chemise claire. Fatigué et abattu, les traits tirés et le regard souvent dans le vague, il était assis sur un banc en bois à côté de petits délinquants.

Contrairement au tribunal fédéral où les photographes n'ont pas accès à la salle d'audience, photographes et cameramen ont pu saisir des images du directeur général du FMI dont la vie a brusquement basculé samedi.

Il n'était pas menotté lundi, contrairement à dimanche soir, comme l'ont montré les images de sa sortie d'un commissariat de Harlem qui ont fait le tour du monde et provoqué une onde de choc.

La juge a évoqué un risque de fuite du patron du FMI pour ordonner son maintien en détention. La prochaine audience a été fixée à vendredi.

La défense de l'ancien ministre a proposé qu'il remette son passeport à la justice et qu'il s'engage à résider à New York chez sa fille.

M. Strauss-Kahn est visé par sept chefs d'accusation, dont acte sexuel criminel et tentative de viol et de séquestration, à la suite des accusations d'une femme de chambre de 32 ans, employée dans l'hôtel Sofitel de New York.

L'acte sexuel criminel, qui recouvre une fellation forcée en droit américain, correspond en droit français à un viol. Le terme de viol ne recouvre en droit américain que la seule pénétration vaginale forcée.

"Il nie ces accusations. Il est présumé innocent selon la loi", a souligné un de ses avocats, Benjamin Brafman. DSK bénéficie d'une "ligne de défense forte" et il est "tout à fait probable qu'il soit innocenté en fin de compte", selon l'avocat.

"Nous sommes évidemment déçus par la décision du tribunal", a-t-il dit après que la juge eut décidé de le maintenir en détention. "Il est important de comprendre que cette bataille ne fait que commencer", a poursuivi l'avocat. "L'intention de M. Strauss-Kahn est d'essayer de rétablir son nom et sa réputation".

L'affaire a ébranlé la classe politique française à un an de la présidentielle, où DSK faisait figure de favori, dans le cadre d'une éventuelle candidature socialiste.

Elle a également plongé dans l'incertitude le FMI au moment où l'institution doit piloter la réponse à la crise de la dette dans plusieurs pays européens.

Le FMI a annoncé lundi à l'issue d'une réunion de son Conseil d'administration qu'il allait "suivre les événements" et qu'il n'avait pris aucune décision pour le moment quant au sort de M. Strauss-Kahn, dont le premier adjoint, l'Américain John Lispky, assure l'intérim.

La ministre française des Finances, Christine Lagarde, a refusé de commenter les spéculations qui la donnent comme possible remplaçante au FMI de DSK, jugeant la situation "accablante et douloureuse".

DSK a été formellement identifié dimanche par l'employée du Sofitel, une "femme noire de 32 ans", selon la police.

Selon le récit des enquêteurs, la victime était entrée samedi dans la suite 2806 croyant qu'elle était vide pendant que DSK prenait une douche: "Il s'est approché d'elle par derrière et l'a touchée de manière inconvenante. Il l'a forcée à accomplir un acte sexuel".

Des prélèvements ADN supplémentaires ont été effectués dimanche sur DSK, pour éventuellement détecter des traces de violence.

Les procureurs et la police affirment que DSK a quitté précipitamment l'hôtel pour se rendre à l'aéroport Kennedy. Mais Me Brafman a d'autres versions du scénario. "Il se dépêchait parce qu'il avait un rendez-vous pour déjeuner", a assuré l'avocat, connu pour avoir notamment défendu le rappeur Jay-Z et Michael Jackson.

L'avocat s'est engagé à produire en temps voulu le témoignage de la personne avec qui DSK aurait déjeuné.

S'il devait être condamné encourrait de 15 à 74 ans de prison pour l'ensemble des chefs d'accusation dont il fait l'objet, Dominique Strauss-Kahn.

En France, la chute probable de M. Strauss-Kahn constitue un coup dur pour la gauche, qui a insisté néanmoins sur le nécessaire respect de la présomption d'innocence, tout comme le gouvernement qui a appelé à "la prudence".

M. Strauss-Kahn a été nommé en septembre 2007 à la tête du FMI pour un mandat de cinq ans pour réformer en profondeur cette institution.

En 2008, le FMI avait commandé une enquête sur son directeur à la suite d'une relation extra-conjugale entre l'ancien ministre français des Finances et une ex-responsable du département Afrique, Piroska Nagy. L'enquête a établi qu'elle n'avait bénéficié d'aucun traitement de faveur, et qu'il n'y avait pas eu "de harcèlement".

Première publication : 17/05/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Une juge de New York ordonne l'incarcération de Dominique Strauss-Kahn

    En savoir plus

  • FRANCE

    Dominique Strauss-Kahn nie en bloc et entend "se défendre vigoureusement"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Tristane Banon, l’autre affaire qui menace Dominique Strauss-Kahn

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)